« ON INVITE LES WALLONS À VENIR FÊTER LEUR PROPRE HUMILIATION »

Geert Bourgeois boycotté par les francophones 

Ce 1er septembre, c’est le 50ème anniversaire du rattachement de la commune à la province de Limbourg. Les Bourgeois.jpgmembres du groupe Respect, Avenir et Libertés (RAL) et l’Action fouronnaise considèrent ces festivités comme une provocation.

« Nous rejetons la provocation que constitue la visite à Fourons du ministre de l’Intérieur fla- mand Geert Bourgeois (N-VA) qui viendra, avec le gouverneur Herman Reynders, fêter les 50 ans de « l’heureux transfert » des Fourons à la Flandre. Nous considérons cette démarche comme une expression supplémentaire du non-respect d’une composante importante de la population. Nous dénonçons ces commémorations nationalistes de très mauvais goût », ont indiqué dans un communiqué de presse les membres du groupe Respect, Avenir et Libertés (RAL) et de l’Action fouronnaise.

Des festivités sont en effet prévues ce dimanche pour commémorer le rattachement de Fourons à la province du Limbourg en date du 1er septembre 1963. Les mandataires francophones ne répondront pas à l’invitation lancée par la commune -ou plutôt par « la majorité nationaliste flamande du conseil communal de Fourons », selon eux. Les mandataires francophones ont d’ailleurs distribué à la population un toutes-boîtes bilingue dans lequel ils reviennent entre autres sur l’histoire de ce qu’ils appellent « l’annexion de Fourons ».

« Les pro-Wallons / francophones sont invités dans leur propre langue à un soi-disant « Déjeuner sain ». Ils sont donc invités à venir fêter leur propre humiliation avec leurs oppresseurs. Et tout cela sous le slogan « Appel sympa » ? », s’insurgent les conseillers du groupe RAL dans le toutes-boîtes. 

Conseil.jpg

Les mandataires francophones insistent sur leur combat pour que tous les Fouronnais puissent bénéficier des mêmes droits linguistiques.

« Depuis plus de 50 ans, la population fouronnaise francophone a manifesté, lors de référendums et autres élections démocratiques, sa volonté de retourner à la Province de Liège dans un premier temps. Au fil des scrutins, nos revendications légitimes pour le respect de nos droits linguistiques notamment ont évolué. On doit malheureusement constater aujourd’hui qu’il n’existe plus, au niveau national, de volonté de trouver une solution respectant l’ensemble de la population fouronnaise (flamande et francophone) », regrette José Smeets, chef de groupe RAL. « Les «facilités » devaient garantir une vie normale et dans leur langue respective aux citoyens des Fourons. Force est de constater que la régionalisation a érodé et fait fondre comme neige au soleil les facilités attribuées aux Francophones.» 

Article BELGA publié par "La Meuse" de ce vendredi 30 août 2013.

Les commentaires sont fermés.