Infraction linguistique ?

Capture d’écran 2020-02-14 à 08.23.55.pngLa N-VA est très sensible aux infractions aux lois linguistiques. Si elles sont commises par des entreprises publiques, ça lui est carrément insupportable. Elle dépose une proposition de loi visant à sanctionner financièrement la SNCB, bpost ou Proximus, par exemple, lorsque ces entreprises « se laissent aller ».

Tomas Roggeman et Michael Freilich constatent que les entreprises publiques ne respectent pas toujours strictement la législation linguistique. « Pour la rendre contraignante et garantir un service de qualité pour tous les citoyens, nous proposons de les soumettre à une évaluation régulière sur la base de critères objectifs et d’infliger des amendes aux contrevenants. » Les lois linguistiques régissent l’emploi des langues officielles en Belgique. « Elles sont applicables aux services publics, ainsi qu’aux entreprises publiques qui fournissent un service universel », poursuivent les deux élus nationalistes qui regrettent que lesdites entreprises ne les respectent pas toujours de manière très stricte.

« Cette attitude donne un mauvais signal, car la loi est enfreinte par une entreprise publique, mais surtout, elle est néfaste pour le service de qualité que ces entreprises doivent pouvoir offrir à la population. Il ressort des rapports annuels de la Commission permanente de contrôle linguistique (CPCL) que les entreprises publiques fédérales négligent souvent d’appliquer correctement la législation. »

Les deux élus ont puisé une dizaine d’exemples dans les plaintes jugées recevables par la CPCL « qui émet un avis juridiquement non contraignant et donc peu dissuasif pour une entreprise comme bpost ou le groupe SNCB ».

D'un article de DIDIER SWYSEN dans LA MEUSE du 14 février 2020

Il faudra rappeler à ces deux parlementaires qui se basent sur la jurisprudence de la Commission permanente de Contrôle linguistique que cette Commission a aussi pris la Région flamande en défaut (voir le panneau Vlaanderen de la photo ci-dessus), la commune des Fourons dont l'ex-bourgmestre refusait de délivrer des tickets de caisse en français, la juge de paix qui répond en néerlandais à un courrier lui adressé en français dans une matière administrative, le Gouverneur du Limbourg, etc. Toute une documentation à ce sujet est à leur disposition.

Commentaires

  • Misschien kunnen ze op de autoweg en in de omringende gemeenten dan ook Voeren-Fourons zetten zoals ze ook Aachen en Maastricht zetten. Waarom moeten wij bvb dan Maestricht gebruiken als dat in Wallonië niet moet? Is compleet belachelijk. Wij zijn een Vlaamse gemeente en zelfs men dus in Wallonië die namen gebruikt zou dat ook bij ons mogen!

  • Les panneaux "AACHEN" témoignent de l'ouverture d'esprit du SPW (Wallonie). Selon la législation linguistique (que la Wallonie n'a pas écrite), il faudrait afficher uniquement "AIX-LA-CHAPELLE" sans tenir compte du touriste anglais ou allemand qui chercherait à sa rendre dans la ville de Charlemagne. La Flandre agit différemment puisque le Parisien revenant d'Amsterdam qui cherche à se rendre à Lille doit savoir que cela s'appelle RIJSEL en flamand. Et je ne parle pas du liégeois qui doit chercher "LUIK" en quittant le ring de Bruxelles. Donc pas de leçon à recevoir de votre part à ce sujet.

  • Je me souviens d'avoir loué une chambre dans un hôtel à Zaventem, plus près de la gare de Zaventem -villle que de Zaventem-Aéroport. Je devrais change de train à Leuven et prendre le train en direction de Braine-le-Comte (’s‐Gravenbrakel - le nom de la gare terminus affichée uniquement en néerlandais). Praemonitus, praemunitus

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel