Pays de Herve

  • Certains futurs élèves devront trouver une autre école que celle dans laquelle ils désiraient aller.

    PLUS DE 500 ÉLÈVES EN PREMIÈRE AU CPH

    Du côté du Collège de la Providence de Herve, on est en tension démographique, ce qui permet à l’établissement, qui n’accueille que des élèves du premier cycle, de pouvoir ouvrir une classe supplémentaire l’an prochain, soit 21 en première. « On revient à la même situation qu’il y a deux ans. On avait eu un peu moins d’élèves en première l’an dernier, mais on en a à nouveau beaucoup cette année. Il y aura plus de 500 élèves en première », informe Bernard Servais, l’un des deux directeurs du CPH.

    Un nombre d’élèves impressionnant, c’est d’ailleurs la première fois que l’établissement hervien en aura autant. « On tourne chaque année autour de 1.000 sur les deux cycles et on veut d’ailleurs se maintenir autour de ce chiffre. L’objectif n’est pas de grandir », conclut Bernard Servais.

    Il reste des places presque partout

    Qu’en est-il des autres établissements de la région ? Il reste de la place dans les deux écoles welkenraedtoises (Athénée royal et Institut Saint-Joseph), au Collège Notre-Dame à Gemmenich, au Collège Saint-Hadelin à Visé (mais il y une liste d'attente à l'Athénée Royal de Visé), à l’Athénée de Pepinster ainsi qu’à l’institut provincial d’enseignement agronomique de La Reid. Il reste par contre moins de 10 places à l’école d’hôtellerie de Spa.

    Sur base d'un article de LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 25 avril 2018.

  • Grand saut à cheval par-dessus Mouland et Navagne

    Au Pays de Herve sur les pas de d’Artagnan

    Loupiac-Maastricht sera la première route équestre transnationale européenne (route déjà évoquée sur ce blog en 2015), que compléteront d’autres itinéraires en Espagne, Italie et Allemagne, sur les traces du fameux mousquetaire dont Alexandre Dumas a romancé les exploits.
    Mais on n’en est pas encore à foncer à bride abattue. Au beau Pays de Herve notamment, il faut encore baliser.
    Tâche à laquelle s’attellera l’Association de défense des chemins cavaliers en posant 500 signes.
    «Le relevé des endroits où placer les balises devrait encore prendre deux jours de travail », explique Anne Zinnen. Restera alors à les placer. «J’espère que ce sera fait au printemps prochain », ajoute la directrice de la Maison du tourisme du Pays de Herve. Une institution bien implantée dans le nord de l’arrondissement et qu’ont rejointe les communes de Visé, Dalhem et Blegny.
    Mais il ne s’agit pas que de flécher. L’itinéraire à suivre doit aussi faire référence à la localisation des maréchaux-ferrants, des vétérinaires… Sans oublier l’hébergement pour le cavalier et sa monture, évidemment.
    UNE DOUZAINE D’HÉBERGEMENTS
    Une douzaine de possibilités sont déjà répertoriées. Dans des gîtes ou des chambres d’hôtes, mais aussi l’un ou l’autre hôtel ou ferme recensés dans la partie relevant de l’arrondissement de Verviers. Avec au minimum un bout de prairie. Mais au fil du temps, la Maison du tourisme espère que les box se multiplieront.
    L’itinéraire passera par Pepinster, Xhendelesse, Soumagne, Herve, Thimister (sur la Ligne 38), Val-Dieu, Dalhem et enfin Visé, avant Maastricht.

    Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du samedi 10 février 2018

  • Fruits : la pire année depuis 26 ans

    Les gelées nocturnes de la deuxième quinzaine d’avril auront été synonymes de Berezina dans nos fruiticultures en région verviétoise. Selon les parcelles, les destructions oscillent entre 50 et 100 %, pour les pommiers. En témoignent nos producteurs régionaux, selon lesquels c’est le pire millésime depuis 1991.

    C’est la pire année depuis 1991 qui s’annonce, peste Dominique Meyers, fruiticulteur de Teuven (Fourons), mais qui possède de nombreuses parcelles à Aubel. « Je n’ai jamais vu ça », renchérit Justin Duysens, son confrère, à Welkenraedt.Capture d’écran 2017-05-03 à 08.16.09.png

    Et ce constat ne vaut pas que pour notre région : toute la Belgique mais aussi une très grande part des pays de l’Est (Pologne, très gros producteur, en tête) sont touchées. Le problème, c’est qu’on a eu en mars la météo qu’on espérait en avril, soit du soleil et de la chaleur, et en avril, celle d’un mars plutôt typique, soit du plus froid. Du coup, les fleurs qui s’étaient pointées un peu tôt ont été « brûlées ». La nuit du mercredi 19 au jeudi 20 a été redoutable, le mercure plongeant par endroits à -8.

    Dès lors, il faut s’attendre à ce que le kilo de pommes, poires, prunes ou cerises vous coûte bonbon, la saison venue. Une augmentation du tarif qui ne devrait cependant pas permettre aux producteurs de rattraper entièrement les pertes engendrées par le gel. Bref, un annus horribi-lis en puissance.

    « Les elstars, les goldens et les galas devraient un peu mieux s’en sortir », estime Dominique Meyers. Par contre, pour la jonagold, la plus fréquente chez nous, c’est un désastre.

    D'un article d'YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 3 mai 2017

  • Les agriculteurs s'en prennent au MR à Bruxelles

    Nouvelle mobilisation des agriculteurs à Bruxelles ! Ils ont tenu à faire entendre leur voix à l’occasion du Conseil des Ministres de l’Agriculture. Parmi eux, de nombreux agriculteurs de la région verviétoise qui, pour une fois, n’ont pas fait le déplacement en tracteur. 

    Alors que beaucoup d'agriculteurs étaient devenus des électeurs fidèles MR, ils se rendent de plus en plus compte du fait que le libéralisme prôné par le MR (dont ils croyaient que c'était le parti qui représentait les intérêts des indépendants) tue l'agriculture familiale. 

     

  • Jan Jambon à Herve pour envisager une fusion des zones de police au Pays de Herve?

    Capture d’écran 2015-06-20 à 09.50.59.png

    En se présentant, Jean-Claude Meurens a rappelé au ministre de l'intérieur qu'Aubel se situe « juste à côté de Fourons »...

    Dommage, on ne semble pas avoir envisagé, à cette réunion, une fusion logique de la zone de police des Fourons avec celle du Pays de Herve.