Web Statistics

L’entrée des Fourons dans Tecteo: pas pour échapper à la tutelle

L’adhésion des Fourons à Tecteo en juillet 2009 a pourtant eu une influence considérable, en permettant à l’intercommunale liégeoise, devenue plurirégionale, de ne plus être soumise à la tutelle de la Région wallonne.

Pour rendre cette adhésion possible, le conseil d’administration de Tecteo avait dû procéder à une modification statutaire, dont l’autorité de tutelle n’a pas été informée.

Le chef de groupe cdH, Dimitri Fourny, s’est interrogé sur le motif qui a conduit l’intercommunale à ne pas transmettre cette modification des statuts à l’autorité tutélaire, comme l’imposaient pourtant les règles wallonnes.

Gil Simon a rétorqué que Tecteo disposait d’une analyse juridique n’allant pas dans le même sens et indiqué qu’il la mettrait à disposition des commissaires. «Nous n’avions pas de motif particulier pour ne pas transmettre cette information à la tutelle», a-t-il affirmé, sans convaincre les parlementaires.

Capture d’écran 2017-06-16 à 07.53.18.png

Il a poursuivi en martelant que l’entrée de la commune flamande dans l’intercommunale n’était pas une «tentative d’échapper aux règles wallonnes», évoquant plutôt un «effet collatéral» de cette adhésion.

«L’appartenance plurirégionale était dans l’air du temps» à cette époque, et aurait pu se concrétiser précédemment via un accord avec Brutélé, a ajouté M. Simon.

Ce dernier s’est par ailleurs défendu d’avoir proposé au bourgmestre des Fourons, Huub Broers, de rejoindre Tecteo. «Lors d’une discussion cordiale, le bourgmestre m’a demandé s’il était possible de devenir membre et d’adhérer à l’intercommunale. Je lui ai répondu que je n’en savais rien, mais que j’allais me renseigner sur cette possibilité auprès des organes de gestion», a-t-il expliqué, contredisant la version avancée par M. Broers devant la commission.

La semaine dernière, Huub Broers avait affirmé que l’adhésion de sa commune à Tecteo était nécessaire pour continuer à bénéficier des services de télédistribution de Voo. Stupéfaits, les députés lui avaient démontré qu’il n’en était rien. Au terme d’échanges parfois houleux, M. Broers avait fini par reconnaître qu’il ignorait que les services de Voo auraient pu lui être assurés même sans que sa commune n’adhère comme associée de Publifin.

La suite est à lire sur le site internet de La Meuse Liège. A lire aussi l'article de Christian Carpentier dans LA MEUSE du 16 juin 2017.

Les commentaires sont fermés.