Trois mois de prison et des amendes de 4.000 € pour les cafés « clandestins »

Des portes dérobées pour entrer dans des cafés « clandestins », des restaurateurs qui proposent leurs plats à emporter et chez qui plusieurs dizaines de clients font la file en buvant un verre, un lieu de culte qui ne croyait pas opportun de respecter les consignes ou encore un commerce qui prétend rester ouvert parce qu’il vend de l’alimentaire qui se résume à des boules pour les mésanges : les policiers ont traqué les manques de civisme durant le week-end.

Les polices de l’arrondissement judiciaire de Liège ont vécu un week-end chargé en matière de surveillance des mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Les exemples les plus édifiants sont issus des zones de police de la Basse-Meuse et de Seraing-Neupré.

 

En Basse-Meuse, les policiers, bien informés, ont couru aux quatre coins de la zone pour intervenir. « Des cafés avaient ouvert une porte dérobée pour que les clients puissent entrer, discrètement, dans leur établissement et ainsi consommer au mépris des règles édictées », explique-t-on à la direction de la zone de la Basse-Meuse. « Nous allons rédiger des rapports administratifs et les établissements concernés ne pourront pas rouvrir en même temps que les autres lorsque les mesures coronavirus seront levées. » Dimanche après-midi, les « Étangs de la Julienne » à Visé et sa grande plaine de jeux ont accueilli un nombre impressionnant de familles. Ces rassemblements vont à l’encontre des prescrits. « Nous avons décidé de fermer le site mais également les autres plaines de jeux et terrains de sport », détaille-ton à la police de la Basse-Meuse.

A Rémersdael aussi, il y avait apparemment une fête samedi soir puisque de la musique (avec de grosses basses) s'entendait  vers 23 heures jusqu'au village et qu'on pouvait voir des éclairages de couleur à l'horizon. La police des Fourons n'a pas mentionné d'intervention sur sa page Facebook.

Les postes de police des six communes de la zone Basse-Meuse seront donc fermés. Pour déposer une plainte urgente, téléphonez à votre poste local pour prendre rendez-vous entre 8h et 17h. De 17h à 22h, vous serez reçu, uniquement pour des urgences et sur rendez-vous, à l’hôtel de police de Hermalle.

D'un article d'ARNAUD BISSCHOP dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 17 mars 2020.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel