Santé

  • La maladie du carré dans la région

    Ressortie d'on ne sait où, la maladie de carré a été diagnostiquée sur beaucoup de renards morts dans la région liégeoise et autopsiés à la faculté de médecine vétérinaire.
    Il est donc fortement conseillé aux propriétaires de chiens de surveiller leur animal de compagnie car cette maladie très contagieuse peut être mortelle (surtout chez les chiots), et cause toujours de graves problèmes de santé que ce soit au niveau digestif , respiratoire et nerveux.
    Pratiquement, vous pouvez vérifier la date de la dernière vaccination et sa validité dans le passeport de votre chien.

    (Une photo et une information du dr. vétérinaire Serge Belleflamme de Dalhem).

    Par ailleurs, le journal "Het Belang van Limburg" signale qu'un renard au comportement bizarre a été abattu lundi à Rémersdael. Le cadavre a été envoyé au centre ad hoc pour examen.

  • La clinique de Hermalle teste un nouveau type de station d’épuration

    Les études le démontrent, nos eaux sont polluées par les produits pharmaceutiques. Ceux-ci, qui se retrouvent dans les eaux usées, ne sont pas traités dans les stations d’épurations et sont donc rejetés dans nos cours d’eau. Et si les conséquences sur l’environnement sont mal connues, on constate déjà certains impacts sur les poissons. Mais à la Clinique Notre-Dame de Hermalle, le test d’un nouveau type de station d’épuration pourrait révolutionner le traitement de ces eaux usées.

    Un article d'AURÉLIE DRION à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 6 avril 2018

  • Contre le cancer, il faut bouger !

    Un homme sur trois et une femme sur quatre seront confrontés au cancer avant l'âge de 75 ans. En cours de traitement, il est un message qui doit être rappelé : "Il faut bouger, son corps et ses méninges" !  Rester en mouvement représente un réel défi. Certes, l'activité physique dépendra de l'état du patient, de son niveau physique antérieur, de la réponse au traitement et des effets secondaires rencontrés mais il faut rester le plus actif possible et éviter la sédentarité.

    Un groupe de centres hospitaliers belges a étudié "l'amélioration de la qualité de vie et la réintégration des femmes atteintes d'un cancer du sein par l'entraînement physique". Impact (très) positif !

    Entretien avec Anne-France Leclerc sur un sujet d'avenir ! Enthousiasme assuré !

    Lire la suite

  • La clinique de Hermalle a 60 ans

    Construite dès 1954, elle a été inaugurée en 1957. À l’époque, elle ne comptait qu’une polyclinique et deux services pour un total de 59 lits : chirurgie et maternité. Gérée à ses débuts par des religieuses, elle est ensuite reprise par les Mutualités chrétiennes avant de fusionner avec l’hôpital Saint-Joseph en 1996 et d’intégrer le groupe CHC en 2001.

    110 LITS

    Au fil des ans, la clinique connaît un succès grandissant à tel point que de nouveaux services voient le jour : médecine en 1979, gériatrie en 1986, soins intensifs en 1988, urgences en 1990, hôpital de jour médico-chirurgical en 1995, soins palliatifs en 1998, centre de jour en soins palliatifs en 2000, revalidation en 2006 et revalidation en oncologie en 2010.

    PORTES OUVERTES DIMANCHECapture d’écran 2017-10-21 à 08.02.14.png

    Et si la maternité a fermé ses portes en 2004, pour permettre à la clinique de se concentrer sur d’autres services, Notre-Dame de Hermalle compte aujourd’hui 110 lits et emploie plus de 400 personnes. Rénovée et agrandie à partir de 2004, la clinique accueille chaque année des milliers de patients.

    Des patients, mais aussi des curieux qui, ce dimanche, pourront découvrir l’envers du décor. A l’occasion de son 60e anniversaire, la clinique organise une journée portes ouvertes.

    Celle-ci se tiendra donc ce dimanche 22 octobre, de 10 à 17h. Le public pourra y visiter le bloc opératoire, les soins intensifs, la chambre prototype de la future clinique du MontLégia testée en conditions réelles dans une unité de soins, la pharmacie, le laboratoire ou encore une ambulance de réanimation. Un circuit instructif qui devrait durer près de 45 minutes. Des stands et autres animations seront également organisés. 

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 21 octobre 2017

    Capture d’écran 2017-10-21 à 08.03.56.png

  • Cas de grippe aviaire à Bassenge

    Le virus hautement pathogène H5N8 de la grippe aviaire vient d’être détecté dans un élevage amateur de Bassenge, étant ainsi le 9e cas répertorié en Belgique. En conséquence, des mesures sanitaires viennent d’être prises, pour une durée d’au moins trois semaines, afin d’éviter sa propagation. Une zone tampon temporaire d’un rayon de 3 km a ainsi été délimitée autour du site, s’étalant sur quatre communes : Bassenge, Oupeye, Visé et Riemst (Limbourg). Au sein de cette zone, les déplacements de volailles, autres oiseaux et œufs à couver sont interdits et chaque détenteur doit nourrir et abreuver ses volailles à l’intérieur. De plus, les détenteurs d’oiseaux et de volailles de cette zone doivent envoyer à leur bourgmestre, endéans les 48 heures, un inventaire qui reprend, par espèce, le nombre d’animaux présents. L’Agence alimentaire souligne néanmoins que la consommation de viande et d’œufs de volailles est tout à fait saine. Dans un communiqué, l’AFSCA rappelle que les détenteurs professionnels de toute la Belgique et les amateurs dans des zones où les oiseaux sauvages sont nombreux sont obligés de nourrir et abreuver leurs volailles à l’intérieur en permanence. Ces zones sont consultables sur le site internet de l’Agence alimentaire. L’AFSCA demande également à chaque détenteur d’oiseaux d’être vigilant et de faire appel à un vétérinaire si ses volatiles sont malades ou meurent soudainement.