Web Statistics

Agriculture

  • Saint-Jean-Sart déborde sur les Fourons

    A l'occasion du 800ème anniversaire du village, les gens de Saint-Jean-Sart ont édité un magnifique livre (qui pèse 3,5 kg !). 

    Un millier d'anecdotes, mais aussi quantité de notices concernant les fermes de Saint-Jean-Sart. Nous en retrouvons au moins deux qui se situent sur le territoire fouronnais, mais leurs habitants ont (presque toujours) considéré Saint-Jean-Sart comme étant leur paroisse ou fréquenté l'école de Saint-Jean-Sart quand ils en avaient l'âge.

    Il s'agit des fermes du Bois de Loi (Van Wersch et Simons). Cela fait quelques belles pages à lire. D'autres pages concernent d'anciens fouronnais, rémersdaelois notamment avec Guillemine Xhonneux, Guillaume Renkens, Yvonne Xhonneux et Guillaume Lahaye...

    Le livre "Saint-Jean-Sart, huit siècles sur les coteaux de la Bel" peut encore être commandé en téléphonant au 087 76 38 63 (il vous sera livré gratuitement).

  • Une AOP pour le vin limbourgeois belgo-néerlandais

    Capture d’écran 2017-11-28 à 10.01.42.pngDes journaux hollandais et La Libre Belgique annoncent que les viticulteurs d'une partie de notre région ont obtenu un label européen (AOP = appellation d'origine protégée) pour le vin produit dans dans une zone viticole transfrontalière de la région du Limbourg.

    Cette région, qui s’étend sur les deux rives de la Meuse, frontière entre la Belgique et les Pays-Bas, devient ainsi la première région transfrontalière en Europe à recevoir ce label pour son vin.

  • Georges Leclerc distingué

    Depuis 8 ans, la Foire de Libramont met en avant le métier d’agriculteur, sa richesse, sa créativité, sa diversité, son impact social, environnemental, sociétal. Voici un rapide portrait des cinq « agriculteurs de valeurs » mis en lumière lors de cette édition 2017.

    Novateurs dans leurs pratiques d’élevage et ou leurs itinéraires culturaux, proches des consommateurs, soucieux de l’harmonie entre les activités qu’ils déploient et le milieu et les concitoyens qui les environnent, tels sont les critères majeurs auxquels répondent les heureux élus – sans avoir poser la moindre candidature car il ne s’agit pas d’un concours – à cette initiative soutenue notamment par le Collège des producteurs, Crelan et CBC, et à laquelle les organisateurs de la foire de Libramont sont extrêmement attachés.

    Lire la suite

  • Fête de la tomate

    C’est donc le dimanche 20 aout prochain que les amateurs des produits naturels et bio du jardin se donneront à nouveau rendez-vous à Fouron-Saint-Martin à la ferme pédagogique de la Hof (au centre du village, en face du Centre sportif et culturel) pour la « fête de la tomate et des légumes anciens ».

    Si, dans un premier temps, comme nous l’avons souvent rappelé, cette idée de « fête de la tomate » en laissa plus d’un hésitant et perplexe au regard de notre climat bien différent du sud de la France et du bassin méditerranéen, le succès rencontré dès la première édition, en 2007, de cette manifestation alors unique en Belgique, a amené le comité organisateur à en faire un événement récurrent.
    L’intérêt pour la tomate, une plante cultivée pour son fruit et qui compte plusieurs milliers de cultivars et quelques variétés botaniques, attire depuis lors un public de plus en plus important de passionnés, de curieux de savoir mais aussi de gourmands (la gourmandise étant considérée ici comme une qualité indéniable) à la recherche de produits de bouche gouteux.

    Lire la suite

  • « L’AFSCA SAVAIT ! »

    Un éleveur à Plombières (27.000 poules) a été contrôlé par l’Afsca il y a une quinzaine de jours et le verdict est tombé : on a relevé du fipronil dans ses œufs. « L’Afsca a directement tout bloqué », témoigne Simon Piedbœuf. « Y compris les 12 palettes de 10.800 œufs que j’avais déjà envoyés à un grossiste de Maasmechelen et qui seront sans doute détruites. L’Afsca m’a aussi dit, au départ, que tout le stock d’œufs des 3 dernières semaines devait être détruit. Mais quand j’ai enfin eu les résultats des analyses, l’Afsca a fait marche arrière et m’a dit qu’il n’y avait aucun risque pour la santé. Je n’ai néanmoins pas pu vendre mes œufs par le canal habituel, car ils étaient trop vieux par rapport au jour de ponte. Je les ai valorisés auprès d’une casserie d’œufs. »

    Lire la suite