Web Statistics

Fourons - Page 2

  • Marie-Magdelaine Piron, la nouvelle centenaire visétoise qui réside à Fouron-le-Comte

    Belle émotion pour Marie-Magdelaine, qui calmement et sereinement a accueilli à la maison de repos de Fouron, sesCapture d’écran 2017-10-21 à 08.06.55.png enfants, ses 3 petits-enfants, ses 5 arrières petits-enfants,  son arrière-arrière petit-fils ainsi que sa famille et ses amis pour la célébration de son centenaire. 

    A cette occasion, nous apprendrons que Mme PIRON a travaillé durement durant toute sa vie, et notamment à la ferme, le travail ne lui a  jamais fait peur. Vous appréciiez aussi le jardinage, vous étiez donc la plupart du temps au grand air, est-ce peut-être la le secret de votre longévité !!!

    " C'est en 2005 que vous déciderez de vous installer à la maison de repos où vous vous sentez bien, et où l'on est aux petits soins pour vous.

    Voilà un petit résumé de votre vie Mme PIRON, vie pour laquelle nous vous félicitons chaleureusement !

    Nous vous souhaitons de tout coeur de profiter de nombreuses années encore de la vie, ainsi que de l'affection de tous !"

    Viviane DESSART

    Echevin de la Culture et du Tourisme de Visé

    Une information et des photos du blog de Visé.

  • La clinique de Hermalle a 60 ans

    Construite dès 1954, elle a été inaugurée en 1957. À l’époque, elle ne comptait qu’une polyclinique et deux services pour un total de 59 lits : chirurgie et maternité. Gérée à ses débuts par des religieuses, elle est ensuite reprise par les Mutualités chrétiennes avant de fusionner avec l’hôpital Saint-Joseph en 1996 et d’intégrer le groupe CHC en 2001.

    110 LITS

    Au fil des ans, la clinique connaît un succès grandissant à tel point que de nouveaux services voient le jour : médecine en 1979, gériatrie en 1986, soins intensifs en 1988, urgences en 1990, hôpital de jour médico-chirurgical en 1995, soins palliatifs en 1998, centre de jour en soins palliatifs en 2000, revalidation en 2006 et revalidation en oncologie en 2010.

    PORTES OUVERTES DIMANCHECapture d’écran 2017-10-21 à 08.02.14.png

    Et si la maternité a fermé ses portes en 2004, pour permettre à la clinique de se concentrer sur d’autres services, Notre-Dame de Hermalle compte aujourd’hui 110 lits et emploie plus de 400 personnes. Rénovée et agrandie à partir de 2004, la clinique accueille chaque année des milliers de patients.

    Des patients, mais aussi des curieux qui, ce dimanche, pourront découvrir l’envers du décor. A l’occasion de son 60e anniversaire, la clinique organise une journée portes ouvertes.

    Celle-ci se tiendra donc ce dimanche 22 octobre, de 10 à 17h. Le public pourra y visiter le bloc opératoire, les soins intensifs, la chambre prototype de la future clinique du MontLégia testée en conditions réelles dans une unité de soins, la pharmacie, le laboratoire ou encore une ambulance de réanimation. Un circuit instructif qui devrait durer près de 45 minutes. Des stands et autres animations seront également organisés. 

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 21 octobre 2017

    Capture d’écran 2017-10-21 à 08.03.56.png

  • La salle paroissiale de nouveau à l'ordre du jour du conseil communal du 26 octobre 2017

    Après une modification du budget communal, on reparlera de la salle paroissiale de Fouron-le-Comte pour laquelle la commune va s'engager dans un prêt hypothécaire... 

  • L’emblématique mayeur de Bassenge Ghislain Hiance est décédé

    Ghislain Hiance est décédé soudainement, ce jeudi, à son domicile. Né le 24 juin 1934, il aura consacré une grande part de sa vie aux autres et à sa commune.

    Membre du CVP du temps où Wonck était une commune limbourgeoise, Ghislain Hiance est devenu conseiller PSC à Wonck dès 1965. Ce combat local, il ne le quittera jamais.

    Réélu après la fusion des communes, il parviendra même à renverser la majorité IC lors des élections de 1988, année où il deviendra également bourgmestre de Bassenge. Un mandat qu’il exercera à trois reprises, jusqu’en 2006. Parallèlement, Ghislain Hiance deviendra député fédéral de 78 à 81 et de 88 à 95 et aussi député régional de 95 à 2001. S’il se battait pour de grands dossiers, Ghislain Hiance n’en oubliait pas ses racines.

    Il était également très attentif au combat fouronnais et avait été impressionné par l'invasion du 9 mars 1980 et même scandalisé par l'attitude de la gendarmerie de l'époque.