Web Statistics

Solidarité

  • Seulement 18 RIS aux Fourons

    Le revenu d'intégration sociale est un revenu minimum destiné aux personnes qui ne disposent pas de ressources suffisantes, ne peuvent y prétendre par ailleurs, ni ne sont en mesure de se les procurer soit par leurs efforts personnels, soit par d'autres moyens. Le revenu d’intégration sociale est un revenu indexé qui doit permettre au bénéficiaire de mener une vie conforme à la dignité humaine.

    Pour l’obtenir vous devez être Belge ou (membre de la famille d’un) citoyen de l’Union européenne, réfugié́ politique reconnu, bénéficiaire de la protection subsidiaire, apatride ou étranger inscrit dans le registre de la population.

    Pour plus d'informations concernant les conditions permettant de bénéficier d'un revenu d'intégration sociale, veuillez consulter le site www.mi-is.be ou au C.P.A.S.

    Capture d’écran 2017-06-16 à 09.33.53.png

  • 180.000 € pour lutter contre le cancer

    171 battants ont fait un tour d’honneur lors du départ de la 4 édition du Relais pour la Vie. « 37 équipes avec 1.445 participants ont marché durant 24 heures, explique Pascale Otoul, une organisatrice. Elles sont moins nombreuses, mais cela offre plus de dynamisme au sein des stands et sur la piste. Le compteur des dons affiche 120.000 €. À la clôture des comptes, il devrait avoisiner les 180.000€. »

    Une information de LEM dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 12 juin 2017

  • Des Fouronnais en visite au « Combat de Reines » aux Haudères en Suisse

    C’est ce dimanche 30 avril qu’a eu lieu le combat des vaches aux Haudères, près d’Evolène (Valais) en Suisse. 

    Deux cents vaches se sont affrontées le temps d’une journée, chacune dans sa catégorie, en espérant devenir reine.  C’est une tradition là-bas.

    Une connaissance de Pierre BECKERS, Alphonse VUIGNIER, était présent avec une de ses vaches, « Diva ». Et on peut dire que le succès fût au rendez-vous puisqu’elle remporta le septième prix !

    Ils ont pu compter sur le soutien de quelques fouronnais, présents pour l’occasion. 

    Michel Colin

    1 Combat vache 2.jpg

    Lire la suite

  • Un calendrier contre le cancer du sein

    Des infirmières, esthéticiennes et patientes se mobilisent à Visé.

    Derrière l’édition du calendrier, il y a un message : le cancer du sein ne doit pas être une fatalité.

    Le cancer du sein chez la femme (80 hommes en sont aussi victimes chaque année en Belgique) demeure un fléau. Les chiffres le démontrent. Afin de faire progresser la recherche mais aussi de sensibiliser au dépistage précoce, chaque action compte. Depuis plusieurs années, des infirmières et des patientes de la clinique du sein de Notre-Dame à Hermalle (Visé) mènent des actions.

    « Nous sommes engagées au niveau du Relais pour la Vie à Visé », nous explique Sabine Scholz, une des infirmières. « C’est dans ce cadre que l’on cherche des activités afin de faire un don à la Fondation contre le cancer. »

    UN CALENDRIER SEXY

    Et pour l’heure, c’est un beau projet qui est en passe de se concrétiser. Beau mais aussi très symbolique.

    « Nous allons en effet éditer un calendrier « seins nus ». Enfin, ce sera avec nos « seins nus » mais cachés par desCapture d’écran 2017-04-18 à 07.38.57.png objets synonymes de sein. Sur chaque photo, il y aura une association entre une patiente et un membre du personnel soignant.

    On veut ainsi parler de la maladie mais aussi de la prévention qui est importante. En y associant des femmes qui achèvent leur cycle de traitement. » Outre la sensibilisation, il y a aussi un message d’espoir qui est diffusé : le cancer du sein n’est pas une fatalité. « Avec ce calendrier un peu sexy, on fait passer le message sans être lourd, sans dramatiser », nous confie une des patientes.

    Les derniers shootings auront lieu dans les semaines à venir. Avant que le calendrier ne soit imprimé. « Nous avons espoir d’en vendre 400 dans un premier temps », conclut Sabine Scholz.

    Si le succès est au rendez-vous, des rééditions seront possibles. « Ce succès qu’on espère, il sera dû aussi à l’aide des esthéticiennes sociales qui sont à nos côtés et à un photographe professionnel qui réalise les clichés gracieusement. » La vente débutera dans quelques mois.

    N.LD dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 18 avril 2017

    Lire la suite