Web Statistics

hollands

  • Environ 400 suicides d’agriculteurs par an en France. Une réalité identique en Belgique

    Réaction de soutien au drame de la ferme de Theux

    Les agriculteurs crieront leur désarroi lundi à Bruxelles

    Ce mardi, au Hall des criées de Herve, les agriculteurs de la région verviétoise se réuniront pour programmer des Capture d’écran 2016-03-08 à 07.43.20.pngactions en vue du prochain conseil des ministres du 14 mars, qui traitera de l’agriculture. Le drame de ce week-end à la ferme des frères Orban sera évoqué, car il ne fait que renforcer leur conviction selon laquelle les multinationales et les politiques de différents niveaux de pouvoir ont une grande part de responsabilité dans le désarroi des agriculteurs, qui peut les pousser jusqu’à cette extrémité du suicide. « Ça renforce notre état d’esprit », admet Luc Hollands, agriculteur membre de l’EMB (European Milk Board). « On sait que ce n’est pas le premier (à tenter de se suicider, NDLR), ni le dernier. » Les agriculteurs ne s’en sortent plus financièrement, c’est ainsi qu’on compte en moyenne plus d’un acte de suicide par jour en France. « Il y a environ 400 suicides par an en France, depuis 4-5 ans », explique Luc Hollands. La Belgique se retrouve bien entendu, à son échelle, dans cette même réalité. « On est au-delà de la déprime et de la dépression qui touchent d’autres métiers. Les gens ne se rendent pas bien compte de ce que vivent et ressentent les agriculteurs, qui ont comme une responsabilité vis-à-vis des parents et des grands-parents qui ont transmis l’exploitation agricole. » Une sorte de pression familiale que certains n’arrivent donc plus à gérer en plus des difficultés financières et matérielles accumulées. « Les responsables de cela, on les connaît », ajoute-t-il. Il pointe ainsi les politiques menées à l’échelon national, mais surtout au niveau européen. « C’est l’Europe qui provoque ça. » Ce soir, donc, nos agriculteurs décideront des actions à mener en marge du conseil des ministres. Elles seront bien évidemment fonction de leur mobilisa- tion. -

    A.F. dans LA MEUSE VERVIERS du 8 mars 2016