Le deuxième vice-président du conseil provincial du Limbourg et Erdogan

Ahmet Koç, né à Istanbul le 5 mai 1977, est le deuxième vice-président du Conseil provincial du Limbourg. Après avoir été échevin de Beringen (où son épouse est conseillère communale depuis 2012), il a été élu au conseil provincial sur la liste sp.a en 2012, selon Wikipedia.

Après des humanités au collège Saint-Joseph de Beringen, il a étudié les sciences politiques à la V.U.B.

De 2003 à 2005, il a été conseiller du ministre du budget Johan Vande Lanotte, puis secrétaire particulier de Peter Vanvelthoven, à l'époque secrétaire d'État chargé de l'informatisation de l'État, adjoint au Ministre du Budget et des Entreprises publiques..

Koç est un partisan du président turc Recep Tayyip Erdogan. Le journal "De Morgen" annonçait le 26 juillet 2016 qu'une procédure d'exclusion du sp.a était entamée à la suite de déclarations contestées sur les réseaux sociaux à propos de la tentative de coup d'état: "Allah, protège-nous contre les traitres. Résistez, unissez-vous, ne leur donnez aucune chance".

A la suite de cela, il a été accusé d'avoir fomenté la destruction d'un bâtiment de Beringen lié au mouvement "Gülen". Mais il se défend de s'être adressé à la communauté turque résidant à Beringen.

Il doit comparaître vendredi devant la commission disciplinaire du sp.a. Le parti veut, selon le journal "Het Belang van Limburg" d'aujourd'hui, que la commission s'exprime sur les déclarations de Koç à la suite du coup d'état en Turquie, et la communauté turque y est très sensible. 

C'est pour cela que les membres turcs ont écrit au président du sp.a, John Crombez (mais que font-ils au sp.a?) pour lui reprocher l'interdiction du voile décidée à l'époque par Patrick Janssens en sa qualité de bourgmestre d'Anvers, mais aussi la reconnaissance du génocide arménien (qu'ils nomment "événements de 1915"), l'absence de protestation du sp.a contre l'autorisation accordée du PKK de manifester à Bruxelles. L'attitude du sp.a vis-à-vis du coup d'état manqué ne leur plait pas non plus. Ils reprochent à Crombez de ne pas avoir désapprouvé la tentative de coup d'état. Pour tous ces faits, ils déclarent qu'il ne leur est plus possible de défendre le sp.a. parmi les leurs.

 

Commentaires

  • Cette lettre à Crombez n'a pas juste été écrite par "les membres turcs", mais par une dizaine d'élus turcs du SP.A, soit la moitié du total. Son épouse n'est pas simple conseillère communale, mais échevine. Lui-même était échevin avant 2012, mais tellement incompétent et absent (comme l'autre échevin turc du SP.A, Selahattin Koçak) que le parti, pour s'en débarrasser sans perdre son électorat, l'a envoyé à la province, tout en gardant sa femme à la commune...

Les commentaires sont fermés.