Très long conseil communal du 20 février 2013

Tous les conseillers communaux étaient présents pour ce premier vrai conseil communal qui avait à son ordre du jour une fastidieuse liste de mandats à pourvoir par vote secret, des budgets, etc. Cela a pris pas mal de temps.

Pour le reste, il y a eu une discussion sérieuse sur le règlement d'ordre intérieur dans lequel la majorité Voerbelangen a inclu le fait que l'usage du français par un conseiller communal constitue un trouble de l'ordre public. Armel Wynants a argumenté en se servant d'un arrêt de la Cour constitutionnelle, mais cela ne trouble pas les convictions du sénateur-bourgmestre NV-A. Cette discussion a même permis de voir à quel point certains conseiller ou échevin, Paggen ou Herens, peuvent être intolérants. Sous un aspect moins autoritaire que Mme Casier, le président Duijsens a néanmoins continué à annuler des votes dès qu'il croyait avoir entendu un mot accompagnant le vote à main levée.

Il y a eu aussi un coup de force de la majorité pour s'emparer des 5 mandats de la commune des Fourons au sein de TECTEO. L'article 46 des statuts de TECTEO est très clair: Les délégués des communes associées à l'Assemblée générale sont désignés par le Conseil communal de chaque commune parmi les membres des conseils et collèges communaux, proportionnellement à la composition dudit Conseil. Le nombre de délégués de chaque commune est fixé à cinq, parmi lesquels trois au moins représentent la majorité du Conseil communal.

L'échevin Herens (qui représente les Fourons au sein de TECTEO depuis quelques années) prétendait que la majorité pouvait prendre tous les mandats, mais 3 au minimum. Apparemment, il ne connaissait pas la première phrase de l'article 46. 

Le conseil communal s'est terminé à 1 heure du matin, après l'épuisement de l'ordre du jour, des conseillers (et du public). 

Pour une relation plus détaillée, suivez ce lien.

Les commentaires sont fermés.