Il faudra trois semaines pour juger Troiano

Capture d’écran 2016-12-26 à 07.54.30.pngLe procès d’Amedeo Troiano, accusé d’avoir exécuté Benoît Philippens (36), Carol Haid (38), et Esteban (9), le filleul de cette dernière, vient d’être « organisé » à l’occasion de l’audience préliminaire à la cour d’assises de Liège. Quelques témoins supplémentaires ont été demandés, tant du côté du ministère public que de la défense. Trois bonnes semaines seront nécessaires pour examiner ce dossier à partir du 6 février.

Le 18 avril 2014 en fin de soirée, Carol et Benoît, un couple de banquiers visétois, rentraient chez eux en compagnie d’Esteban, qui avait insisté pour aller dormir chez sa marraine après avoir mangé avec eux au restaurant. Mais un homme avait surgi des buissons et avait tiré sept fois, ne leur laissant aucune chance : trois balles avaient atteint le banquier, dont une dans le cœur et une autre dans la nuque, trois autres avaient touché son épouse dans le dos, et la dernière avait visé Estéban en pleine tête. Les enquêteurs avaient d’abord pensé à une balle perdue, mais la balistique avait révélé que ce petit blondinet originaire de Dolhain avait été froidement exécuté. Pour ne laisser aucun témoin…

UN VERVIÉTOIS DE 34 ANS

L’enquête avait été menée tambour battant, et les soupçons se sont orientés vers un Verviétois aujourd’hui âgé de 34 ans, Amédéo Troiano. En mai 2011, lui et son épouse, qui possédait un salon de coiffure, s’étaient rendus dans une agence d’Aubel, où Carol et Benoît Philippens travaillaient, pour contracter un prêt de 175.000 € afin d’ouvrir un second salon. Quand le prêt leur avait été définitivement refusé, Amédéo Troiano avait perdu pied : trop optimiste, il avait déjà engagé les frais.

Le procès sera l’objet d’un long défilé de témoins et d’experts en analyse ADN, en recherche de microtraces, en informatique, en balistique, en médecine légale, en psychiatrie, … L’accusé clame son innocence, mais une série d’éléments matériels sont plus que troublants.

A la défense, Me Zevenne et Me Wilmotte avaient évoqué la possibilité de solliciter un report du procès en raison de la présence de Me Wilmotte aux assises de Namur pour le « dossier Cools », où il défend Domenico Castellino. Celui-ci débute le 16 janvier et pourrait durer plus de quatre semaines… Ils ne l’ont finalement pas demandé lors de l’audience préliminaire qui vient de se dérouler car cela risquait de reporter le « procès Troiano » à trop loin, et ce alors que leur client est détenu et qu’il réclamera son acquittement. Me Zevenne, titulaire du dossier depuis le début, sera de toute manière aux côtés de Troiano dès la première minute d’audience.

L. WS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 26 décembre 2016

Commentaires

  • Est-il possible d'assister aux audiences du procès d'A. Troiano ?

Les commentaires sont fermés.