Dans les environs

  • En Basse-Meuse, le cdH a plusieurs cartes à jouer

    À Visé, la scission du MR en deux (MR et OUI Visé) a redistribué les cartes. Le PS, devenu majoritaire, est très courtisé. Le cdH, Écolo devenu Visons Demain et le nouveau venu, le PTB, discutent avec les autres mais pas d’accord pré-électoral.

    Informations à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 14 septembre 2018.

  • La petite fille malvoyante rentre en 1re secondaire dans l’enseignement classique au Sacré-Cœur

    C’est la belle histoire du jour. Sarah, 12 ans et malvoyante depuis sa naissance, vient de passer sa première année dans l’enseignement secondaire. Si aujourd’hui, elle suit les cours normalement, c’est grâce à une technologie appelée « TV-loupe ».

    Un article d’ESEN KAYNAK à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 8 septembre 2018.

  • La commune d'Eijsden-Margraten en a marre des nuisances de l'aéroport de Liège

    Le bourgmestre d'Eijsden-Margraten, Dieudonné Akkermans, s’est rendu récemment à La Haye pour des consultations avec le ministère des Infrastructures et de la gestion de l'eau. Selon le compte-rendu de cette conversation, il continue de voir peu de progrès. Akkermans a le sentiment d'être ignoré par La Haye. Il a informé le ministère qu’il n’avait pas l’intention de revenir à La Haye à six reprises «sans perspective».

    Selon la commune, l'espace aérien au-dessus d'Eijsden est de plus en plus occupé. En raison du nombre croissant de vols au départ et à destination de l’aéroport de Liège Bierset, les avions ne peuvent souvent pas atterrir immédiatement, de sorte qu’ils doivent faire un tour supplémentaire et ils tournent souvent au-dessus d’Eijsden.

    Selon Akkermans, les Belges pourraient résoudre ce problème en prenant en charge plus tôt et en détournant les avions venant de l'ouest vers Liège. Les contrôleurs aériens néerlandais indiquent que cela est techniquement possible, selon le bourgmestre.

    Paul van Gurp, chef de la Division de l’espace aérien et des aéroports régionaux du Ministère, reconnaît que la question n’a toujours pas été résolue. Selon lui, c'est parce que les problèmes entourant l'aéroport de Lelystad, qui doit prendre en charge une partie du trafic aérien en provenance et à destination de Schiphol, ont exigé beaucoup d'attention ces derniers mois.

    Van Gurp nie catégoriquement que le ministère ne prenne pas au sérieux la municipalité d'Eijsden-Margraten. Selon lui, les autorités belges et néerlandaises parlent de ce problème. Le ministère néerlandais est prêt à organiser une réunion entre les responsables des communications néerlandais et belges.

    (une information du journal "De Limburger" du 5 septembre 2018).

  • L’échafaudage du pont de Lixhe heurté par une péniche !

    Le 8 février dernier, le pont de Lixhe à Visé s’est soulevé de 50 centimètres !

    Un événement rarissime. Même si ce pont, qui relie Visé à Loën et qui enjambe le canal Albert à Lixhe, date de 1984, il n’était pas en péril comme l’avaient révélé les inspections de l’année dernière.

    D’après les équipes spécialisées de la Direction générale des Routes et des Voies hydrauliques du Service public de Wallonie, le problème était lié à la rupture d’une des deux bielles qui ancrent le pont à hauteur de la rue de la Croix.

    Les fixations ont lâché sous l’effet de la corrosion.Capture d’écran 2018-09-05 à 07.57.25.png

    Depuis lors, la circulation automobile est totalement interdite sur le pont de Lixhe. La navigation fluviale avait, elle, été interrompue durant une semaine.

    Ce lundi, la société Travhydro a commencé à installer un échafaudage pour permettre les travaux de réparation du pont. Et dans la nuit de lundi à mardi dernier, une péniche qui circulait sur la Meuse a heurté cet échafaudage !

    « Pourtant, une signalisation avait été installée et une déviation avait été mise en place pour empêcher les péniches de passer du côté de Lixhe. Nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé puisque la péniche ne s’est pas arrêtée et a poursuivi sa navigation ! Elle a arraché une partie de l’échafaudage. La police de la Zone Basse-Meuse est venue constater les dégâts », explique Joeffrey Carrière, directeur général de Travhydro.

    Ce mercredi, la structure qui a été abîmée devrait être démontée. « Le montage de la structure qui n’a pas été abîmée se poursuivra, en même temps que le démontage de l’autre partie et l’ensemble de l’échafaudage devrait être opérationnel pour le milieu de la semaine prochaine. Il ne descendra finalement qu’un mètre 20 plus bas que le pont et ne descendra donc pas dans l’eau », prévient Joeffrey Carrière.

    BIENTÔT LES RÉPARATIONS

    Les travaux de réparation du pont de Lixhe pourront alors véritablement démarrer jeudi prochain.

    « Il est actuellement impossible de déterminer la durée de ces travaux. Nous allons examiner le tablier du pont et travailler sur le pont et en dessous », indique Jean Guillaume, le gestionnaire du chantier.

    Des travaux attendus impatiemment par les automobilistes et par les camions après sept mois de déviations. 

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 5 septembre 2018.

  • Le corps de Thierry Michel a été repêché dans la Meuse à Visé

    Capture d’écran 2018-09-03 à 08.13.13.pngSamedi après-midi, le corps sans vie d’un homme a été repêché en Meuse, à hauteur du quai Basse-Meuse, à Visé. Il s’agit de Thierry Michel, un Visétois de 56 ans. L’homme était porté disparu depuis le jeudi 30 août, en soirée. Un avis de recherche avait été diffusé ce vendredi soir, à la demande du parquet de Liège. Ce dernier a bien entendu été avisé de la découverte du corps. Un médecin légiste a été envoyé sur place.

    Il a pu confirmer qu’il n’y a aucune intervention d’un tiers dans le décès. 

    A.MA