Incident au conseil communal du 19 décembre à cause de la salle paroissiale qui deviendrait communale

Le bourgmestre, en fin de carrière, avait une bonne nouvelle à annoncer: la fabrique d'église de Fouron-le-Comte faisait un "cadeau" à la commune, d'après une négociation qu'il avait eue le jour même. La fameuse salle paroissiale (parcelle A362h sur le plan cadastral ci-dessus) et le presbytère (parcelle A360b), mais aussi le parking situé devant l'église sur la parcelle A362g deviendraient propriété communale. En échange de quoi? Sans doute le remboursement du million d'euros que la Fabrique d'église doit encore à la commune. Peut-on vraiment appeler cela un cadeau?

Le parking devant l'église serait propriété de la Fabrique d'église. Vraiment curieux quand on sait que c'était précédemment le cimetière de Fouron-le-Comte et que, depuis Napoléon, les cimetières se trouvaient sur du terrain communal. D'où viendrait cette exception fouronnaise?

Mais Clotilde Mailleu allait encore plus mettre le feu aux poudres en posant deux questions concernant les comptes des Fabrique d'église de Fouron-le-Comte. Ceux-ci montrent une dépense de plus de 1.800 € pour des frais de télécommunication, d'une part, et, d'autre part, un précompte immobilier ridicule payé par la Fabrique d'église (environ 120 € au total) pour la fameuse salle, le presbytère, les terrains qui les entourent et les autres prairies agricoles données en location. Lorsqu'on compare avec le précompte immobilier qui frappe la salle Furonis (environ 2.800 € par an), on est évidemment en droit de se poser des questions. Questions tellement importantes que la majorité a décidé de reporter le point à la prochaine séance du conseil communal en 2020.

Pour le reste, les conseillers communaux ont approuvé toutes les taxes annoncées, les compositions des commissions consultatives, le règlement de travail, le changement de catégorie des cours d'eau, etc.

Le point ajouté par Grégory Happart concernant la modification du logiciel comptable pour imprimer des tickets de caisse en français a été refusé par la majorité sous prétexte que l'application de la législation linguistique ne ferait pas partie des compétences du conseil communal. 

Commentaires

  • Je vous conseille un simple regard sur la carte que présente JLX, regardez ensuite le numéro cadastral A362g et ses contours. Que voyez-vous? L'église et les terrains devant cette propriété de la Fabrique d'Eglise ont un seul numéro cadastral. Je vous pose la question: est-ce UN numéro cadastral?

  • Concernant les nouvelles propriétés de la commune (pas encore signé!) je vous pose quelques questions:
    a) qui doit payer les réparations de ces deux bâtiments à l'heure actuelle? Réponse: pour une partie la commune qui n'est pas propriétaire!
    b) qui devra payer en cas de propriété? Oui, encore la commune. Mais il y a une toute grande différence: la commune paiera donc pour ses propres propriétés et non plus pour celles de la Fabrique d'Eglise. En plus la commune aura les revenus financiers de la salle, elle ne paiera plus de loyer pour le curé, elle fera de la salle ce qu'elle veut, etc etc... Ne serait-il pas acceptable qu'elle paie les prêts comme le ferait un ménage???
    c) qui ont payé la restauration de la belle église de notre beau village sois-disant francophone de Remersdaal? La COMMUNE, notre chère Province du Limbourg (dont je resterai président du conseil) et la Communauté Flamande! Qui payera les frais au presbytère de Remersdaal? La commune... etc etc monsieur Xhonneux.

    Imaginez - j'écris imaginez! - que tous ces "flamingants" ne paieraient plus pour cette église aux services unilingues français; donc pour la seule église à Fourons où on refuse une autre langue que le français (le néerlandais est pourtant nettement majoritaire à Fourons!)

    Conclusion: Jean-Louis continue à jouer la petite guerre qu'il perdra de toute façon!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel