Dalhem

  • En région liégeoise, les agriculteurs seront dédommagés

    Le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin (cdH), a annoncé la reconnaissance, par l’IRM, du caractère exceptionnel de la sécheresse. Cette reconnaissance concerne déjà 166 communes wallonnes, dont huit dans l’arrondissement liégeois.

    Bassenge, Dalhem, Oupeye et Visé sont concernées.

    D'un article d'ESEN KAYNAK à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 16 août 2018.

  • Les Castors vous attendent

    Marche  d’après–midi (départ à 11H) 

    Petite restauration etc…

  • Le motocross de Warsage annulé à cause de la sécheresse

    Le motocross de Warsage rassemble chaque année plus de 300 pilotes sur un tracé apprécié de tous. Cette fois, ces sportifs vont rester sur le carreau. En effet, ils viennent d’apprendre l’annulation de l’événement. En cause, la sécheresse et l’interdiction d’arroser une partie du terrain située sur la commune de Fourons, dans le Limbourg.Capture d’écran 2018-08-02 à 09.10.41.png

    La sécheresse malmène les plans des organisateurs. En Flandre, plusieurs motocross ont déjà dû être annulés. Cette fois, c’est en Wallonie qu’une décision radicale a été prise : le motocross de Warsage, prévu le week-end prochain, ne pourra pas avoir lieu !

    « La situation est particulière », explique Arnaud Dewez, le bourgmestre de Dalhem. « Une partie du terrain appartient à la commune de Dalhem. Par contre, elle est située sur la commune de Fourons, soit en Flandre. Les organisateurs doivent donc respecter la réglementation locale » Cette dernière est d’ailleurs très claire : « Le Gouverneur faisant fonction, Michel Carlier, du Limbourg, a décidé qu’à partir du 27 juillet, il est interdit de pomper de l’eau dans les cours d’eau nonnavigables (Berwinne, Voer, Veurs, Gulp, Beek), exception faite pour le ravitaillement du bétail. En ce qui concerne le fait de pomper de l’eau dans la Meuse (cours d’eau navigable), il est nécessaire d’obtenir au préalable l’autorisation du ‘Vlaamse Waterweg’ », précise Huub Broers, le bourgmestre local.

    Lire la suite

  • Daniel et Brigitte ont inauguré samedi leur boucherie-charcuterie

    Ils tentent la grande aventure du commerce à la ferme

    Unee première à Bombaye et dans la région, portée par Daniel et Brigitte Piron-Beckers. Leur credo : maîtriser toute la filière de production.
    À l’heure où les commerces de proximité ont, du moins dans certaines zones, plus tendance à fermer leurs portes qu’à les ouvrir, le projet de Daniel et Brigitte Piron-Beckers va complètement à contre-courant.
    En effet, le couple a inauguré sa toute nouvelle boucherie-charcuterie dans le centre de Bombaye, samedi matin.
    Vu ses caractéristiques, la motivation et l’expérience de ses patrons, il y a de grandes chances que l’entreprise soit couronnée de succès. « En tout cas, j’ai l’impression que nous mettons en place un système qui plaît au public », se réjouit Daniel Piron.


    TOUT EST « MAISON »

    « Du pré à la bouche », tel est le nom de ce commerce. « De fait, nous élevons les animaux (les bœufs, les poulets...) à la ferme. Nous gérons également la découpe et la transformation de la viande à Bombaye.

    Les préparations se font aussi ici. Tout comme la vente, évidemment. Bref, la seule chose qui n’est pas réalisée à Dalhem, c’est l’abattage des bêtes. Il faut dire que c’est interdit. Pour ce faire, nous devons nous rendre à l’abattoir. Dans la gamme produits locaux, impossible de faire mieux. »
    Si Brigitte, âgée de 52 ans, est responsable d’ateliers chez Detry, une société qui produit une large gamme de charcuteries et de salaisons à Aubel, Daniel, 55 ans, s’est toujours occupé de sa ferme. « Pour moi, c’est donc une manière de boucler la boucle car on ne doit pas passer par des
    intermédiaires comme on fait tout nous-mêmes, à part le porc qui ne provient pas de ma ferme. Je ne me serais pas lancé un tel défi il y a une dizaine d’années. C’est le bon moment. En effet, je sens qu’il y a une demande de la part de la population. »
    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 5 juin 2018

  • La maison noyée… deux jours après qu’ils y ont emménagé !

    Une habitation a été véritablement noyée dans le centre de Dalhem. En quelques instants, il y a eu à l’intérieur entre 60 et 80 cm d’eau !

    Un article de YANNICK GOEBBELS à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 18 mai 2018 et sur le blog de Dalhem.