Web Statistics

Mouland

  • Action policière à Mouland et environs

    Ce jeudi 5 juillet, la police locale des Fourons a effectué un certain nombre de contrôles spécifiques dans les environs de la frontière avec les Pays-Bas avec six agents et avec le soutien d'un maître-chien de la police fédérale.

    Vingt véhicules et une quarantaine de personnes ont fait l'objet d'un contrôle lors de cette inspection.

    Un quart des personnes contrôlées semblait être en possession d'une quantité de cannabis.

    Une personne recherchée a été trouvée et trois conducteurs ont conduit sous l'influence de drogue.

    Enfin toutes ces personnes ont fait l’objet d’un procès verbal. Les stupéfiants ont été confisqués et les permis de conduire ont été retirés pour les personnes qui conduisaient sous l’influence de drogue.

  • Terribles inondations à Mouland

    La rue du Village à Mouland vendredi après-midi.

  • Maigre consolation pour les victimes de Mouland: les interventions des assurances

    Les assureurs estiment déjà les dégâts entre 2.000 et 5.000 euros par maison.
    «C’est un phénomène qui ne plaît à personne mais les assureurs sont préparés à ce genre de situation», nous dit le porte-parole d’Assuralia, Wauthier Robijns.
    Parce que malheureusement, cette année n’est pas « exceptionnelle » en matière d’inondations à cette époque. Ceux qui en sont victimes sont les premiers à s’en souvenir. «Nous avons été épargnés en 2017 et c’est tant mieux », poursuit M. Robijns, « mais il est classique de connaître deux périodes de dégâts des eaux par an. En hiver, en décembre généralement, à
    cause des rivières en crues. Et entre mai et juin, à cause de la grêle,
    de précipitations importantes ».
    Ainsi, en 2014, précisément entre le 7 et le 10 juin (c’était la Pentecôte), notre pays a été victime de violentes intempéries avec d’énormes grêlons : « Il y avait le match Belgique-Tunisie et un nombre incalculable de véhicules endommagés au Heysel. Nous avons compté 106.000 demandes d’indemnisations d’un montant de 4.000 euros environ par dossier ».
    2016
    En 2016, deux autres périodes marquantes : « D’importantes inondations entre le 27 mai et le 8 juin avec des dégâts conséquents estimés en moyenne à 7.000 euros par dossier. Et du 23 au 24 juin, en 2016 toujours, de nouvelles inondations avec des dégâts estimés à 3.600 euros en moyen. En 2016, 33.000 dossiers ont été rentrés ».
    2018, une année noire ? Encore
    Les pieds dans trop tôt, « mais oui, nous recevons déjà beaucoup de dossiers ces derniers jours. C’est assez conséquent mais c’est très tôt pour chiffrer », nous dit Chloé Tillieux pour Axa. Wauthier Robijns s’avance un peu plus, précisant aussi qu’il est tôt pour faire un bilan. Habitué qu’il est, il estime tout de même que les dossiers devraient se chiffrer entre 2.000 euros pour les dégâts du vent et 5.000 euros pour
    les dégâts des eaux . Ce ne sont que des moyennes et tout le monde espère que les orages, c’est fini : « C’est évidemment très grave et très triste pour les sinistrés mais imaginez si c’était en juillet quand les entrepreneurs de la construction sont en congé... » Mais vrai, ça ne consolera pas les personnes victimes d’énormes dégâts.


    M.SP. dans LA MEUSE du 2 juin 2018

  • Grand contrôle policier

    Ce jeudi 31 mai 2018, la police de Fourons a organisé et coordonné une action de contrôle majeure contre le trafic et transport de drogue dans le cadre des actions «Etoile» de la coopération Benelux.

    Lire la suite

  • Décès de Madame Louise DORTHU, épouse de Monsieur Jules DOBBELSTEIN

    Capture d’écran 2018-05-21 à 12.35.29.pngLa famille annonce le décès de Madame Louise DORTHU, épouse de Monsieur Jules DOBBELSTEIN, née à Mouland le 3 juillet 1933 et décédée le 19 mai 2018 à Visé.

    Un recueillement, suivi de la crémation au Centre Funéraire d'Eijsden, 8, Pisartlaan, aura lieu, le mercredi 23 mai 2018 à 9h30.
    La levée du corps au Funérarium aura lieu à 9h. Dispersion au cimetière de Berneau dans l' intimité de la famille.
    La défunte repose au funérarium DEDEE, rue de Berneau, 53 à Visé où les visites sont souhaitées de 17 à 19 heures.

    Faire-part