Web Statistics

  • La police prévient

    Depuis le 24 septembre 2016 le non respect du panneau d'interdiction C21 constitue une infraction du troisième degré. Ce panneau indique que l'accès est interdit aux conducteurs de véhicules dont la masse en charge dépasse la masse indiquée (voir exemple). Maintenant les contrevenants risquent une amende de 165 euro (au lieu de 55 euro) à perception immédiate. Un juge peut infliger une amende jusqu'à 500 euros (fois 6 - décimes additionnels) et une déchéance de droit de conduire facultative.

    Attention! Et la police prévient: "Nous contrôlerons plus strictement, entre autres à Mouland. Cette disposition est également d'application pour les véhicules agricoles!"

  • La foule pour inaugurer les nouvelles installations de Didier Smeets

    Avant l'ouverture au public ce vendredi dès 9 heures, Didier Smeets avait invité amis et connaissances pour l'inauguration de ses nouvelles installations à la rue des Fusillés à Berneau.

    Pour la circonstance, le bourgmestre de Dalhem avait interdit la circulation sur la route N608. Quelle différence avec la gestion d'événements fouronnaise!

  • Marcel Neven menace de quitter le conseil communal

    108737056_ID8224351_vise12_151006_H44Q5L_0.JPG

    Un point qui semblait anodin a finalement semé la zizanie au sein de la majorité. Entre une partie de la majorité qui accepte de revoir sa copie sur un point et un bourg- mestre, mécontent, qui menace de quitter la séance, c’est une situation cocasse à laquelle nous avons assisté lundi soir lors du conseil communal. À trois mois des fêtes de fin d’année, les élus devaient passer un marché pour entretenir, installer et démonter les illuminations de Noël. En réalité, la proposition de la majorité était de prolonger d’un an, le contrat de 3 ans qui était arrivé à échéance. La majori- té MR/cdH voulait procéder de la sorte pour gagner du temps et être sûre d’avoir une entreprise pour installer les illuminations pour Noël. Elle reviendrait, par la suite, avec un marché fait dans les règles de l’art. « Mais parfois les points sont embal- lés trop vite et dans ce cas-ci, je n’ai pas eu le temps de réagir que la pré- sidente du conseil le soumettait au vote », explique Michel Hofman (PS). « Au moment de m’exprimer, j’en ai profité pour poser mes questions ». Et quelles questions ! Est-ce bien légal que de prolonger un marché ? N’existe-t-il pas un risque d’être cassé par la tutelle ? Et là, assez vite, on a senti un malaise au sein de la majorité, Michel Hofman suggérant de refaire une petite procédure négociée, les délais sont certes justes, mais pas intenables. Alors qu’une partie de la majorité réfléchissait à cette proposition, Marcel Neven lançait un « Trop tard, c’est déjà vo- té. On est au point suivant ».

    NEVEN, VEXÉ ET ISOLÉ

    Une remarque qui n’a pas eu l’effet escompté puisque Michel Hofman insistait et que le reste du Collège, Stéphane Kariger, échevin MR des Finances, en tête, prenait en considération la proposition du socialiste. Vexé et isolé, Marcel Neven a alors lâché un audible et surprenant « Je m’en vais. Il n’y a pas besoin de procéder comme ça », provoquant un gros malaise au sein du MR. Ce à quoi Stéphane Kariger a répondu : « Je n’ai pas envie que le centre-ville se retrouve sans éclairage de Noël parce qu’on a pris une décision illégale ». Ce qui clôtura les débats. Et si Marcel Neven est resté assis grimaçant un « Dans toutes les assemblées que j’ai faites, je n’ai jamais vu ça », le reste de la majorité a sagement accepté la proposition de Michel Hofman. Une chose est sûre, la réaction de Marcel Neven devrait faire des remous au sein du MR. Car, si pour lui le point était voté il n’y avait pas lieu de revenir dessus. Il faut bien admettre que la proposition de Michel Hofman était sage et constructive. 

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 28 septembre 2016

  • Une animation dont "de Heren van Voeren" ne veulent pas

    Pendant de très nombreuses années, la famille Jouanny a marqué de son empreinte le Rallye Monte-Carlo. Non pas par les participations d'Yves, le fils, à l'épreuve routière la plus connue du monde, mais surtout parce que cette famille de passionnés de rallye avait créé une tradition en offrant à tous les équipages participants un morceau de tarte au passage des voitures devant leur restaurant ardechois, "La Remise", à Antraigues.

    Si aujourd'hui Yves Jouanny a rangé son tablier de restaurateur, Luc Marchant s'est inspiré de cette halte légendaire pour la proposer aux organisateurs des 6 Heures de Visé. Lui aussi passionné de course automobile et lui aussi restaurateur (le réputé " Golden Horse "  à Fouron), il offrira un morceau de tarte aux pommes à chaque membres des équipages, dimanche après-midi. Il y ajoutera un verre de jus de pommes.

    Voilà qui permettra aux participants de se sentir, un peu, au Monte-Carlo lors des 6 Heures de Visé.

    Comme l'an dernier, il le fera à Warsage où les autorités communales sont plus accueillantes.

  • Match nul pour Fouron

    Fouron - Bressoux : 3 - 3