Des questions et un point ajouté par Michaël Henen

Michaël Henen interrogera, au conseil communal de ce jeudi 26 septembre 2019, l'échevin des travaux sur l'état des routes à Rémersdael. Il pointe notamment l'état de la route de Hombourg (depuis le carrefour au viaduc du chemin de fer jusqu'à la frontière avec la commune de Plombières) et la route défoncée à hauteur des maisons n° 12 et 14 de Kultjen. Il demande à ce sujet quelles dispositions la majorité va prendre pour résoudre ces situations dangereuses, tant pour les véhicules que pour l'intégrité physique des usagers de ces routes.

A l'écoute des citoyens de Fouron-le-Comte, Michaël Henen a reçu des photos de riverains qui montrent que des matériaux contenant de l'amiante sont déterrés pendant les travaux actuellement en cours et sont abandonnés sans aucune précaution sur le chantier. Michaël Henen demande quel est le point de vue du collège sur ce genre de situation et ce que l'administration communale envisage pour éviter de tels phénomènes à l'avenir.Capture d’écran 2019-09-23 à 18.49.19.png

Alors que le bourgmestre a prétendu sur Facebook qu'il était compétent pour l'application de la législation linguistique, Michaël Henen montre, photo à l'appui, que la signalisation mise en place pour annoncer les travaux à Fouron-le-Comte, n'est pas conforme à ladite législation, et qu'elle, en plus, trompeuse. Comment le citoyen francophone peut-il déduire de ces trois panneaux assemblés que la route est barrée quelques kilomètres plus loin?

Michaël Henen a aussi usé de son droit d'initiative pour ajouter un point à l'ordre du jour. S'inspirant d'un point voté récemment par le conseil communal de Plombières, sur proposition de Lucien Locht, président du C.P.A.S., mais aussi ancien directeur financier de la commune, il propose que le précompte immobilier soit remboursé aux associations propriétaires d'infrastructures sportives ou culturelles. 

Il veut ainsi éviter une discrimination manifeste entre associations. Certaines bénéficient d'infrastructures dont la Communauté, la Province ou une fabrique d'église sont propriétaires et n'ont donc pas à se soucier du précompte immobilier, alors que d'autres paient des sommes importantes (parfois plusieurs milliers d'euros) pour le précompte immobilier (dont une très grande partie va dans la caisse communale).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel