Fourons

  • Conseil communal du jeudi 24 octobre 2018

    Le conseil communal des Fourons se réunira le jeudi 24 octobre à 20 heures 30.

    Jean Levaux et Grégory Happart ont déjà annoncé qu'ils poseraient des questions concernant les élections.

    • Jean Levaux interrogera le bourgmestre sur l'envoi des convocations en néerlandais aux électeurs francophones, sur les mentions différentes sur les deux versions des convocations, sur l'absence de l'indication concernant la possibilité d'obtenir la convocation en français, sur les électeurs qui n'ont jamais reçu (ou reçu très tardivement) leur convocation en français.
    • Grégory Happart l'interrogera sur l'organisation des élections le 14 octobre (longues files, affichage, couloirs vers les différents bureaux).

    Ensuite, les conseillers prendront connaissance de modifications budgétaires et de budgets 2019 pour les fabriques d'église de Fouron-Saint-Pierre, Mouland, Teuven, Rémersdael et Fouron-Saint-Martin. Le mauvais élève Fouron-le-Comte n'a pas encore fait son budget 2019, semble-t-il.

    Le conseil devra approuver la dotation 2019 pour la zone d'incendie du Limbourg.

    Il sera aussi question de l'achat d'un système d'enregistrement pour les séances du conseil communal. En vertu du nouveau décret sur l'administration locale,  le conseil communal peut décider de remplacer un rapport de séance par un enregistrement audio ou audiovisuel de la séance publique du conseil communal.

    Le conseil prendra connaissance des décisions du conseil de l'aide sociale.

    Puis il sera question d'assemblées générales (Limburg.net, Fluvius), de l'achat d'une excavatrice et du cahier des charges pour la construction d'un garderie d'enfants sur le terrain situé sur le campus de l'école provinciale.

    Le conseil décidera aussi de retirer des appareils et matériaux de l'inventaire communal et il en mettra aussi en vente publique.

    Pour finir, il devra se pencher sur une délibération de la fabrique d'église de Fouron-le-Comte qui aurait décidé de changer l'affectation du presbytère (photo ci-dessus) de Fouron-le-Comte (photo) sans donner la moindre explication. Encore un "truc" dans le cadre du détournement de 1.122.000 € pour la construction de la salle paroissiale?

  • La dynastie Broers

    Huub Broers et sa fille Hilde annoncent dans le "Belang van Limburg" du 20 octobre qu'ils ne seront pas simultanément bourgmestre et présidente du CPAS.

    Hilde attendra donc le 1er février 2021 pour reprendre la présidence du CPAS sans doute de Joris Gaens qui devrait remplacer le Dr Ernon à la suite des élections du 14 octobre 2018. C'est en effet le 31 janvier 2021 que Huub Broers s'en irait après 20 ans de mayorat et 12 ans d'échevinat (dans l'opposition).

    Le père de Huub, Hubert Broers, était conseiller communal de Fouron-le-Comte avant la fusion et il a encore été conseiller communal pendant la première législature de la commune fusionnée.

    On se rappellera aussi que le grand-père de Huub Broers, Henri Broers, a également été bourgmestre de Fouron-le-Comte.

    En poursuivant dans sa généalogie, on retrouve aussi Gilles Heynen qui fut bourgmestre de Fouron-le-Comte de 1843 à 1870, et qui était le père du député Winand Heynen de Bertrix.

  • L'ancien Fouronnais Jordi Spierts (Aubel) comprend la situation

    Blessé le 6 octobre dernier avec la P3, Jordi Spierts (24 ans) a été rassuré en cette fin de semaine car l’IRM n’a rien diagnostiqué de grave concernant son problème au genou. « Le Docteur Saroléa m’a rassuré. Il doit juste s’agir d’une inflammation au genou », disait-il ce vendredi matin. « Je vais encore observer un repos de 10 jours, mais tout va rentrer dans l’ordre ».

    À ce niveau, serait-on tenté d’ajouter, car le 2 e meilleur buteur aubelois de la défunte saison (8 buts inscrits) vit des moments quelque peu compliqués au niveau de sa situation à Aubel.

    Ce que l’on sait moins sur l’ancien Fouronnais, c’est que le médian aubelois a, à 18 ans, opté pour la nationalité belge ! « En effet, mes parents sont néerlandais et je suis né à Kerkrade, mais dès l’âge de 5 ans, je m’étais affilié à Aubel pour mieux apprendre le français car j’habitais Fourons. Ainsi, à part une saison où je suis allé découvrir la P1 limbourgeoise avec Mouland, j’ai toujours évolué chez les Herbagers et je m’y sens bien. J’habite Aubel, tout comme mes parents d’ailleurs. Je suis quadrilingue car je parle aussi l’allemand et l’anglais. » Assez rare que pour être souligné. 

    D'un article de PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 20 octobre 2018

  • Fouron se déplace à Vottem

    P4D

    RC Vottem A - Fouron (dimanche à 14 heures 30).

  • Héribert de Cologne est mort il y aura bientôt mille ans

    "Martyrologe romain" publie ceci à propos de Saint-Héribert:

    Capture d’écran 2018-10-19 à 18.18.00.pngFils du comte de Worms, il fit ses études à l'abbaye de Gorze, près de Metz. Capture d’écran 2018-10-19 à 18.10.39.pngNommé plus tard au siège épiscopal de Cologne, il fut un conseiller écouté de l'empereur germanique Othon III. Il construisit l'abbaye de Deutz sur le Rhin où il est enterré.
    Un internaute nous signale: Conjuguant les rôles d'homme d'État et de pasteur dévoué aux pauvres, saint Héribert de Cologne a marqué son époque. Né vers 970, Héribert est envoyé étudier à l'abbaye de Gorze, près de Metz, où il aurait voulu demeurer comme moine. Mais rappelé à Worms par son père, il y devient prévôt de la cathédrale et employé à la chancellerie royale. C'est là que le remarque l'empereur Othon III, qui le nomme chancelier pour l'Italie (dont le nord faisait partie de son empire), puis pour l'Allemagne. Mais l'année suivante, il est choisi comme archevêque de Cologne.
    "La veille de Noël 999, Héribert arriva à Cologne, par un froid rigoureux, pieds nus et vêtu de toile. Ainsi, dès son entrée en charge, il ne fit aucun doute qu'il se proposait de vivre dans un esprit évangélique de pauvreté et de simplicité. De même qu'il s'était jusqu'alors, de façon désintéressée, sacrifié pour le bien de l'État et le service de l'empereur, autant il devait prendre soin de son archidiocèse et de ses ouailles. Il se fit remarquer par son zèle, sa douceur, son humilité, sa piété et son amour des pauvres." (Biographie de saint Héribert, sur le site de Remersdael, ville belge dont il est le patron
    )
    Héribert est décédé le 16 mars 1021, et a été inhumé dans l'église abbatiale de Deutz, qu'il avait fondée en 1003. Pour abriter ses restes, les moines ont fait fabriquer un magnifique reliquaire, aujourd'hui conservé dans l'église de Saint-Héribert-le-Neuf, à Deutz (devenue un faubourg de Cologne). Sa mémoire est rappelée en Allemagne, par les catholiques et les luthériens, le 16 mars.
    À l'abbaye de Deutz en Allemagne, l'an 1021, le trépas de saint Héribert, évêque. Chancelier de l'empereur Othon III, élu malgré lui au siège épiscopal de Cologne, sans plus tarder, il se dévoua à son clergé et à son peuple, donnant l'exemple des vertus dont il recommandait la pratique dans sa prédication. Il acheva sa course dans le monastère qu'il avait fondé.

    Vous reconnaîtrez à gauche la statue de Saint-Héribert sur la façade de l'église de Rémersdael. A droite, le même Saint-Héribert sur la façade de l'Hôtel de Ville (Rathaus) de Cologne.

    Des manifestations sont prévues à Cologne en 2021 pour célébrer le millénaire du décès de Saint-Héribert.