Web Statistics

Faits divers

  • Des petites croix qui font peur

    (Photo Facebook)

    En cette période où les nombre de vols dans les habitations semble s'accroitre, des gens ont constaté la présence de petites croix sur les habitations et ont cru qu'il s'agissait d'une indication pour les voleurs.

    Il n'en est rien. L'entreprise VBG de Heusden-Zolder a fait savoir hier qu'elle est chargée de travaux dans la commune et que ce sont des points de référence qu'elle a dessinés pour ses futurs travaux.

    Voilà donc des gens qui prennent la liberté de dessiner des croix sur les propriétés sans prévenir personne et de provoquer une belle panique. Il faut espérer que les autorités communales leur rappelleront fermement que l'article 16 de la Constitution belge garantit la protection de la propriété privée.

  • Une maison détruite par une grue à Visé

    Ce mardi, aux environs de 8h30, les habitants de la rue de Jupille à Visé ont été surpris par un bruit de fracas. Un camion Man de la société Koziel, tractant une remorque chargée d’une grue, est sorti de la propriété n o 51 où les véhicules sont entreposés depuis 17 ans. Pour une raison qui reste à déterminer, le bras de la grue n’était pas dans sa position la plus basse, ce que n’a pas remarqué le chauffeur. Le camion est passé sans encombre mais le bras de l’engin de chantier a accroché et arraché le linteau qui soutenait la porte, et qui était fixé au mur de l’habitation du numéro 49. « Ce qui a eu pour effet de démolir une partie importante de la maison », précise le bourgmestre de Visé, soulignant qu’il s’agit d’une des plus anciennes maisons de Visé datant de la fin du 19e siècle.

    Cette maison était celle de l’ancien président des Anciens Arbalétriers de Visé, et appartient désormais à son fils. Elle n’était cependant pas occupée au moment des faits. « Il est trop tôt pour dire s’il faudra démolir la maison en partie ou dans son entièreté », poursuit Marcel Neven.

    Le risque d’effondrement étant réel, la circulation a été interrompue et déviée. La rue de Jupille a été fermée à la circulation et le restera jusqu’à jeudi en fin de journée, au minimum. Un couloir sécurisé a été établi pour les piétons. Le dispatching du TEC a mis en place une déviation pour ses lignes de bus impactées. Il s’agit d’une information de notre Blog Sudinfo de Visé. -

    P. Neufcour dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 15 novembre 2017 et sur son blog.

  • Jean-André Essers (67) décède dans un accident

    Jean-André Essers, un habitant de Warsage âgé de 67 ans, a perdu la vie ce mardi après-midi dans un accident de voiture, survenu vers 16h30 au thier Saive à Dalhem. Sur cette route sinueuse, l’automobiliste a dévié de sa Essers 20160528_589.jpgtrajectoire.

    « La victime est seule en cause et est allée percuter un arbre après être sortie de route », a indiqué Quentin Grégoire, commandant des pompiers. « Nous l’avons désincarcéré, et nous avons essayé de le réanimer car il était en arrêt cardiaque. Sans succès. On ne sait pas dire si l’arrêt cardiaque a provoqué l’accident ou l’inverse. » L’homme pourrait effectivement avoir été victime d’un malaise, qui aurait donc provoqué l’accident. L’autopsie le confirmera, ou l’infirmera.

    Les pompiers de Verviers, de Battice, de Fourons ainsi que l’ambulance de Blegny et le SMUR de la Citadelle étaient présents sur les lieux. 

    B.B, C.B, A.MA ET Y.G dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 25 octobre 2017

  • Vol chez Philippe Gillain: un butin de 1.500.000€!

    L’uniformologie consiste à étudier, sur le plan historique, les tenues et les uniformes militaires à travers les âges. Philippe Gillain a participé à plusieurs ouvrages sur le domaine, faisant de lui un fin connaisseur en la matière. Son domicile renfermait d’ailleurs une impressionnante collection de 5.000 pièces. Très peu de gens le savaient. «  Sauf quand il s’agissait de mon musée (le « December 44 » de La Gleize, ndlr), j’ai toujours vécu dans l’anonymat de ma collection  », nous confie-t-il.

  • Une collection militaire inestimable pillée à Aubin-Neufchâteau

    Parmi les milliers d’objets emportés, un fanion de 1936 d’une valeur de 60.000 euros !

    La collection de Philippe Gillain était une des plus belles d’Europe ! Casques, képis, uniformes, munitions et autres reliques militaires constituaient une véritable fierté pour ce passionné de Dalhem. Il y a quelques jours, alors qu’il rentrait de vacances, sa collection avait totalement disparu. Outre la valeur historique, elle a également une incommensurable valeur financière. Une enquête est ouverte.

    Un article d'ALLISON MAZZOCCATO à lire dans LA MEUSE du 21 septembre 2017