Ce soir à la RTBF : Schild en Vrienden (À 20 H 20 DANS « QUESTION À LA UNE »)

Le documentaire de la VRT « Schild & Vrienden » sera diffusé ce soir à 20h20 dans « Questions à la Une ». Vu le tollé que ce reportage a suscité au Nord du pays, la chaîne adapte sa programmation. Les francophones vont donc pouvoir se faire une idée sur ce mouvement d’extrême droite. L’émission dévoile le racisme, l’antisémitisme et le sexisme de ses membres. Le parquet de Gand a ouvert une enquête.

Pendant six mois, Tim Verheyden a suivi le fondateur du mouvement, Dries Van Langenhove, et ses acolytes.  Il a assisté aux manifestations publiques de ce mouvement "Schild & Vrienden" qui se revendique de la mouvance identitaire en vogue en ce moment dans plusieurs pays européens. Il a filmé certaines actions orchestrées par le mouvement. Il a rencontré les parents de Dries Van Langenhove et cerné son profil.  

Peu à peu, un autre visage du mouvement s'est dévoilé. Il se cachait dans un groupe secret sur Facebook et sur Discord, un réseau social bien connu des gamers.

Le double discours de "Schild en Vrienden"

"Schild & Vrienden" a clairement un double discours. A l'écran, quand ils se savent filmés et observés, ils défendent une identité flamande, la jeunesse flamande, une certaine idée de la famille. Ils promeuvent un esprit sain dans un corps sain. Ils se posent des questions face à l'immigration de masse, que d'autres se posent aussi. Leur discours est mesuré. Mais dès qu'on gratte le vernis, on découvre un agenda bien plus radical, qui transparaît dans le groupe secret sur Facebook et sur Discord.

Les grosses femmes sont dégoûtantes

Ils veulent une société homogène uniquement constituée de blancs, où la femme et l'homme ont des rôles différents et complémentaires. Ils glorifient la violence et glorifient Hitler. "Un esprit sain dans un corp sain" se traduit, côté radical, par "Je ne comprends pas comment on peut être à la fois gros et de droite".

Ce sexisme décomplexé étonne le journaliste. "Je ne m'attendais pas à ça, j'ai été très surpris". La violence des propos qu'il lit l'étonne tout autant. "Dries Van Langenhove dit vendre du spray au poivre dans son kot". A la lecture des conversations cachées, on découvre que les membres du mouvement se préparent à combattre. Dries Van Langenhove encourage d'ailleurs les gens à s'armer et à fréquenter les clubs de tir.

Une haine profonde pour toute personne différente

Tim Verheyden n'en revient pas. Il tombe des nues face à tant de haine affichée envers les gens qui se différencient par leur couleur de peau, par leur orientation sexuelle, par leur religion, etc.  "Quand on relie tous ces points, on est face à un grand problème qui a été unanimement condamné par toute la classe politique et par la société dans son ensemble. Car ils veulent un retour à la société d'antan teintée d'un nationalisme ethnique. Ce sont ces prises de positions, reliées à la glorification d'Hitler, et à la manière dont ils incitent à la haine qui en font un groupe dangereux".

Ils visent les jeunes, mais aussi les plus âgés

Via les réseaux sociaux, ils visent essentiellement les jeunes. "Ce qui les rend dangereux, c'est qu'en filmant leurs actions et les postant sur les réseaux sociaux, ils peuvent toucher des jeunes qui n'ont aucune idée de ce que ce mouvement est vraiment". 

Mais ils séduisent aussi un public d'un certain âge. Lors du rassemblement du 11 juillet, ils jouent sur la corde identitaire flamande. "En fait, ils abusent de la rhétorique flamingante pour faire passer des idées beaucoup plus radicales dans la société".

Quand un membre du groupe se plaint de deux "basanés" qui écoutent de la musique arabe dans le train, Dries Van Langenhove répond "Nous n'en sommes qu'au début. Dans deux ans, tu pourras appeler une brigade mobile de Schild & Vrienden qui les attendra à la prochaine gare".

"Il dit donc clairement que d'ici un certain nombre d'années, analyse Tim Verheyden, le mouvement contrôlera la rue par la violence".

Ce reportage est-il vraiment utile?

Tim Verheyden estime qu'il était important de réaliser ce reportage. "Ce qui est dangereux c'est qu'ils influencent la manière de penser des gens via les réseaux sociaux, sans assumer qui ils sont. Ils n'ont pas l'honnêteté de dire ce qu'ils pensent vraiment".

Encore faut-il que les "fans" de la page officielle de "Schild & Vrienden", que les adeptes de l'image lissée du mouvement soient convaincus par ce qu'ils voient dans le reportage. Dries Van Langenhove est passé maître dans l'art de la manipulation et de la diabolisation des médias traditionnels. Dans une vidéo postée sur le site du mouvement avant même sa diffusion, le 5 septembre, le fondateur du mouvement traite le journaliste de la VRT de menteur. Tout serait une invention, les "memes" que montre le journaliste dans le reportage seraient vulgairement repêchés sur google et tout serait issu de photomontages.

Nous avons des preuves, 67 000 messages dont des milliers qui sont racistes

"C'est une tactique tout à fait prévisible. Ils veulent saper notre crédibilité pour avoir davantage de contrôle sur le message qu'ils veulent faire passer. Ils accusent : "Vous mentez! Fake news", alors que nous avons des preuves, 67 000 messages dont des milliers qui sont racistes". Tim Verheyden fait le pari que la plupart des gens ne tomberont pas dans le piège tendu par Dries Van Langenhove. Les preuves sont d'ailleurs mises à disposition de la justice qui a ouvert une enquête d'initiative.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel