Dalhem

  • À 70 ans, Jean Janssen arrête la politique !

    BA7C0CFC-7E3E-4E8F-9734-2D224E3AE88E.jpegLes dernières élections communales à Dalhem ont été marquées par le raz-demarée de la liste Maïeur, emmenée par Arnaud Dewez. Pierre Étienne (Dalhem Demain) n’a donc pas atteint son objectif, lui qui espérait succéder au plus jeune bourgmestre de Wallonie. Pire, il a été devancé par Jean Janssen au nombre de voix de préférence ! Mais, contrairement à l’échevin des travaux sortant (mais aussi des cimetières et de la sécurité routière), Pierre Étienne siégera bien au conseil communal, dont l’installation est prévue lundi. En effet, Jean Janssen nous annonce qu’il a décidé d’arrêter la politique. « Je suis âgé de 70 ans. Place aux jeunes », résume-t-il.

    Une décision qui a le mérite de surprendre, tant le premier échevin dalhemois prenait son rôle à cœur, lui qui appréciait se trouver sur le terrain afin de constater notamment l’avancée des chantiers. « Je ne suis pas une personne de défis. Je suis un homme d’action ! De surcroît, j’adore le contact des gens. Mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est le fait de leur rendre service. Par contre, me retrouver dans l’opposition et me battre pour rarement obtenir quelque chose, ce n’est plus pour moi. Je préfère davantage profiter de la vie. Je suis par exemple revenu du Vietnam. C’était un magnifique voyage de dix jours. J’espère en faire encore beaucoup d’autres. Je veux également aider mon fils. Bref, cette décision est plutôt logique. Elle a d’ailleurs été prise en accord avec les autres membres du groupe Dalhem Demain. »
    Suite à ce désistement, c’est Patricia Driessens qui devient conseillère à Dalhem.
    À noter que ce n’est pas le seul désistement. En effet, Hélène Schyns (liste Maïeur) ne prêtera pas serment lundi en tant que conseillère communale. Et pour cause, elle se désiste également pour raisons personnelles. C’est Évelyne Deckers-Schillings qui la remplace.

    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 1er décembre 2018.

  • Fin de l’enquête publique pour la construction d’un poulailler à Bombaye

    Philippe Jacquinet espère obtenir un permis unique pour construire et exploiter un poulailler de 39.600 poulets d’engraissement en extension d’une exploitation agricole bovine existante et située rue du Tilleul à Bombaye. L’enquête publique liée au projet de cet agriculteur âgé de 37 ans se clôture ce lundi à Dalhem.

    Dur, dur d’être agriculteur à notre époque. En effet, les mauvaises nouvelles sont plus fréquentes que les bonnes. Quant aux normes, elles deviennent de plus en plus strictes. Ce qui engendre continuellement de nouveaux frais. « Le secteur laitier va mal. Tout comme le secteur de la viande bovine. Par exemple, nous vendons une bête à un prix similaire à celui qui était de mise il y a 30 ans. Quant au secteur de la betterave, il est en plein désarroi. Vu la situation, nous n’avons pas d’autre choix que de diversifier notre activité. C’est une question de survie », résume Philippe Jacquinet, un agriculteur âgé de 37 ans.

    Un article à lire dans LA MEUSE numérique.

  • Un second tome posthume sur Dalhem

    Sur le plan historique, Dalhem recèle de trésors. « Jacques Detro en avait déjà révélé une flopée à l’occasion du A7AA8000-197F-4D6D-8071-769B9CFFCE8E.jpeg900e anniversaire de cette commune. Ainsi, il avait publié un bouquin très fouillé en 1980 », se remémore Chrystel Blondeau, attachée aux recherches d’histoire locale. « Jacques Detro habitait dans la Vieille Ville. Décédé en 2007, il avait créé un syllabus consacré à la fois à l’époque contemporaine ainsi qu’à plusieurs personnalités qui ont marqué de leur empreinte la vie dalhemoise. Un second opus vient donc de sortir. Comme vous l’aurez compris, il s’agit d’un ouvrage à titre posthume. Ce sont notamment des étudiants en secrétariat qui ont retapé le texte. Son titre : « Dalhem-le-Comté. Second Tome. »

    Son prix de vente est de 21 €. Il peut s’obtenir au musée régional d’Archéologie et d’Histoire de Visé ainsi qu’à l’administration communale de Dalhem.
    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE

  • Tout au long du week-end, le village de Berneau va commémorer le 100e anniversaire de la première guerre mondiale

    Des moments pénibles vécus durant la première guerre mondiale à l’euphorie des années folles, le petit village de Berneau s’apprête à faire un bond dans le temps. Tout au long du week-end, la commune de Dalhem va commémorer ces instants d’émotion intense.

    Lire la suite

  • Renouveau veut quitter l’opposition pour la majorité

    Auteur du meilleur score collectif et individuel avec Serge Belleflamme lors des dernières élections communales, le groupe Renouveau souhaite rééditer cette formidable performance au mois d’octobre afin d’espérer figurer, cette fois, dans la majorité plutôt que dans l’opposition.

    Renouveau est sorti du bois. À sa manière, évidemment. Pas de publicité à outrance, pas de long discours… Juste une simple présentation de chaque candidat. Des déclarations rationnelles empreintes de détermination. « Nous espérons à présent avoir des choses à décider pour le bien de la commune », lance France Hotterbeex, la présidente.

    « Nous refusons tout accord préélectoral. Nous sommes un mouvement citoyen, le seul à avoir conservé son nom. Nos candidats sont tous d’ouverture, personne n’est affilié à un parti. Chez nous, vous ne trouverez aucune personne voulant faire carrière en politique, mais bien des citoyens qui ont simplement accepté de consacrer une partie de leur temps pour améliorer notre cadre de vie ».

    On connaît à présent le nom de tous les candidats rénovateurs. À l’exception d’Aurore Gryson, plébiscitée comme tête de liste lors de l’assemblée générale du mois de janvier, tous les autres numéros ont été tirés au sort. Il faut dire que l’ordre importe peu cette année…

    La surprise, c’est le fait que France Hotterbeex ne se présente pas. « J’ai été conseillère communale durant presque 12 ans et j’ai décidé de laisser la place à d’autres pour mieux me consacrer à mon rôle de présidente et aussi pour que les nouvelles personnes amènent des idées novatrices », affirme-t-elle.

    D'un article de YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 22 août 2018.