José Happart a parlé avec Carlos Puigdemont

Nous l’écrivions hier, le célèbre indépendantiste catalan, Carlos Puigdemont, en exil actuellement en Belgique, était présent à Sclessin dimanche, pour assister à la rencontre Standard-Genk dans la loge du promoteur immobilier Christian Binet.

Une présence surprenante qu’on ne doit qu’à l’initiative du promoteur qui lui a envoyé un mail avec une invitation. « Je savais qu’il était amateur de foot, at-il raconté, et il m’a répondu positivement. » Une présence sans aucune contrepartie financière, nous assure-t-on.

Et mis à part de football, de quoi ont-ils parlé ? Dans la loge se trouvait également un autre farouche défenseur de la langue et de l’identité culturelle, José Happart. Et par ailleurs grand ami de Christian Binet.Capture d’écran 2018-10-30 à 07.46.52.png

« Il m’a dit que, le plus dur pour lui dans cet exil, c’est qu’il ne voyait plus ses deux jeunes enfants, âgés de 7 et de 9 ans », explique le hérisson fouronnais. Mais c’est bien sûr et surtout de la libre autonomie des peuples dont il a été le plus question. « Je lui ai expliqué ma théorie de l’Europe des Régions. Pour moi, l’Europe des États ne tiendra plus longtemps. On voit les tensions qui existent partout (Grèce, Italie…) et qui mène à ce que des extrémistes de droite prennent le pouvoir. Seule une Europe confédérale, formée des différentes régions autonomes (Wallonie, Flandre, Catalogne…) reste viable à long terme. »

PROBLÈME ESPAGNOL DIFFÉRENT

Carlos Puigdemont a bien écouté mais il a rappelé aussi que le problème de la Catalogne est différent. « Sur le papier, la Catalogne possède un haut degré d’autonomie, a-t-il rappelé à José Happart. Le problème est que l’État espagnol ne le respecte pas. Et c’est pour cette raison que nous avons dû déclarer l’indépendance. » Dans la loge, il était accompagné d’un autre ministre catalan et de deux gardes du corps. À leur table, se trouvait également Martin Charlier, alias « Kiki l’Innocent ».

L.G. dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 30 octobre 2018

Commentaires

  • BLUFF! Qui n' aboutira à rien, comme d 'hab! Bla bla bla...

  • C'est la Belgique morcelée en 3 "gewest" + les cantons rédimés qui ne tiendra pas : j’habite à Overijse qui est en Vlaamsegewest et qui à la limite avec Wavre ( Waals Gewest et à la limite avec Bruxelles (Brussese Gewest) ; il y a 1 mois je ne savais pas, venant de Liège, rentrer chez moi; j'essaie par différentes petites routes..IMPOSSIBLE. J'appelle la en Police en donnant ma position ; je les vois feux tournants à 200 m de moi de l'autre côté des travaux!!! Il ont aussi essayé quelques petites routes des environs, sans succès ! Finalement ils m'ont escorté par un sens unique....

    Il n'y a plus de patron : les villes, la province, les régions peuvent ouvrir à leur gré des chantiers
    Avant la régionalisation il y avait un service travaux :la DIF, Département infrastructure Fédéral dont le patron était Mr Patty, Ing. avec une équipe d'Ingénieur et au mur des cartes de TOUTES les routes de Belgique. Un futur chantier devait lui être signalé avec les dates de début et de fin !!!!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel