Plombières va aider quatre ASBL, alors que La commune des Fourons refuse

 

C’est un geste fort que la commune de Plombières a décidé de poser afin d’aider ses ASBL détenteuses de salles sur la commune. Dorénavant, celles-ci seront exonérées de précompte immobilier, nous apprend Lucien Locht, l’échevin des Finances de la commune.
DÉJÀ APPLIQUÉ AUX BÂTIMENTS COMMUNAUX
Il rappelle qu’historiquement, les infrastructures culturelles et sportives qui appartiennent aux communes sont exemptées de précompte immobilier. C’est ainsi que la commune de Plombières ne paie aucun impôt foncier pour ce type d’infrastructures telles que les salles culturelles de Gemmenich, Montzen, Moresnet, ainsi que pour la maison de village de Sippenaeken. Il en est de même pour les terrains de football, buvettes et vestiaires des clubs locaux, ainsi que les halls de sport et de tennis de Gemmenich.
« Mais sur le territoire communal, il existe également des infrastructures notamment culturelles qui appartiennent à des ASBL et qui, tout comme les infrastructures communales, sont mises à disposition des associations locales. Par contre, elles ne bénéficient pas de l’exonération fiscale telle qu’elle est octroyée à la commune », expose l’échevin des Finances. Elles sont dès lors dans l’obligation de payer le précompte immobilier.A366767E-ABE7-44AB-8E6A-840699A517A9.jpeg
DANS UN SOUCI D’ÉQUITÉ
C’est notamment le cas pour les ASBL hombourgeoises propriétaires des salles St-Brice et St-Joseph, la maison des Jeunes de Moresnet et ASBL « Au Viaduc de Plombières », propriétaire d’un hall de chars de carnaval. « Ces associations remplissent en quelque sorte des missions d’intérêt général et sans leurs infrastructures, la commune aurait été amenée à investir elle-même dans celles-ci », reconnaît Lucien Locht.
Ainsi, la commune de Plombières a décidé de rembourser annuellement le précompte immobilier à ces quatre ASBL. « Pour l’année 2019, un montant de 5.040,55 € vient d’ailleurs d’être versé, ce qui permet dorénavant d’établir une certaine équité entre les différentes salles », conclut l’échevin des Finances de Plombières.

L.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 15 janvier 2020.

Le conseiller communal Michaël Henen l’avait proposé au conseil communal du 23 septembre 2019, mais la proposition a été rejetée dédaigneusement par la majorité.

Nous savons maintenant peut-être pourquoi la majorité flamingante n’était pas motivée pour adopter la proposition de Michaël Henen. Il suffit de comparer le précompte payé par la Fabrique d’église de Fouron-le-Comte pour le presbytère ET la salle paroissiale (130 €) avec le précompte payé pour des infrastructures francophones... Pour la salle Furonis, le précompte avoisine les 3.000 €. Est-ce que les revenus cadastraux sont fixés aux Fourons sur une base communautaire?
Qui osera comparer les revenus cadastraux de TOUTES les infrastructures culturelles dans notre commune? De plus, la Communauté flamande et la Province du Limbourg bénéficient probablement de l’exonération du précompte.

Commentaires

  • Wat een idiote veronderstelling. De gemeentelijke onroerende voorheffing is gebaseerd op de Algemene. Het is dus niet de gemeente die bepaalt hoeveel het is per entiteit! Er is dus niets communautairs. Wat een kinderachtige politiek van RAL...

  • Où avez-vous lu dans mon commentaire que la commune fixait le revenu cadastral ? Je vous fournis deux chiffres et rien d’autre.
    Je constate aussi que la commune de Plombières fait un effort pour mettre toutes les infrastructures culturelles sur un même pied, alors que vôtre majorité a refusé ce geste parce que les infrastructures que sa communauté préférée utilise bénéficie largement de sous évaluations ou d’exonérations.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel