5 ans de prison requis contre un prédateur sexuel visétois

Le prévenu avait déjà été condamné en octobre 2017 à une peine de cinq ans de prison avec sursis partiel pour avoir abusé de la crédulité de 53 mineurs d’âge sur Internet. À l’époque, il avait créé de faux profils d’adolescents sur In- ternet afin d’obtenir de ses vic- times l’envoi de photos dénudées. Alors qu’il était jugé pour ces pre- miers faits, le prévenu en commettait d’autres sans que la justice en soit informée. Le prévenu avait ainsi abusé de la crédulité de 10 autres victimes.
Après avoir acquis la confiance de jeunes filles, le prévenu leur réclamait des photos de plus en plus osées. Il s’était ensuite livré à un chantage sur base de photos et de vidéo obtenues, parvenant à imposer à distance des actes sexuels, dont un de pénétration avec un objet, à ses victimes sous la menace d’une diffusion sur les réseaux sociaux. Ces actes avaient été enregistrés par le prévenu qui disposait d’un logiciel permettant de filmer les victimes à leur insu. Le parquet a qualifié le prévenu de «prédateur sexuel» et a requis contre lui une peine de cinq ans de prison ferme. La défense, Me Van Laenen, a plaidé l’absorption des faits ou une peine avec sursis. Le jugement sera prononcé le 8 novembre.

Commentaires

  • Bien fait! QQ années de plus , ne lui feraient pas de tort.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel