4 ponts pourraient être rehaussés

Avec son Trilogiport et la construction de la nouvelle écluse de Lanaye, la région liégeoise et la Wallonie dans son ensemble ont fait du transport fluvial l’une de leurs priorités. Et si les investissements ont déjà été conséquents, d’autres travaux devraient être entrepris pour améliorer le trafic fluvial : la rehausse de certains ponts, dont quatre en région liégeoise. Ce rehaussement permettrait de pouvoir charger davantage les barges et ainsi réduire le coût du transport. Le trafic fluvial serait alors augmenté, permettant de diminuer le nombre de camions sur nos routes et donc, la pollution atmosphérique.

Au début de ce mois, la députée libérale Diana Nikolic a interrogé le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry, sur cet important problème.

Comme Diana Nikolic l’a expliqué, lors de l’analyse des projets de développement du Port autonome de Liège, il a été souligné que le cours de la Meuse rencontrait un obstacle majeur : la hauteur de certains de ses ponts. Une hauteur qui diminue encore lors des crues que nous connaissons régulièrement, la faisant passer des 7 mètres habituels à moins de 4,5 mètres. Un problème qui se pose également au niveau du canal Albert, l’une des voies d’eau les plus essentielles du pays en ce qui concerne le transport fluvial. Comme la députée l’a expliqué, la Flandre a d’ailleurs entamé un programme d’investissement important pour rehausser les ponts qui enjambent le canal. Et la libérale d’interroger le ministre pour savoir s’il en était de même et si Philippe Henry était au courant de certains obstacles majeurs.

Dans sa réponse très détaillée, l’Ecolo a ainsi souligné que des études étaient en cours pour améliorer l’accès aux zones portuaires du canal Albert et notamment au Trilogiport.

LANAYE, LIXHE ET HACCOURT

Pour ce faire, trois ponts devront être relevés de 1,6 m. Il s’agit des ponts de Lanaye, Lixhe et Haccourt. À eux s’ajoute le pont de Hermalle-sous-Argenteau qui permettra d’améliorer l’accès au site de Chertal à des bateaux chargés par quatre niveaux de conteneurs.

Sur la Meuse, deux autres obstacles ont également été relevés : la passerelle Saucy et le pont des Arches. Pour la première, la solution serait de supprimer les piles pour ainsi permettre d’améliorer le trafic fluvial. Les études de faisabilité quant au rehaussement des quatre ponts (Lanaye, Lyxhe, Haccourt et Hermalle) et pour la passerelle devraient être menées entre 2020 et 2022. -

AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 27 mars 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel