Guy Coëme se trompe sur le mot "irréfragable"

Capture d’écran 2019-08-27 à 09.05.14.png"La Meuse" fait appel dans ses éditions d'aujourd'hui aux souvenirs de Melchior Wathelet (Senior) et de Guy Coëme à propos de l'entourloupe constitutionnelle sur l’incapacité (morale) de régner du Roi Baudouin qui a permis de régler, en avril 1990, le problème de la signature de la loi sur la dépénalisation de l'avortement.
Et Guy Coëme déclare que "c'est à ce moment-là que le mot "irréfragable" a été inventé."

L'article 72 "bis" introduit à la suite de la loi d'août 1988 sur les communes à statut linguistique spécial précise que tous les élus (conseillers communaux, échevins et conseillers du CPAS) bénéficient de la présomption irréfragable (c'est-à-dire qui ne peut être contestée) de la connaissance de la langue de la région (le néerlandais dans les Fourons). Cette présomption irréfragable ne s'applique pas aux bourgmestres, mais à tout mandataire élu directement par la population pour le mandat exercé (article de Daniel Conraads, Le Soir, 2 juillet 1994).

 

Capture d’écran 2019-08-27 à 09.11.38.png

Commentaires

  • On peut difficilement croire M. Coëme quand il parle de l'invention du mot "irréfragable" puisqu'on le retrouve déjà dans des textes de Rabelais au 16ème siècle.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel