Visé

  • En Basse-Meuse, le cdH a plusieurs cartes à jouer

    À Visé, la scission du MR en deux (MR et OUI Visé) a redistribué les cartes. Le PS, devenu majoritaire, est très courtisé. Le cdH, Écolo devenu Visons Demain et le nouveau venu, le PTB, discutent avec les autres mais pas d’accord pré-électoral.

    Informations à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 14 septembre 2018.

  • La petite fille malvoyante rentre en 1re secondaire dans l’enseignement classique au Sacré-Cœur

    C’est la belle histoire du jour. Sarah, 12 ans et malvoyante depuis sa naissance, vient de passer sa première année dans l’enseignement secondaire. Si aujourd’hui, elle suit les cours normalement, c’est grâce à une technologie appelée « TV-loupe ».

    Un article d’ESEN KAYNAK à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 8 septembre 2018.

  • L’échafaudage du pont de Lixhe heurté par une péniche !

    Le 8 février dernier, le pont de Lixhe à Visé s’est soulevé de 50 centimètres !

    Un événement rarissime. Même si ce pont, qui relie Visé à Loën et qui enjambe le canal Albert à Lixhe, date de 1984, il n’était pas en péril comme l’avaient révélé les inspections de l’année dernière.

    D’après les équipes spécialisées de la Direction générale des Routes et des Voies hydrauliques du Service public de Wallonie, le problème était lié à la rupture d’une des deux bielles qui ancrent le pont à hauteur de la rue de la Croix.

    Les fixations ont lâché sous l’effet de la corrosion.Capture d’écran 2018-09-05 à 07.57.25.png

    Depuis lors, la circulation automobile est totalement interdite sur le pont de Lixhe. La navigation fluviale avait, elle, été interrompue durant une semaine.

    Ce lundi, la société Travhydro a commencé à installer un échafaudage pour permettre les travaux de réparation du pont. Et dans la nuit de lundi à mardi dernier, une péniche qui circulait sur la Meuse a heurté cet échafaudage !

    « Pourtant, une signalisation avait été installée et une déviation avait été mise en place pour empêcher les péniches de passer du côté de Lixhe. Nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé puisque la péniche ne s’est pas arrêtée et a poursuivi sa navigation ! Elle a arraché une partie de l’échafaudage. La police de la Zone Basse-Meuse est venue constater les dégâts », explique Joeffrey Carrière, directeur général de Travhydro.

    Ce mercredi, la structure qui a été abîmée devrait être démontée. « Le montage de la structure qui n’a pas été abîmée se poursuivra, en même temps que le démontage de l’autre partie et l’ensemble de l’échafaudage devrait être opérationnel pour le milieu de la semaine prochaine. Il ne descendra finalement qu’un mètre 20 plus bas que le pont et ne descendra donc pas dans l’eau », prévient Joeffrey Carrière.

    BIENTÔT LES RÉPARATIONS

    Les travaux de réparation du pont de Lixhe pourront alors véritablement démarrer jeudi prochain.

    « Il est actuellement impossible de déterminer la durée de ces travaux. Nous allons examiner le tablier du pont et travailler sur le pont et en dessous », indique Jean Guillaume, le gestionnaire du chantier.

    Des travaux attendus impatiemment par les automobilistes et par les camions après sept mois de déviations. 

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 5 septembre 2018.

  • Le corps de Thierry Michel a été repêché dans la Meuse à Visé

    Capture d’écran 2018-09-03 à 08.13.13.pngSamedi après-midi, le corps sans vie d’un homme a été repêché en Meuse, à hauteur du quai Basse-Meuse, à Visé. Il s’agit de Thierry Michel, un Visétois de 56 ans. L’homme était porté disparu depuis le jeudi 30 août, en soirée. Un avis de recherche avait été diffusé ce vendredi soir, à la demande du parquet de Liège. Ce dernier a bien entendu été avisé de la découverte du corps. Un médecin légiste a été envoyé sur place.

    Il a pu confirmer qu’il n’y a aucune intervention d’un tiers dans le décès. 

    A.MA

  • Marathon : Visé râle contre Namur

    Les amateurs de courses à pied et de marathons vont devoir effectuer un choix en 2019. Le dimanche 12 mai, auront lieu en même temps le marathon de Visé et le marathon de Namur ! Tony Guarino, l’organisateur du Capture d’écran 2018-08-30 à 07.40.07.pngmarathon de Visé avec son club des « Marathoniens produits wallons », est très fâché et surtout déçu.

    « Le marathon de Visé en sera à sa 21ème édition ! Visé a été le premier marathon de Belgique. Puis le marathon d’Anvers a repris son organisation à la fin du mois d’avril et on a senti la différence. On est passé de 1.000 participants à 800 Puis il y a eu l’arrivée du Beer Lovers’Marathon à Liège qui a été une autre concurrence et voici à présent que le marathon de Namur est programmé le même jour ! Il y aura donc trois marathons en un mois dans un rayon de 50 km. En général, les marathoniens participent à deux épreuves par an, voire à une seule. Ce sera donc au préjudice des trois organisateurs », regrette Tony Guarino qui a déjà participé à 88 marathons.

     

    PAS LE CHOIX POUR NAMUR

    Du côté de Namur, on comprend bien évidemment la réaction visétoise. « Pour notre première organisation qui s’est déroulée le 22 avril dernier, nous étions en concurrence avec le marathon d’Anvers qui est le plus grand de Belgique. L’année prochaine, le dimanche 22 avril sera le dimanche de Pâques qui comporte de nombreuses animations à Namur. Le 29 avril 2019, ce sera le rallye de Wallonie et le premier week-end de mai sera aussi très chargé pour la Ville de Namur. Nous n’avions donc pas le choix de la date. D’autant que l’on mobilise de nombreux bénévoles mais surtout les policiers namurois et des agents communaux. C’est vrai que c’est dommage de tomber en même temps que Visé mais on n’avait pas le choix. On espère que ce sera différent l’année prochaine », précise Nicolas Bonomi, l’organisateur du marathon de Namur.

    « Dans une discipline où tout le monde se connaît, une épreuve est ainsi supprimée. C’est un sport amateur pour des amateurs. Ce jour-là, c’est une fête familiale et conviviale du sport grand public, pour l’amour du sport. Il y a le marathon, le semi-marathon, les 5 et 10 km, le km pour les enfants. C’est la négation de l’esprit sportif d’avoir deux épreuves identiques le même jour », regrette aussi l’échevin des Sports de Visé, Xavier Malmendier. 

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 30 août 2018.