Sandrine était la comptable du circuit de F1

VERVIERS – DRAME FAMILIAL À PETIT-RECHAIN

L’épouse abattue par Éric Albert bossait pour l’intercommunale à Francorchamps

Sandrine Albert-Marbaise (49 ans) était bien connue en région verviétoise pour son activité professionnelle d’expert-comptable. L’habitante de Petit-Rechain, tuée par son mari vendredi, était à la tête de sa propre fiduciaire et a travaillé durant une dizaine d’années pour l’intercommunale du circuit de Spa-Francorchamps. Jean-Marie Happart témoigne.

Capture d’écran 2015-01-05 à 11.59.55.pngC’est la consternation dans le petit monde verviétois des comptables. Tous connaissaient Sandrine Albert, de son nom de jeune fille, Marbaise. À 49 ans, celle qui a été abattue vendredi matin par son époux était à la tête de sa propre fiduciaire depuis des années. Son bureau était d’ailleurs installé dans la maison familiale, cité du Cardinal Cardijn, à Petit-Rechain. Là-même où le drame s’est joué vendredi, laissant Sandrine et Éric pour morts tandis que leur fille Cyrielle gisait dans son sang avant de s’en sortir miraculeusement.

Bien connue pour le travail remarquable qu’elle fournissait, Sandrine Marbaise a exercé, durant plus de 10 ans les fonctions de comptable au sein de l’intercommunale du circuit de Spa- Francorchamps. « Sandrine a assuré notre comptabilité de 2003 à 2012 », se souvient très bien Jean-Marie Happart, le président de l’Intercommunale immobilière de Spa-Francorchamps, marqué par le drame qui a décimé la famille de Petit-Rechain ce vendredi.

Le président se souvient d’ailleurs avoir également rencontré Éric Albert, le mari de Sandrine, et leur fille à plusieurs reprises. « Il venait régulièrement la conduire ou la rechercher au travail. Mais depuis 2012, nos contacts étaient plutôt épisodiques », raconte Jean-Marie Happart. Et le président de l’intercommunale comme toutes les autres personnes qui ont côtoyé Sandrine dans le cadre de son boulot, se souvient d’une personne extrêmement compétente. « Elle a géré la comptabilité du circuit avec une main de maître, malgré certaines difficultés », ajoute-t-on encore au circuit de Francorchamps.

Les différents comptables et experts-comptables qui ont fréquenté Sandrine durant leur carrière gardent d’elle l’image d’une personne dynamique, sympathique, très consciencieuse et particulièrement impliquée dans son travail.

Un article de FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 5 janvier 2015  

Les commentaires sont fermés.