Web Statistics

Faits divers

  • Il violente une femme enceinte

    Un jeune homme bien connu de la justice a violenté une femme enceinte à Visé, cela avant de déclencher une bagarre avec le frère de celle-ci, a indiqué lundi matin le parquet de Liège. Le suspect s’est également montré agressif envers les ambulanciers et les policiers. Après avoir consommé de l’alcool et de la cocaïne, cet Oupeyen de 24 ans se trouvait au domicile de Visé de sa petite amie quand il a remarqué dimanche soir que son véhicule était tombé en panne. Après l’avoir réparé et alors qu’il faisait ronronner le moteur en faisant plusieurs fois le tour du quartier, une riveraine l’a interpellé pour lui exprimer sa gêne. Bien qu’elle soit enceinte de quatre mois, le jeune homme est sorti de sa voiture pour lui porter un coup de pied. Le frère de la victime est intervenu et une bagarre a éclaté entre les deux individus. Le suspect a fait une chute qui l’a blessé au niveau du front. Une fois l’altercation terminée, il s’est rendu auprès de sa petite amie et a commencé à l’insulter et à la menacer. Le suspect a aussi insulté les ambulanciers intervenus sur place. Il a été privé de liberté. 

  • «Le Pain se sent rire» encore en justice

    Le boulanger visétois condamné pour avoir crié au marché

    Le tribunal correctionnel de Liège vient de statuer sur un autre dossier concernant ce commerce visétois, un dossier lié aux lois sociales. L’une des préventions portait sur la 33 e édition du marché bio et artisanal de Bombaye, organisé le 24 septembre dernier. Des contrôleurs sociaux s’étaient glissés parmi les 1500 visiteurs et les 40 exposants, et le boulanger visétois les avait repérés. Il avait alors utilisé le haut-parleur des organisateurs de l’événement et avait diffusé un message en criant : « Mesdames, messieurs, attention, attention ! Il y a un contrôle ONEM sur le marché. Attention ! Attention ! Les contrôleurs sont là ».

    La scène a été qualifiée d’obstacle à un contrôle social. L’auteur, âgé de 30 ans, a expliqué qu’il avait agi ce jour-là parce qu’il était « excédé » par les contrôles. La boutique avait, en effet, fait l’objet de plusieurs visites d’inspecteurs sociaux, depuis 2013, et des irrégularités avaient été relevées. Pour ces irrégularités, concernant notamment des employés non déclarés, le boulanger comparaissait aux côtés de la boulangère, et leur entreprise était également citée.

    Pour les cris lors du marché, le trentenaire écope d’une amende de 3.600 euros avec sursis pour un tiers.

    Pour les autres infractions, lui et la boulangère sont condamnés à 10.800 euros d’amende chacun, dont la moitié avec sursis. La société bénéficie d’une suspension du prononcé. 

    D'un  article de LWS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 28 avril 2018.

  • 9 ans requis contre l'ex-beau-fils

    Le 21 septembre 2015, deux habitants de Fouron-le-Comte avaient été garrottés et enfermés dans une chambre à coucher pendant plusieurs heures.

    L'instigateur était un hollandais, T. H. aujourd'hui âge de 57 ans, qui était l'ancien compagnon d'une des filles du couple. Il avait fait miroiter un gros butin à des albanais, mais ceux-ci s'étaient retournés contre lui et sa copine à Spa.

    Le journal "Het Belang van Limburg" annonce qu'une peine de prison effective de 9 ans serait requise contre T.H.

     

     

     

  • Le corps d’Evelyne Loxhay a été retrouvé à Haccourt

    Capture d’écran 2018-04-12 à 07.46.00.pngLe corps d’Evelyne Loxhay, une trentenaire qui a disparu depuis trois jours, a été retrouvé sans vie dans la nuit de mardi à mercredi dans les bois d’Haccourt. La dame âgée de 37 ans ne s’était plus manifestée depuis ce lundi.

    La police fédérale avait diffusé le jour même un avis de disparition pour la dame qui n’avait plus donné signe de vie depuis le début d’après-midi, à 14h30. Elle avait quitté l’hôpital « Agora », Montagne Sainte-Walburge à Liège.

    Son corps a été retrouvé pendu dans les bois de Haccourt la nuit dernière. Un expert a été envoyé sur place. L’hypothèse du suicide est donc privilégiée. Evelyne Loxhay était médecin contrôle à la mutualité Solidaris de Liège.

    Elle était mariée et avait deux enfants en bas âge.

  • Qui a vu Evelyne Loxhay (37 ans) ?

    Ce lundi 9 avril vers 14h00, Evelyne Loxhay, une femme âgée de 37 ans, a quitté l’hôpital «Agora», situé Montagne Saint-Walburge à Liège. Depuis, elle ne s’est plus manifestée. Elle pourrait se déplacer à bord de son véhicule une Golf break de couleur noire immatriculée 1 RXN 129.

    Evelyne mesure entre 1m60 et 1m65 et est de corpulence mince. Elle a les cheveux courts et châtain clair. Elle pourrait être vêtue d’un pantalon et d’un T-shirt blanc.

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800/30.300 ou bien par mail à l’adresse: avisderecherche@ police.belgium.eu

    (Appel lancé par la Police fédérale, mais aussi sur Facebook par Carine Broers de Fouron-le-Comte).