Michaël HENEN posera des questions au conseil communal du jeudi 27 juin 2019

Les conseillers communaux fouronnais ont le droit de poser des questions au collège (en fait au bourgmestre puisque les échevins n’ont pratiquement pas le droit à la parole sous le règne de H. Broers).

19E0F7E6-E80B-4210-8C48-D8068F836066.jpegEn plus des points inscrits à l’ordre du jour, le conseiller communal Michaël Henen posera des questions qu’il a résumées pour ce billet:

Les facilités linguistiques sont un droit inextinguible dans les Fourons depuis plus de cinquante ans mais il semble que cela ne constitue que quantité négligeable dans le chef de la majorité en place à l’heure actuelle. Prenons pour exemple les traductions (officielles ?) de l’ordre du jour des Conseils communaux et de l’Action sociale où les exemples ne manquent pas : l’orthographe, la grammaire, la syntaxe et la traduction en elle-même sont à la limite de l’inacceptable. D’où la demande dans le cadre d’un engagement futur d’une personne qui puisse tout du moins attester d’une connaissance approfondie de la langue française.

Il en va de même pour les convocations électorales dont les Francophones fouronnais, lésés comme à leur habitude en cette matière, ont reçu originellement en langue néerlandaise avant de recevoir une version française sur laquelle était écrit une mention laconique « DUPLICATA », ce qui n’est évidemment pas le cas. Explication est demandée au Bourgmestre.

Après le dossier scandaleux de la Salle paroissiale, Fouron-le-Comte occupe une nouvelle fois le devant de la scène, grâce aux travaux de prestige mayoral qui durent maintenant depuis plus d’un an : ceux-ci apportent certainement beaucoup de satisfaction au Bourgmestre et sa suite mais impactent toujours aussi fortement les habitants du village.

La Rue Haute, qui sera prochainement fermée à la circulation, en sera certainement l’exemple le plus frappant : à l’heure d’aujourd’hui, il n’est toujours pas établi comment les habitants et les conducteurs en transit pourront se déplacer en venant de ou en retournant vers Fouron-Saint-Martin. C’est pourquoi la question du point de vue de la majorité à ce sujet est posée.

Par ailleurs, il apparaît que les légendaires ponts qui surplombent la Voer de la rue Basse jusqu’ à la sortie de Fouron-le-Comte seraient raccourcis alors que de nombreux habitants ne semblent même pas au courant. On attend également le positionnement de la majorité à ce sujet.

Enfin, et comment ne pas le souligner, il existe des informations recoupées indiquant des disparités entre commerçants et indépendants au niveau des primes octroyées pour « atténuer » (le mot est faible) l’impact dévastateur de ces travaux sur l’activité commerciale à Fouron-le-Comte. Même s’il s’agit d’une compétence exclusive de la tutelle régionale, le pouvoir communal est invité à réunir tous les acteurs du dossier pour éviter une situation discriminatoire.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel