Web Statistics

Police

  • Un demi kilo de cocaïne à Mouland

    Vendredi après-midi, la police locale des Fourons a procédé à un contrôle de drogues dans les environs de l'autoroute E25 à Mouland.Capture d’écran 2017-12-04 à 08.57.24.png

    Il s'agit de contrôles ciblés, dans lesquels les véhicules étaient détournés du trafic qui passait.

    Les occupants des 5 premières voitures étaient tous en possession de petites quantités de cannabis. Les drogues ont été saisies pour la destruction et des PV seront rédigés.

    Cependant, les 2 occupants du 6ème véhicule ont transporté un demi-kilo de cocaïne.
    Les deux hommes ont été arrêtés sur place, les stupéfiants ont été saisis, le parquet du Limbourg a demandé de conduire les intéressés samedi devant le juge d'instruction à Tongres et puis ils ont été enfermés à la prison de Hasselt. La cocaïne a été confisquée. Pour une valeur de vente d'environ 55 euros par gramme, cela signifieque les individus transportaient plus de 27 000 euros de cocaïne.

    Une perquisition chez 1 des 2 hommes  à Saint-Nicolas (Liège) ce dimanche matin a été utile pour l'enquête. Son compagnon n'a pas de résidence permanente dans notre pays.

  • Des petites croix qui font peur

    (Photo Facebook)

    En cette période où les nombre de vols dans les habitations semble s'accroitre, des gens ont constaté la présence de petites croix sur les habitations et ont cru qu'il s'agissait d'une indication pour les voleurs.

    Il n'en est rien. L'entreprise VBG de Heusden-Zolder a fait savoir hier qu'elle est chargée de travaux dans la commune et que ce sont des points de référence qu'elle a dessinés pour ses futurs travaux.

    Voilà donc des gens qui prennent la liberté de dessiner des croix sur les propriétés sans prévenir personne et de provoquer une belle panique. Il faut espérer que les autorités communales leur rappelleront fermement que l'article 16 de la Constitution belge garantit la protection de la propriété privée.

  • Week-end chargé pour la police fouronnaise

    En concertation et en collaboration avec les organisateurs des "Pupkesfeesten", la commune des Fourons, les partenaires de la police, les pompiers et la sécurité privée, la police locale des Fourons a fait un effort supplémentaire cette année pour assurer la sécurité de l'événement.

    Des équipes de surveillance supplémentaires ont été mises en place vendredi et dimanche.

    Samedi, la police a patrouillé en équipes mixtes avec la zone de police partenaire Bilzen-Hoeselt-Riemst dans l'environnement plus large de l'événement. Lors de leurs contrôles de drogue en collaboration avec la police fédérale, ils ont capturé 4 personnes en possession de stupéfiants.

    À l'exception d'une bagarre le samedi soir et quelques plaintes de nuisances mineures, l'événement s'est déroulé sans encombre. La consommation d'alcool aurait été élevée, mais la plupart des fêtards avaient pris leurs précautions, car la conduite et l'alcool ne vont pas ensemble.

    Mardi soir, entre 19 et 22 heures, les policiers fouronnais ont effectué des contrôles avec deux équipes dans les environs de la frontière belgo-néerlandaise à Mouland.

    Une dizaine de véhicules ont été contrôlés.

    Deux personnes ont été trouvées en possession de stupéfiants et un homme était en possession d'une arme.

    Les drogues et l'arme ont été saisis et des PV ont été rédigés.

    Des jours chargés donc en plus des actions SLIM qui étaient annoncées pour le même week-end.

  • La police prévient

    La police des Fourons participe aux actions SLIM, une «action de roulage provinciale coordonnée» à l'initiative du gouverneur et en collaboration avec la police fédérale et le parquet pour prévenir les accidents de weekend. L'alcool, la drogue et la vitesse sont toujours les principales causes d'accidents de la route. Les accidents de la route pendant le weekend sont plus souvent accompagnés d'alcool et sont souvent plus graves que ceux qui surviennent pendant le reste de la semaine. Le week-end des 17, 18, 19 et 20 novembre 2017, la police des Fourons participera donc comme pratiquement toutes les forces de police locales dans la province et la police routière du Limbourg aux actions. Un homme averti en vaut 2!

    Cet avertissement de notre police concerne le week-end prochain, mais selon de nombreux témoignages sur les réseaux sociaux, elle était déjà active hier en "photographiant" les plus pressés à Schophem, Mouland, etc.

  • Guerre déclarée aux incivilités

    Capture d’écran 2017-11-10 à 08.33.24.pngLa zone de police Basse-Meuse a souhaité conscientiser les citoyens à un certain nombre de comportements dérangeants dans les quartiers. « Concrètement, nous avons voulu faire partager l’idée qu’un quartier bien tenu a un effet positif sur notre qualité de vie. Des progrès ont été perceptibles à différents endroits et j’ose croire que cette période de prévention a été mise à profit par le plus grand nombre de personnes », énonce M. Lambert, le chef de corps. « Nous devons tous nous sentir concernés et lorsque l’occasion le permet, nous pouvons également apporter notre écot non seulement en adoptant un comportement adéquat mais également en attirant gentiment l’attention d’un voisin ».

    RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE POLICE

    Il est important de préciser que le nouveau règlement général de police, appelé RGP, a été adopté par les six conseils communaux de la zone de police, à savoir ceux de Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé.

    Les protocoles d’accord avec le parquet du procureur du roi ont également été signés. « Quant à l’action de la police, elle va désormais entrer dans une phase répressive », ajoute M. Lambert. « Nous demandons à nos policiers de conserver le sens du discernement, mais recommandons la fermeté avec les récidivistes ».

    Parmi les nombreuses missions de la police, celle de veiller à la propreté et à la tranquillité se marquera par un plan d’actions.

    « Les priorités seront axées sur les chiens en laisse, les déjections canines, les poubelles publiques (non censées recueillir les déchets ménagers), l’heure de rentrée de poubelles privées, la surveillance des parcs mais aussi des espaces publics et des écoles en dehors des heures de présence, les dépôts d’immondices, les stationnements dangereux ou dérangeants ainsi que la circulation dans les chemins de démembrement. Il existe d’autres infractions au RGP. Celles-ci peuvent aussi être verbalisées, mais l’accent sera mis sur ce qui précède ». 

    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE