Mortroux ne meurt jamais

Beau match de volley samedi soir à Fouron, la salle où évolue l’équipe première de Mortroux. Mortroux qui est deuxième, juste derrière les Flamands de Haacht, solides leaders. Avec leurs 6 points d’avance, on les pensait Capture d’écran 2018-03-22 à 07.29.43.pngintouchables mais Mortroux ne cesse de progresser sous la houlette d’Eric Verstraeten et, comme le dit l’expression : l’appétit vient en mangeant.

David Brozak puis Stéphane Delrez nous l’ont confié dernièrement, Mortroux est prêt à sauter sur l’opportunité de monter en ligue B. Pour conserver l’espoir de cette perspective, il fallait donc gagner samedi. La chose est faite, le succès dans la poche : 3/1. 2521, 25-23, 17-25, 25-22 sont les scores d’un match qui a enthousiasmé tous les spectateurs dont Éric Salmon qui fut longtemps actif au sein du club des frères Dufays.

« Mortroux a dominé sauf le 3e set où Erik a donné du temps de jeu à deux jeunes très prometteurs, Remy De Smet (qui évolue également à Spa) et Thibaut Goset ! Les locaux, très stables en réception, étaient en plus très percutants au bloc et à l’attaque. Il reste 3 matchs à Mortroux pour rattraper les 3 points de retard actuels sur Haacht… » nous dit Eric Salmon, heureux de retrouver son club de cœur ambitieux. Mortroux, en tout cas, se donne les moyens de ses ambitions. En cas de montée, le club pourrait activer ses relais avec Maaseik qui est plus francophone que jamais puisqu’il se dit qu’Elias Thys, le talentueux central de Waremme pourrait signer en Limbourg mais rester un an de plus à Waremme.

ET LES FILLES DE THIMISTER ?

La dynamique est totalement inverse et l’équipe première est aujourd’hui en plein éclatement. La descente est maintenant acquise et les grands clubs viennent faire leur marché.

« C’est un peu dommage car les jeunes qui arrivent sont exceptionnelles » nous dit un spécialiste. Une chose est certaine, les filles d’Aubel montrent aujourd’hui leurs ambitions et se préparent à la montée en Ligue B. 

PHILIPPE HALLEUX dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 22 mars 2018

Commentaires

  • Ah oui, c’est la salle de l’école provinciale.

Les commentaires sont fermés.