Web Statistics

  • La Croix des Pendus à Mouland

    Croix des Pendus de Mouland.jpg

    Ce monument a été relevé de ses ruines le 2 juin 1946. Nous rappelons les noms des victimes fusillées : 

    • Franck Pierre et Ferdinand nés à Warsage, le 20-6-1895;

    • Franck Julien, né à Warsage, le 23-3-1897;

    • Longton Hubert, né à Warsage le 27 mars 1867.

    Les victimes pendues furent :

    • Glaude François, gendarme pensionné, résidant à Berneau. né le 24-4-1847 à Baconfay-Tenneville (Luxembourg) ;

    • Kerff Marcel, de Fouron-le-Comte, né à Fouron-St-Martin, le 2-6-1866;

    • Soxhet Laurent habitant Warsage, né à Aubin-Neufchâteau, le 29-7-1871;

    • Geelen Nestor, habitant Warsage, né à Fouron-le-Comte, le 25-8-1896

    • et inconnus, probablement d'origine française, cherchant à passer en Hollande.

    L'érection du Monument des 6 Pendus et des 4 Fusillés de 1914, à Mouland, sur la route de Maestricht, avait été une œuvre secondée par feue la comtesse de Geloes d'Eysden, membre de la Confrérie de la Ste-Croix à la Tombe.

    A la résurrection de ce souvenir, le 2 juin 1946, trois de ses arrière-petits-enfants la représentaient, orphelins du Comte Raphaël de Liedekerke, fusillé à Utrecht, le 9 octobre 1942, pour Dieu, le Roi et la Patrie! Une éclaircie de l’après-midi, après un temps pluvieux, permit néanmoins que plus de 500 personnes vinrent assister à la Bénédiction de la nouvelle Croix, à 6.30 h. du soir. Mouland, croix et acolytes en tête, arriva à l'heure fixée, religieusement et patriotiquement. Berneau put voir à 500 mètres, de là, la restauration, au sentier de Mesch, de la Croix de ses 3 pendus en 1914. Visé et les villages voisins envoyèrent leurs représentants parmi lesquels il faut remarquer le Bourgmestre de Warsage. Fouron-le-Comte et Fouron-St-Martin se distinguèrent par leur nombre et l'éclat de leurs drapeaux. Une harmonie spéciale sous la direction de M. Nelissen, de Visé, rehaussa la fête patriotique. Deux discours, en nos langues nationales parlées à nos frontières, rappelèrent les circonstances de la guerre de 1914, plus malheureuses encore en 1940-44. 

     

    M. le bourgmestre de Fouron-le-Comte abonda éloquemment dans le même sens. La Bénédiction du Monument   fut   accompagnée de l'exécution de morceaux choisis, qu'une Brabançonne termina par l'augmentation des meilleurs sentiments religieux et patriotiques. 

    Lire la suite

  • Que s'est-il passé à Fouron-le-Comte à partir du 4 août 1914?

    Voici le témoignage des Ursulines de Fouron-le-Comte.

    Après la guerre, une enquête interdiocésaine commandée par le cardinal Mercier a tenté de faire le point sur la période tragique de la guerre 1914-1918. Les rapports demandés au curés et aux couvents sont maintenant rendus accessibles par les Archives Nationales.

    Il y avait en effet un questionnaire spécial pour le Couvents et un autre pour les paroisses. Voici les questions adressées au Couvent des Ursulines à Fouron-le-Comte et leurs réponses (rédigées en français).

    Questionnaire aux Couvents.

    1. — Situation administrative : Province, arrondissement. canton, commune, doyenné.

    2. — Nombre des membres de la communauté en 1914 à 1918 — Œuvres dont elle s'occupe en temps normal (charité, enseignement, etc.). Nombre d’élèves, de vieillards hospitalisés, etc., également de 1914 à 1918,

    3. — Logement de soldats belges au début de la guerre, — Dommages matériels causés au couvent par raison militaire (destruction stratégique de tours d'église par exemple)

    4 — Fréquentation des offices et des sacrements au début de la guerre (s'il y a une église publique).

    5. - Mesures prises par le couvent en présence de l'invasion (mise en sûreté des œuvres d'art et des objets du culte) – Entrée de l’ennemi dans la localité (jour). Troupes allemandes logées au couvent. Violences souffertes par des membres de la communauté. Déprédations matérielles. — En général, conduite de l’ennemi vis-à-vis du couvent - Rôle joué par le couvent dans la défense de la population civile contre les Allemands, l’hospitalisation de malheureux poursuivis, blessés par l'ennemi.

    6. — Les journées qui suivirent l'entrée des Allemands : dispositions, violences, otages, etc.

    7. - Pendant l’occupation: Logement de troupes (combien
    de fois ? Combien de soldats ?) - Attitude de ces troupes (violences, vols, grossièretés, etc.).

    8. - Perquisitions au couvent - Inventaire ou saisie des cloches.

    9 — Membres de la communauté tués (courte biographie, raison du meurtre, etc.) ou condamnés par les tribunaux (raison, années de peine, séjour en Allemagne) ou déportés.

    10. — Entraves mises par l'occupant ou le ministère activiste
    aux œuvres du couvent (inspection, retrait de subsides, etc., fermeture de lazarets).

    11. — Fréquentation des sacrements et des offices pendant la guerre, si l'église du couvent est publique.

    12. — Œuvres de charité et d'assistance du couvent ou de membres du couvent pendant la guerre (lazarets, cliniques, etc.). — Réfugiés belges et étrangers.

    13. - Œuvres patriotiques du couvent ou de membres de la communauté (soldats belges ou étrangers cachés — correspondance avec le front — passage de jeunes gens — prohibés rédigés ou répandus - espionnage).

    14. — Membres de la communauté aumôniers ou brancardiers (nom et prénom ; âge ; années de religion ; mois de service ; mois de front ; citations ; décorations).

    15. — La Libération. — Troupes belges ou alliées à loger. — Retour des prisonniers.

     

    Lire la suite

  • Mouland, le plus « verviétois » des clubs limbourgeois

    Capture d’écran 2014-07-30 à 07.30.51.png

     

    Le SK Moelingen, qui s’est sauvé de justesse en P1 la saison passée, est le plus « verviétois » de tous les clubs du Limbourg. Situé dans les Fourons, Mouland n’est distant que de quelques kilomètres d’Aubel et de Visé. Dans l’équipe alignée dimanche face à Raeren, on retrouvait pas moins de huit joueurs issus de la région verviétoise ou ayant transité par notre arrondissement. Il convient d’y ajouter Mickaël Alvarez, out dimanche, ce qui porte le total à neuf ! 

     

    Le SK Moelingen (Mouland) a une tradition verviétoise et n’y a pas dérogé cette saison. Il suffit de lire la composition de l’équipe ali- gnée dimanche en Coupe de Belgique face à Raeren pour s’en convaincre : pas moins de huit joueurs (sur quatorze !) sont originaires de notre région verviétoise ou y ont joué dans un passé proche. Et un neuvième était en tribunes. Sans compter que c’est le Thimistérien Gaston Lejeune qui s’occupe de l’entraînement des gardiens. Tour d’horizon des « Verviétois » d’un noyau qui a été en grande partie modifié durant l’entre-saison. 

    On peut lire le "tour d'horizon" dressé par Olivier Delfino dans "La Meuse Verviers" du 30 juillet 2014.

     

  • Décès de Madame Mariette BLOOTACKER, épouse de Hubert WALPOT

    Capture d’écran 2014-07-29 à 07.58.29.pngLa famille annonce le décès de Mariette BLOOTACKER, épouse de Hubert WALPOT, née le samedi 4 mars 1950 à Hermalle-sous-Argenteau et décédée le samedi 26 juillet 2014 à Verviers à l'âge de 64 ans.

    La défunte repose au Funérarium J. Rion, Rue du Perron, 25/27 à 4681 Hermalle-sous-Argenteau.
    La liturgie des funérailles sera célébrée en l'église Saint-Lambert de Hermalle-sous-Argenteau, le jeudi 31 juillet 2014 à 9 h 45.
    Après l'incinération au crématorium d'Eijsden, la dispersion des cendres sur la pelouse du cimetière de Hermalle-sous-Argenteau est prévue vers 13 heures 30.

    Visites au funérarium les mardi 29 et mercredi 30 juillet de 17 à 19 heures.

  • Fouron battu

    Le premier match de Fouron (qui recevait Limont dans le cadre de la Coupe des Régions) s'est terminé sur le score de 1-2.

    En coupe de Belgique, le S.K. Moelingen a été battu plus sévèrement par le R. FC. 1912 Raeren: 1 - 4.