Web Statistics

Statistiques

  • Les fraudeurs fiscaux repentis n'habitent pas chez nous

    Le député écolo Georges Gilkinet a obtenu les résultats de la dernière DLU, commune par commune. Un document inédit, qui fourmille de données chiffrées inédites que Sudpresse publie en primeur aujourd'hui !

    Le Namurois a reçu du ministre des Finances une répartition chiffrée de ce qu’a rapporté la DLU de 2015 aux 589 communes belges. Comme d’autres avant elle, cette « déclaration libératoire unique » permettait aux contribuables qui auraient « oublié » de déclarer certains revenus de se mettre en règle en payant l’impôt dû, augmenté d’une pénalité de 20% des revenus concer-nés. Et comme les communes ont le droit de percevoir leurs additionnels communaux sur l’IPP, même en cas de régularisation tardive, cela permet de calculer les montants fraudés à la base, augmentés de leurs pénalités.

    L’opération a rapporté 2,8 millions d’euros aux communes. Et donc permis de faire rentrer 39,7 millions d’euros dans les caisses de l’État, selon les données dévoilées à Georges Gilkinet par Johan Van Overtveldt (N-VA).

    C’est en Wallonie que la fraude fiscale est la mieux répartie sur le territoire, avec une moyenne de montants moins élevée. La ville où on a le plus fraudé est celle de Liège, mais elle n’atteint « que » 620.000 euros récupérés, contre 329.000 euros pour Charleroi, ou 265.000 euros pour Namur et ses 100.000 âmes. Piquant : la deuxième place du podium est tout de même occupée par Chaudfontaine, où les 21.000 habitants, en totalisant 448.000 euros, ont fait à peine « moins bien » que Liège qui en compte dix fois plus. 

    Mais l’histoire retiendra que la ville d’Anvers - où Bart De Wever est si prompt à dénoncer les assistés et les fraudeurs wallons - se hisse à la première place de ce classement des fraudeurs repentis. 

    Deux pages de Christian Carpentier à lire dans LA MEUSE du 22 septembre 2017.

    Lire la suite

  • Evolution des prix des maisons et des terrains à bâtir.

    Selon des chiffres de la Fédération Royale du Notariat belge, publiés par Trends, les prix des maisons ont diminué de 26 % au cours des 5 dernières aux Fourons, alors qu’ils ont augmenté de 7 % à Aubel et de 6 % à Plombières.

    A Plombières, les terrains à bâtir ont augmenté de 132 % au cours de la même période, alors qu’ils sont restés stables à Aubel et aux Fourons.

  • 528 voitures pour 1000 habitants

    D’année en année, le nombre de voitures personnelles ne cesse d’augmenter sur les routes belges : 5.730.975 en 2016 contre 4.993.403 en 2006. La hausse s’explique en partie par l’augmentation du nombre de voitures de société proposées par les employeurs à certains de leurs travailleurs pour qu’ils les utilisent à des fins autres que professionnelles. On est ainsi passé de 288.679 voitures de société en 2007 à 445.419 en 2016.

    Les Belges ne nourrissent pas tous le même amour immodéré pour cette très chère auto. Liège est ainsi la commune de Wallonie où l’on compte le moins de voitures personnelles : une moyenne de 353 par 1.000 habitants, selon la carte dévoilée par le SPF Mobilité et Transports. Charleroi fait un peu plus avec une moyenne de 385, mais on est loin des 552 de Lasne, des 551 d’Olne ou des 550 de Neupré.

    Pour Fourons, nous comptons 528 voitures pour 1000 habitants

  • Nuitées en 2016

    Avec ses 16.000 nuitées sur l'année, le Castel Notre-Dame à Rémersdael recueille 10 % des nuitées enregistrées aux Fourons.

    La Direction générale Statistique publie aujourd'hui les chiffres annuels des arrivées et des nuitées touristiques en Belgique, en 2016. Et voici les résultats pour notre commune et ses voisines.

    Nuitées en 2016

    Communes Total des nuitées dont étrangers
    Fourons 158.559 43.278
    Aubel 3.480 2.980
    Plombières 66.142 42.681
    Visé 3.646 1.596
    Dalhem 11.305 5.691
  • Seulement 18 RIS aux Fourons

    Le revenu d'intégration sociale est un revenu minimum destiné aux personnes qui ne disposent pas de ressources suffisantes, ne peuvent y prétendre par ailleurs, ni ne sont en mesure de se les procurer soit par leurs efforts personnels, soit par d'autres moyens. Le revenu d’intégration sociale est un revenu indexé qui doit permettre au bénéficiaire de mener une vie conforme à la dignité humaine.

    Pour l’obtenir vous devez être Belge ou (membre de la famille d’un) citoyen de l’Union européenne, réfugié́ politique reconnu, bénéficiaire de la protection subsidiaire, apatride ou étranger inscrit dans le registre de la population.

    Pour plus d'informations concernant les conditions permettant de bénéficier d'un revenu d'intégration sociale, veuillez consulter le site www.mi-is.be ou au C.P.A.S.

    Capture d’écran 2017-06-16 à 09.33.53.png