Web Statistics

Dalhem

  • Daniel et Brigitte ont inauguré samedi leur boucherie-charcuterie

    Ils tentent la grande aventure du commerce à la ferme

    Unee première à Bombaye et dans la région, portée par Daniel et Brigitte Piron-Beckers. Leur credo : maîtriser toute la filière de production.
    À l’heure où les commerces de proximité ont, du moins dans certaines zones, plus tendance à fermer leurs portes qu’à les ouvrir, le projet de Daniel et Brigitte Piron-Beckers va complètement à contre-courant.
    En effet, le couple a inauguré sa toute nouvelle boucherie-charcuterie dans le centre de Bombaye, samedi matin.
    Vu ses caractéristiques, la motivation et l’expérience de ses patrons, il y a de grandes chances que l’entreprise soit couronnée de succès. « En tout cas, j’ai l’impression que nous mettons en place un système qui plaît au public », se réjouit Daniel Piron.


    TOUT EST « MAISON »

    « Du pré à la bouche », tel est le nom de ce commerce. « De fait, nous élevons les animaux (les bœufs, les poulets...) à la ferme. Nous gérons également la découpe et la transformation de la viande à Bombaye.

    Les préparations se font aussi ici. Tout comme la vente, évidemment. Bref, la seule chose qui n’est pas réalisée à Dalhem, c’est l’abattage des bêtes. Il faut dire que c’est interdit. Pour ce faire, nous devons nous rendre à l’abattoir. Dans la gamme produits locaux, impossible de faire mieux. »
    Si Brigitte, âgée de 52 ans, est responsable d’ateliers chez Detry, une société qui produit une large gamme de charcuteries et de salaisons à Aubel, Daniel, 55 ans, s’est toujours occupé de sa ferme. « Pour moi, c’est donc une manière de boucler la boucle car on ne doit pas passer par des
    intermédiaires comme on fait tout nous-mêmes, à part le porc qui ne provient pas de ma ferme. Je ne me serais pas lancé un tel défi il y a une dizaine d’années. C’est le bon moment. En effet, je sens qu’il y a une demande de la part de la population. »
    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 5 juin 2018

  • La maison noyée… deux jours après qu’ils y ont emménagé !

    Une habitation a été véritablement noyée dans le centre de Dalhem. En quelques instants, il y a eu à l’intérieur entre 60 et 80 cm d’eau !

    Un article de YANNICK GOEBBELS à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 18 mai 2018 et sur le blog de Dalhem.

     

  • Visite du Fort d'Aubin-Neufchâteau

    Des visites guidées du Fort sont organisées tous les 3ème dimanche de chaque mois entre avril et novembre.

    Notre parcours vous fera découvrir les différentes galeries de l’ouvrage, permettant de découvrir les lieux clefs du Fort tels les postes de combat ainsi que la caserne souterraine. 

    Les visites débutent à 14h précises. Merci de vous présenter au Fort quelques minutes avant le début de la visite.

    Nos guides qualifiés peuvent effectuer les visites en Français, Néerlandais, Anglais et Allemand.

     

    Tarif pour la saison 2018 :

    Les 3e week-end du mois :

    Prix d’entrée normal: 5€ par personne

    Enfants jusque 12 ans: 3€

     

    Formules pour groupes :

    le samedi, dimanche, jours fériés: Forfait 25 € et 5€ par participant

    En semaine : Forfait 50€ et 5€ par participant

    Lire la suite

  • Visite des vergers bio

    F00318D6-7215-4986-81A6-2809D721E689.jpeg

    Dans le cadre de la Semaine bio, Pierre-Marie Laduron, Producteur de pommes et poires, vous emmène visiter ses vergers et goûter ses jus.
    2 & 9 juin, de 14h30 à 16h30
    Rue Albert Dekkers 67 - 4608 Warsage
    Gsm 0477 29 05 17 - T. 04 228 02 63
    info@delafleuraufruit.be
    www.delafleuraufruit.be

  • Le match de la dernière chance

    RUGBY - COQ MOSAN

    C’est le match de la dernière chance en rugby ! Une semaine après avoir brûlé un joker à Fra- meries, le Coq Mosan n’a plus droit à l’erreur, sous peine de res- ter une saison supplémentaire en Division 2. « Nous avons perdu la fi- nale du championnat, mais en cas d’exploit face à Boitsfort, l’avant-dernier de D1, ce dimanche dès 15h30 en barrage sur terrain neutre à Waterloo, nous pouvons encore arriver à nos fins, c’est-à-dire au sein de l’élite », affirme Frédéric Heynen, le président du club berneautois.

    UNE OPPOSITION PLUS SOLIDE

    Afin de parfaitement rentrer dans ce match, il faudra tirer un trait sur la défaite douloureuse (16-13) de dimanche dernier. « C’est bien simple, nous sommes passés à trois centimètres de la montée », reprend Frédéric Heynen. « Nous avons disputé notre meilleur match de la saison. Nous avons dominé notre adversaire de la tête et des épaules. Mais nous avons oublié de concrétiser. Ainsi, nous avons loupé trois pénalités. Un tir a même fini sa course sur le poteau ! Qu’à cela ne tienne, nous sommes parvenus à mener au score. Et sans un moment de flotte- ment sur une remise en jeu, nous aurions assurément gagné, même si nous n’étions pas obligés de nous imposer. En effet, un partage était suffisant pour monter. C’est râlant ! Mais cette déception doit faire place à de la détermination en vue du match de ce dimanche ».

    De fait, l’espoir est toujours de mise, même si l’opposition s’an- nonce plus solide. « Le point positif, c’est que nous jouerons sans pression. Boitsfort a été champion en D1 il y a quelques années. Le fait de descendre dans l’antichambre de l’élite serait assez mal perçu là-bas. Quant à nous, nous pouvons créer un exploit. Pour y parvenir, nous travaillons sur le côté psychologique à l’entraînement, cette semaine. Il faut positiver malgré la triste fin de la rencontre de dimanche dernier ».

    UN CAR POUR LES SUPPORTERS

    Quant aux supporters du Coq, ils seront fidèles au poste. « Il y aura un car pour eux. La semaine dernière, ils étaient 250 parmi un millier de spectateurs. Ce match était diffusé en direct sur une TV locale. C’est la preuve que le rugby devient de plus en plus populaire ». 

    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 4 mai 2018.