Le duty free de Liege Airport ferme ses portes

Si vous prenez l’avion jusqu’au 31 mars prochain à Liege Airport, vous passerez encore dans l’espace duty free. Mais vous n’y trouverez plus que des rayons quasi vides, larges promotions à l’appui. « Oui, ils bradent les prix pour liquider leurs derniers produits, mais la société qui l’exploitait a décidé d’arrêter fin du mois prochain », confirme Christian Delcourt, le porte-parole de Liege Airport. La raison principale qui a poussé Baltona (la société polonaise exploitante qui gère également huit autres duty free en Europe) à mettre la clé sous le paillasson est bien sûr la fin des vols charters chinois. « En 2016, il y a eu durant quelques mois six vols charters chinois par semaine. Et là, ils ont bien gagné leur vie », reprend Christian Delcourt.

Et il est vrai qu’à l’époque, les 350 passagers chinois quotidiens effectuaient une véritable razzia dans le magasin. Comme ils étaient venus en Europe essentiellement pour effectuer des achats, une fois revenus de leur périple à l’aéroport, ils avaient le droit de dédouaner leurs achats et ils se retrouvaient souvent avec des centaines d’euros qu’ils voulaient dépenser avant de repartir.

Tout y passait alors : alcool, cigarette, parfums, chocolat… Et bien d’autres choses encore.

FAILLITE DU TRANSPORTEUR

Mais en septembre dernier, le transporteur russe auquel la compagnie charter chinoise faisait confiance (VIM Airlines) faisait faillite, laissant sur le carreau liégeois 300 touristes chinois qu’il avait fallu rapatrier. Depuis lors, l’aéroport liégeois n’a plus eu de contact précis.

« Actuellement, il n’est pas prévu, ni à court ni à moyen terme, de retour des vols charters chinois à Liège, reprend José Happart, le vice-président de l’aéroport. Certains aéroports voisins ont joué la surenchère pour les attirer. Et nous, notre politique n’est pas d’utiliser l’argent que nous avons gagné avec le fret pour le dépenser pour les vols passagers. » L’an dernier, le nombre de passagers est retombé à 170.000. Actuellement, il ne reste plus qu’une quinzaine de vols à destination du pourtour méditerranéen exploité par la compagnie TUI. « Et ce n’est pas ce public familial, qui quitte Liège pour aller en vacances, qui peut suffire à la rentabilité du duty free, reprend Christian Delcourt. C’est plutôt au retour qu’on achète des produits détaxés. » Mais c’est un service de moins aux passagers. 

LUC GOCHEL dans LA MEUSE du 22 février 2019.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel