Web Statistics

Politique communale

  • Benoît Houbiers interrogera le bourgmestre jeudi soir

    Benoît Houbiers posera deux questions lors du conseil communal de ce jeudi 22 février en relation avec les Capture d’écran 2018-02-19 à 14.15.38.pngcommissions consultatives que la majorité VB a mises en place lorsqu'elle a pris le pouvoir. Ces commissions ne semblent plus être tellement en odeur de sainteté depuis que le bourgmestre vire de plus en plus vers une politique de droite beaucoup moins intéressée par les principes de transparence et par la participation citoyenne.

    Benoît Houbiers s'étonnera ainsi du fait que le conseil communal n'est jamais appelé à prendre connaissance des rapports des commissions consultatives alors que cet engagement est inscrit dans leurs statuts.

    Par ailleurs, constatant que les associations qui s'occupent de l'animation sociale pour les seniors doivent souscrire une assurance responsabilité civile, il dénonce le fait que la commission consultative de l'environnement, dont la seule compétence est de donner des avis, se lance dans l'organisation d'activités. Qui prend dans ce cas la responsabilité de ces organisations, d'autant plus que du personnel y participe. Ces activités sont-elles des activités organisées par la commune, avec la couverture de l'assurance R.C. de la commune? 

  • Le conseil communal des Fourons va-t-il voter pour l'abolition des facilités à Renaix?

    Le conseil communal des Fourons se réunira ce jeudi 22 février 2018. 

    Avant de passer en conseil de police, il prendra connaissance de l'approbation du budget 2018 et il examinera une motion introduite au conseil communal des Fourons par la commune de Beerse (?) visant à supprimer les facilités à Renaix.

    Capture d’écran 2018-02-17 à 15.10.14.png

    A Renaix, il y a actuellement une école francophone qui compte 3 classes gardiennes et 6 classes primaires, mais le conseil communal de Renaix veut supprimer les facilités pour des raisons économiques. Le président du conseil communal écrit dans sa convocation que "dans notre décision, on ne prendre aucune position concernant les facilités dans notre commune".

    Un nouveau contrat doit être conclu avec la Communauté flamande parce que la Province de Limbourg a perdu toute compétence en ce qui concerne l'organisation des bibliothèques publiques.

    Pour la construction d'une garderie d'enfants, la commune doit conclure un bail emphytéotique avec la Province pour l'espace qu'elle occupera à la route de Berneau.

    Avant 1970, la commune de Fouron-le-Comte a autorisé une construction à Schophem sur un terrain qui était en fait un sentier communal. L'assise appartient encore toujours à la commune. Il s'agit de régulariser la situation en permettant aux riverains d'acquérir ce terrain.

    Schophem 67.JPG

    L'enfouissement des lignes électriques entre le Grijzegraef et la route de Mouland sera le dernier point à l'ordre du jour du conseil communal avant de passer au point ajouté par Jean Levaux concernant le projet de loi concernant l'autorisation des visites domiciliaires.

    Le conseil communal se constituera ensuite en conseil de police pour prendre connaissance de l'approbation du budget 2018 de la zone de police des Fourons et pour engager un expert en sécurité (partagé avec d'autres zones de police) et pour prendre les dispositions pour le remplacement d'un temporaire (durant 7 ans) d'un agent qui souhaite se lancer dans une carrière d'indépendant,

  • Viviane Dessart a été élue tête de liste

    Ce samedi, les membres du MR de Visé se sont retrouvés pour un vote important, celui qui allait vraisemblablement définir le successeur de Marcel Neven, bourgmestre depuis 1989, il avait annoncé qu’il ne se présenterait plus comme candidat-bourgmestre.
    La locale du MR a donc décidé de procéder à un vote entre les trois candidats à la première place sur la liste MR: l’échevine en charge de la Culture et du Tourisme, Viviane Dessart; l’échevin des Finances Stéphane Kariger et Xavier Malmendier, échevin des Sports.

    Lire la suite

  • Conseil communal du jeudi 25 janvier 2018

    Le conseil communal des Fourons se réunira le jeudi 25 janvier 2018 à 20h.30.

    Après avoir entendu les éventuelles questions des conseillers communaux et les réponses du bourgmestre, le conseil entamera les points suivants de son ordre du jour:

    • PUBLiFiN SCiRL – assemblée générale extraordinaire 6 février. La commune est invitée à l’assemblée générale extraordinaire de PUBLiFiN SCiRL. Cette assemblée générale aura lieu le lundi 6 février 2018.
    • Non-consensus: Approbation de la résiliation de la convention pour la collecte des déchets textiles ménagers avec « Terre » – collecte de vêtements. Vu qu’il y a eu un non-consensus au collège des bourgmestre et échevins concernant la résiliation de l’accord des collectes de textiles ménagers avec Terre, le dossier est présenté au conseil communal.
    • Détermination lettre de mission chef de police

    Sur base de l’article 72 de la loi « Exodus » du 26 avril 2002 en ce qui concerne les éléments essentiels du statut des membres de personnel des services de police, le chef de la police de Fourons a rédigé une lettre de mission pour son mandat actuel (2015-2020). Dans celle-ci se trouvent les objectifs à atteindre pendant son mandat ainsi que les ressources mise à sa disposition afin de poursuivre ce but. La lettre de mission doit être en conformité avec le plan national et zonal de sécurité. Pour détermination par le conseil le chef de police présente la lettre de mission en concertation avec le bourgmestre. Le chef de police donnera les explications nécessaires aux conseillers communaux qui sont aussi « conseillers de police » dans la zone unicommunale des Fourons.

    • Jean Levaux propose une motion contre la vente de Belfius.

      F61BF953-4256-4DD1-ABDD-8B988F2B5D48.jpeg

      Le gouvernement a annoncé la vente prochaine de la banque Belfius, détenue à 100% par l’État Belge et donc par la population. Cette décision n’a fait l’objet d’aucun débat et pourtant, en poussant la banque Belfius dans une seule logique de maximisation du profit, la vente – même partielle – aurait un impact important sur l’économie et la société belge :

      - on se priverait de la possibilité de garantir une véritable accessibilité du service bancaire : disponibilité du personnel en face à face et pas seulement en ligne, agences bancaires dans les petites villes, etc.
      - on se priverait de la possibilité d’orienter le crédit dans l’intérêt de la population et des communes: financement de la transition énergétique, investissement dans les infrastructures publiques, etc.
      - on se priverait d’une vraie alternative : une banque dont la mission première serait de servir l’intérêt général et non pas le profit de ses actionnaires.


      Nous exigeons donc :

    • l’arrêt immédiat du projet de privatisation de Belfius, et l’annulation du mandat donné aux banques d’affaires

    • le lancement d’un débat public (incluant parlementaires, société civile et employé.e.s du secteur) sur l’avenir de la banque et sur l’intérêt d’une banque publique en Belgique.


      Nous ne pouvons pas laisser le seul pouvoir exécutif décider à la légère de l’avenir de l’une des principales banques de Belgique. Nous en appelons à l’action urgente du Parlement Fédéral sur ce sujet.

       

  • Une guerre des chiffons

    Nous apprenons par l’échevin José Smeets que les Fourons pourraient bientôt être le théâtre d’une guerre d’un nouveau genre.

    « Terre » et « Missiehulp » ramassent chacune et chaque année environ 18 tonnes de vieux vêtements aux Fourons. « Terre » a 4 conteneurs (Mouland, Fouron-le-Comte, Fouron-Saint-Martin et Rémersdael), alors que « Missiehulp » atteint le même tonnage avec 10 conteneurs.

    Remarquons que les inscriptions sur les conteneurs de « Terre » sont bilingues, alors que celles de « Missiehulp » sont exclusivement rédigées en néerlandais. 

    De plus, l’association de Herstal s’implique aux Fourons depuis des lustres et certains de ses travailleurs y sont même domiciliés.

    Au moment où on prône de partout le circuit court, José Smeets s’est opposé, en réunion du collège des bourgmestre et échevins, à un projet de décision visant à mettre fin à la collaboration avec « Terre » et à ne plus autoriser que l’association anversoise pour collecter les vieux vêtements aux Fourons.

    Le conseil communal devra bientôt prendre une décision à ce sujet.