Des Gilets jaunes liégeois cités à comparaître

Le 26 décembre dernier, une septantaine de Gilets jaunes ont bloqué l’autoroute E25 à hauteur des Fourons, à la frontière avec les Pays-Bas. Ils ont entravé une bande de circulation à l’aide de palettes et de pneus qu’ils ont incendiés et ils ont lancé de gros pétards sur la route.

La Zone de Police des Fourons a précisé qu’elle avait laissé faire durant quelques heures avant de déloger les manifestants à l’aide d’une auto-pompe, après avoir consulté les autorités administratives (bourgmestre et gouverneur) et judiciaires (procureur). Elle a également indiqué que plusieurs personnes et plusieurs véhicules avaient été identifiés. En outre, trois personnes ont été arrêtées et ont passé 16h en cellule après avoir dû se déshabiller complètement !

D’AUTRES VONT SUIVRE !

Et fin de la semaine dernière, plusieurs Gilets jaunes liégeois, qui ne sont pas les trois personnes arrêtées à Fourons après la manifestation, ont reçu, par courrier, une citation à comparaître devant le tribunal de Tongres pour entrave méchante à la circulation. La commune des Fourons dépend en effet de l’arrondissement judiciaire de Tongres.

L’homme s’est rendu accompagné de son avocat en Cité ardente, plus précisément à la section homicide de la PJF, installée dans l’ancien palais de justice de Liège. Car c’est bel et bien la Crime qui est en charge de l’enquête. Une affectation qui s’explique par plusieurs facteurs : il s’agit d’un accident sur autoroute, territoire de la police fédérâle.

On se souvient qu’en octobre 2015, 16 syndicalistes de la FGTB Métal avaient bloqué la circulation sur l’autoroute E40, à hauteur du viaduc de Cheratte et des feux avaient été allumés sur la voie publique qui avait été endommagée.

En février dernier, la chambre du conseil de Liège a décidé de les renvoyer, devant le tribunal correctionnel.

«Je pense que d’autres vont suivre et vont aussi recevoir des citations à comparaître. Ils veulent des exemples et effrayer nos rangs», indique un Gilet jaune liégeois. Interrogée à ce sujet, Catherine Collignon, premier substitut du procureur du Roi de Liège, indique que les personnes qui ont bloqué l’autoroute E25 LiègeMaastricht à hauteur de Visé, durant deux soirées à une semaine d’intervalle, pourraient également être poursuivies.

MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 16 janvier 2019.

Les commentaires sont fermés.