Web Statistics

Santé

  • La clinique de Hermalle a 60 ans

    Construite dès 1954, elle a été inaugurée en 1957. À l’époque, elle ne comptait qu’une polyclinique et deux services pour un total de 59 lits : chirurgie et maternité. Gérée à ses débuts par des religieuses, elle est ensuite reprise par les Mutualités chrétiennes avant de fusionner avec l’hôpital Saint-Joseph en 1996 et d’intégrer le groupe CHC en 2001.

    110 LITS

    Au fil des ans, la clinique connaît un succès grandissant à tel point que de nouveaux services voient le jour : médecine en 1979, gériatrie en 1986, soins intensifs en 1988, urgences en 1990, hôpital de jour médico-chirurgical en 1995, soins palliatifs en 1998, centre de jour en soins palliatifs en 2000, revalidation en 2006 et revalidation en oncologie en 2010.

    PORTES OUVERTES DIMANCHECapture d’écran 2017-10-21 à 08.02.14.png

    Et si la maternité a fermé ses portes en 2004, pour permettre à la clinique de se concentrer sur d’autres services, Notre-Dame de Hermalle compte aujourd’hui 110 lits et emploie plus de 400 personnes. Rénovée et agrandie à partir de 2004, la clinique accueille chaque année des milliers de patients.

    Des patients, mais aussi des curieux qui, ce dimanche, pourront découvrir l’envers du décor. A l’occasion de son 60e anniversaire, la clinique organise une journée portes ouvertes.

    Celle-ci se tiendra donc ce dimanche 22 octobre, de 10 à 17h. Le public pourra y visiter le bloc opératoire, les soins intensifs, la chambre prototype de la future clinique du MontLégia testée en conditions réelles dans une unité de soins, la pharmacie, le laboratoire ou encore une ambulance de réanimation. Un circuit instructif qui devrait durer près de 45 minutes. Des stands et autres animations seront également organisés. 

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 21 octobre 2017

    Capture d’écran 2017-10-21 à 08.03.56.png

  • Cas de grippe aviaire à Bassenge

    Le virus hautement pathogène H5N8 de la grippe aviaire vient d’être détecté dans un élevage amateur de Bassenge, étant ainsi le 9e cas répertorié en Belgique. En conséquence, des mesures sanitaires viennent d’être prises, pour une durée d’au moins trois semaines, afin d’éviter sa propagation. Une zone tampon temporaire d’un rayon de 3 km a ainsi été délimitée autour du site, s’étalant sur quatre communes : Bassenge, Oupeye, Visé et Riemst (Limbourg). Au sein de cette zone, les déplacements de volailles, autres oiseaux et œufs à couver sont interdits et chaque détenteur doit nourrir et abreuver ses volailles à l’intérieur. De plus, les détenteurs d’oiseaux et de volailles de cette zone doivent envoyer à leur bourgmestre, endéans les 48 heures, un inventaire qui reprend, par espèce, le nombre d’animaux présents. L’Agence alimentaire souligne néanmoins que la consommation de viande et d’œufs de volailles est tout à fait saine. Dans un communiqué, l’AFSCA rappelle que les détenteurs professionnels de toute la Belgique et les amateurs dans des zones où les oiseaux sauvages sont nombreux sont obligés de nourrir et abreuver leurs volailles à l’intérieur en permanence. Ces zones sont consultables sur le site internet de l’Agence alimentaire. L’AFSCA demande également à chaque détenteur d’oiseaux d’être vigilant et de faire appel à un vétérinaire si ses volatiles sont malades ou meurent soudainement.

  • 180.000 € pour lutter contre le cancer

    171 battants ont fait un tour d’honneur lors du départ de la 4 édition du Relais pour la Vie. « 37 équipes avec 1.445 participants ont marché durant 24 heures, explique Pascale Otoul, une organisatrice. Elles sont moins nombreuses, mais cela offre plus de dynamisme au sein des stands et sur la piste. Le compteur des dons affiche 120.000 €. À la clôture des comptes, il devrait avoisiner les 180.000€. »

    Une information de LEM dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 12 juin 2017

  • Un calendrier contre le cancer du sein

    Des infirmières, esthéticiennes et patientes se mobilisent à Visé.

    Derrière l’édition du calendrier, il y a un message : le cancer du sein ne doit pas être une fatalité.

    Le cancer du sein chez la femme (80 hommes en sont aussi victimes chaque année en Belgique) demeure un fléau. Les chiffres le démontrent. Afin de faire progresser la recherche mais aussi de sensibiliser au dépistage précoce, chaque action compte. Depuis plusieurs années, des infirmières et des patientes de la clinique du sein de Notre-Dame à Hermalle (Visé) mènent des actions.

    « Nous sommes engagées au niveau du Relais pour la Vie à Visé », nous explique Sabine Scholz, une des infirmières. « C’est dans ce cadre que l’on cherche des activités afin de faire un don à la Fondation contre le cancer. »

    UN CALENDRIER SEXY

    Et pour l’heure, c’est un beau projet qui est en passe de se concrétiser. Beau mais aussi très symbolique.

    « Nous allons en effet éditer un calendrier « seins nus ». Enfin, ce sera avec nos « seins nus » mais cachés par desCapture d’écran 2017-04-18 à 07.38.57.png objets synonymes de sein. Sur chaque photo, il y aura une association entre une patiente et un membre du personnel soignant.

    On veut ainsi parler de la maladie mais aussi de la prévention qui est importante. En y associant des femmes qui achèvent leur cycle de traitement. » Outre la sensibilisation, il y a aussi un message d’espoir qui est diffusé : le cancer du sein n’est pas une fatalité. « Avec ce calendrier un peu sexy, on fait passer le message sans être lourd, sans dramatiser », nous confie une des patientes.

    Les derniers shootings auront lieu dans les semaines à venir. Avant que le calendrier ne soit imprimé. « Nous avons espoir d’en vendre 400 dans un premier temps », conclut Sabine Scholz.

    Si le succès est au rendez-vous, des rééditions seront possibles. « Ce succès qu’on espère, il sera dû aussi à l’aide des esthéticiennes sociales qui sont à nos côtés et à un photographe professionnel qui réalise les clichés gracieusement. » La vente débutera dans quelques mois.

    N.LD dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 18 avril 2017

    Lire la suite

  • Victor Taeter recommande la conférence du Professeur Burny

    (Photo TéléVie)

    L’Amicale des Ainés de la F.W.A. du Pays de Herve-Aubel invite à la conférence « Derniers développements de la recherche pour lutter contre le cancer » donnée par le Professeur ARSENE BURNY, Professeur à l’U.L.B.(Facultés Agronomiques de Gembloux), le JEUDI 6 AVRIL 2017 à 14 h à la Salle Saint-Brice, rue Belven, 12 à 4852 Hombourg.

    Arsène Burny est Professeur honoraire de la faculté des sciences agronomiques de Gembloux, Docteur en sciences zoologiques à l’Université Libre de Bruxelles et Président du Télévie. Il a accepté de nous présenter les nouveaux progrès de la recherche contre le cancer. Cet après-midi se terminera par un goûter amical autour d’une tasse de café.

    P.A.F. 10 € par personne (goûter compris).

    Inscription obligatoire auprès de Victor Taeter par téléphone au 087/301 326 ou 0496/74 23 06 pour le 28 mars 2017 au plus tard. Paiement au compte n° BE 30-1030-1586-3511 (Paiement faisant foi) avec la communication « conférence A. Burny + nombre de personnes ».