Web Statistics

  • Flashé en France, le p.-v. est en... flamand

    MOUSCRON 

    Flashé trois fois en Alsace le week-end du 1er mai 2014, un Mouscronnois a reçu sept mois plus tard les procès-verbaux rédigés en... néerlandais. Daniel V. a cru à une erreur administrative. Il a écrit une lettre en français à Rennes, où se situe l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions, pour recevoir des documents en français. Et trois mois plus tard, en mars 2015, il reçoit une réponse à nouveau écrite en... néerlandais.

    Capture d’écran 2015-03-31 à 08.05.04.pngLe Mouscronnois refuse de payer. Pas pour contester les infractions, légères (96 km/h au lieu de 90, 113 au lieu de 110). Mais pour le principe :« Je n’ai rien contre le néerlandais, mais je réclame un droit qui saute aux yeux. Je demande simple- ment que les documents qui sont accompagnés d’annexes à compléter me soient envoyés dans ma langue, qui se trouve être aussi celle de la France. C’est un peu comme si un Marseillais flashé à Lille recevait un p.-v. émanant de Reims rédigé en breton ».

    CERTIFICAT D’IMMATRICULATION

    L’administration française s’est- elle trompée en situant Mouscron en Flandre ? Non. Elle s’est basée sur le certificat d’immatriculation qui a été rédigé en néerlandais sans que Daniel V. ne s’en aperçoive lorsqu’il a acheté son véhicule, il y a deux ans, auprès d’un concessionnaire mouscronnois d’origine flamande. C’est en effet le document sur lequel se base l’administration dans le cadre de la nouvelle directive européenne qui, depuis novembre 2013, facilite les échanges transfrontaliers d’information en matière d’infraction à la circulation routière.

    La Belgique avait insisté auprès de la France pour que les amendes à l’égard des Belges soient rédigées dans la langue de leur région : néerlandais, français ou allemand. Les Français ont accepté de ménager nos susceptibilités linguistiques.

    Mais Daniel V. ne comprend toujours pas pourquoi ils « s’acharnent à s’accrocher au néerlandais » lorsqu’il envoie un courrier en français. « Ou l’investissement en moyens de traduction a coûté bon- bon, et il faut l’amortir » plaisante-t- il. «Et c’est vrai que le président français s’appelle... Hollande ».

    Un article de DANIEL FOUCART dans LA MEUSE du 31 mars 2015.

    Et chez nous, notre omniscient bourgmestre prétend que le "code linguistique" n'existe pas ou doit être ignoré en raison de la loi sur la protection de la "vie privée" (autrement dit la loi qui protège la canaille).

  • Malgré la pluie

    20150329_309 - copie.jpg

    Belle réussite pour la journée "portes ouvertes" organisée par le chocolatier Didier Smeets, aidé par toute sa famille et ses amis, hier à Fouron-le-Comte. Son ancien professeur Christian Goblet, professeur de pâtisserie, chocolaterie, glacerie et confiserie à l'A.R. Hôtellerie de Spa, qui organise des stages pour enfants, adolescents et adultes à Aubel, l'avait rejoint pour l'occasion et y faisait des démonstrations, de même quelques autres amis comme Jonathan Humblet de Seraing (macarons), Thomas Canisius du Restaurant La Chapellerie à Petit-Rechain, Patrick Mackampa Senso (Ça vaut un "miam") ou  Mathias Dineur (Maison Ducobu à Waterloo).

     

  • Nouveau café à Rémersdael

    Camping.jpg

    Le Camping du Bois Rouge a ouvert son nouveau café ce week-end.

  • Le renard et votre santé

    Capture d’écran 2015-03-30 à 14.34.11.png

    L’échinococcose alvéolaire est une maladie transmise par les renards (par simple toucher d’un renard, toucher de l’herbe infectée par crottes ou urine, par ingestion de fruits non bouillis (mûres trop basses,…) C’est une maladie grave qui engage le pronostic vital si elle n’est pas traitée à temps. Les chasseurs utilisent des gants jetables pour manipuler un renard !

    Or, depuis 2/3 ans, les chasseurs de l’UGC Fourons  que préside Roger Wynants de Fouron-Saint-Martin, envoient pour analyse une petite dizaine de renards tués en automne.

    L’an passé, les ¾ des renards sont revenus positifs à la maladie. Les chasseurs ont demandé à ANB (Agence flamande pour la Nature et la Forêt) s’il ne faudrait pas prendre des mesures préventives (prévenir la population des risques) et on leur a répondu que ¾, ce n’était pas significatif !!!!!!! 

    Ces analyses montrent en effet que, ici aux Fourons, pas moins de 75% des renards sont porteurs de la maladie (dans le reste de la Flandre, c’est moins de 1%). 

    Armel Wynants, conseiller communal « Respect, Avenir, Libertés » et commissaire d’arrondissement-adjoint honoraire, a demandé l’ajout d’un point en urgence au conseil communal du 26 mars, pour qu’un avis soit inclus dans le prochain bulletin communal pour prévenir la population des risques. Cette demande a été acceptée oralement par le bourgmestre.

    Voici déjà les conseils qui seront ainsi diffusés par le bulletin communal:

    Nous ne voulons pas semer la panique, mais nous devons mettre en garde les Fouronnais et les visiteurs de Fourons contre ce danger. Citons donc les précautions d’usage :

    • Méfiez-vous d’animaux sauvages morts ou malades, en particulier des renards : ne les touchez pas à mains nues.
    • Méfiez-vous des fruits, baies et champignons provenant des bois : ne les mangez pas crus. Il ne suffit pas de les laver, ni de les surgeler pour les désinfecter, ils doivent être cuits pendant au moins 10 minutes à 60° au moins.
    • Méfiez-vous-même des fruits et légumes provenant de votre propre potager : ils peuvent également être contaminés et il peut donc également être dangereux de les consommer crus.
    • Méfiez-vous-même de vos propres animaux domestiques : s’ils courent dehors, ils peuvent également être porteurs de la maladie.
    • Méfiez-vous-même en jardinant : si votre jardin est accessible aux renards, portez des gants et lavez-vous soigneusement les mains à l’eau chaude et au savon.
  • Victoire pour Fouron

    Le Royal Avenir Fouron a gagné hier contre Wandruzienne: 3 - 1.

    Après 24 matches, il totalise maintenant 36 points.