Fourons

  • Triple meurtre de Visé: Amédéo Troiano est déclaré coupable

    « L'accusé est coupable d'avoir commis un homicide avec préméditation sur Benoît Philippens, et sans préméditation sur Carol Haid et Esteban Counet », a lu le Président de la cour.

  • Décès de Monsieur Jacky WEERTS

    Capture d’écran 2017-02-22 à 16.29.26.png

     

    La famille annonce le décès de Monsieur Jacky WEERTS, né à Eupen le 18 juillet 1953 et décédé à Liège ce 21 février 2017.

    La Liturgie des funérailles sera célébrée en l'église paroissiale de Warsage le samedi 25 février 2017, à 10 heures 30.

    L’incinération, suivie de la dispersion des cendres sur la pelouse du cimetière de Warsage, se déroulera dans l’intimité familiale.

    Le défunt repose au funérarium RION, 10, rue Craesborn à Warsage, où la famille reçoit les visites, de 17 à 19 heures.

    Une veillée de prières aura lieu au funérarium le vendredi 24 février 2017 à 18 heures 30.

  • Décès de Monsieur Marcel LONDON, veuf de Madame Lily WYZEN

    La famille annonce le décès de Monsieur Marcel LONDON, veuf de Madame Lily WYZEN, né à Fouron-St-Pierre le 8 Marcel-1.jpgjanvier 1933 et décédé à Montzen le 19 février 2017.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation au cimetière de Rémersdael, sera célébrée en l'église paroissiale de Rémersdael, le JEUDI 23 FEVRIER 2017 A 10 H 30.


    La veillée de prières aura lieu en la chapelle de la Maison Pannesheydt le mercredi 22 février 2017 à 19 heures.

    Le défunt repose en la chapelle ardente de la Maison Pannesheydt, route de Hombourg 76 à Montzen, où la famille sera présente le mardi 21 et le mercredi 22 février 2017 de 17 à 19 heures.

  • Publifin : ne dites pas « nébuleuse »

    Le mot choque le secrétaire général de Nethys…

    On attendait avec impatience l’ouverture de la commission d’enquête Publifin. En guise de premier plat, les commissaires n’ont pas eu la chance de cuisi- ner Stéphane Moreau dont l’ombre plane en permanence autour du scandale. C’est Gil Simon, socialiste visétois et secrétaire général de Nethys, qui était proposé aux convives.

    Avec son accent liégeois et ses grandes lunettes, son visage anguleux, ses cheveux brillantinés et sa barbe clairsemée de quelques jours, il partage un peu le look de Gui-Home, jeune humoriste namurois qui aime les casquettes : Gui-Home les porte sur la tête, toujours vissées à l’envers. Gil Simon, ancien collaborateur de Michel Daerden, en compte 26 dans sa belle collection, sous forme de mandats divers, puisés essentiellement dans la galaxie Nethys…

    DE GILLES À GIL

    La comparaison s’arrête là. Parce que si tout le monde n’apprécie pas l’humour de Gui-Home, Gil Simon n’a pas fait rire un seul instant les commissaires wallons. Il est arrivé à l’heure, visiblement sans stress, vêtu d’un jeans bordeaux, d’un veston bleu marine, d’une chemise blanche et d’une discrète cravate noir et blanc. Parfaitement coiffé, la raie bien marquée. Avec un air de jeune universitaire en politologie qu’il n’est plus.

    Le verbe simple et efficace, il avait la lourde mission d’expliquer aux parlementaires wallons l’incroyable échafaudage de la « nébuleuse » (un qualificatif qu’il n’aime pas) Nethys-Publifin. À défaut de le faire avec humour, Gil Simon a été clair, soutenant son exposé avec des schémas limpides que les journalistes s’efforcent de reconstituer dans leur coin depuis deux mois.

    Pas un seul des commissaires ne s’est endormi : un exploit quand on vous présente en quelques minutes les liens entre une cinquantaine de sociétés sans rapport apparent entre elles. Contrairement à (André) Gilles il y a 15 jours, Gil (Simon) n’a pas révolté les parlementaires en refusant de répondre à leurs questions. Comme quoi, un « l », un « e » et un « s » peuvent faire toute la différence… Après avoir juré « de dire toute la vérité, rien que la vérité », il a présenté la nébuleuse puis répondu aux questions, sans s’offusquer de leur nombre. Avec une apparente franchise et sans la langue de bois à laquelle les boss de Publifin-Nethys nous ont habitués jusqu’ici.

    AU CŒUR DU SYSTÈME

    L’homme est visiblement au cœur du système et le connaît parfaitement. Un système qui compte des dizaines et des dizaines de postes d’administrateurs qui ont permis de récompenser de très nombreux amis politiques. Exemple : TCL, l’une des sociétés de la galaxie, compte six administrateurs pour une quinzaine d’équivalents temps-plein ! Ça fait rêver…

    Hier, pas de vagues, pas d’éclats de voix. Une assemblée parlementaire sérieuse, calme et très attentive. Étrangement, Gil Simon n’a pas vraiment été placé sur le gril avec des questions agressives ou embarrassantes comme le montant du salaire et des avantages financiers de Stéphane Moreau ou d’André Gilles et de ses acolytes.

    Hier, en ouverture de la commission d’enquête, le bras droit de Stéphane Moreau a fait le travail, avec le sérieux qui le différencie tant de son vague cousin namurois… Ce sera sans doute plus rock and roll ce mardi avec le trio Gilles, Pire et Drion, les trois mandataires provinciaux PS, MR et cdH qui ont bien rempli leurs poches ces dernières années avec les étranges méthodes de rémunération de la « nébuleuse »… 

    MICHEL ROYER dans LA MEUSE du 21 février 2017