L’ex-greffier provincial est décédé du Covid19

C’est sa petite-fille Maxou qui l’a annoncé hier. André Haudestaine est décédé samedi après-midi à la clinique André Renard à Herstal. « Il y avait été admis mardi dernier car il avait été testé positif au coronavirus il y a trois semaines dans sa maison de repos de Blegny et ses symptômes empiraient », explique-telle. « Et samedi, c’est son coeur qui a lâché. » Il avait 87 ans. André Haudestaine était bien connu à la Province de Liège car il y avait été receveur régional durant neuf ans, puis il avait été nommé greffier provincial en 1974. Durant 20 ans, jusqu’à sa retraite en 1993, il avait donc été à la tête administrative des 6000 agents provinciaux. C’est Roger Jeunehomme qui lui avait ensuite succédé et c’est Marianne Lonhay qui, aujourd’hui, assume cette fonction.

Mais ce jeune retraité (à 60 ans) allait ensuite mettre toute son énergie au service du circuit de Spa-Francorchamps dont il assuma la présidence de l’intercommunale. Et il parvint à réattirer à nouveau la Formule 1 sur le pus beau circuit du monde avec l’aide de son ami et directeur, le Flémallois André Maes. 

L.G. dans LA MEUSE du 27 avril 2020.

André Haudestaine a aussi un lien avec l'histoire fouronnaise, outre le fait qu'un fouronnais, Jean-Marie Happart, fut un de ses successeurs à la présidence de l'intercommunale du circuit de Spa-Francorchamps, qu'il convient de rappeler aujourd'hui.

Vincent Delcorps raconte dans LA REVUE GENERALE d'octobre 2012:

Le dimanche 28 janvier 1979 se déroule une « promenade » flamande dans les Fourons. Des contre-manifestants francophones sont aussi présents. Une altercation survient entre ceux-ci et la gendarmerie. Des chiens sont lâchés. Des coups de matraque se perdent ; certains témoins font état de l’acharnement des gendarmes sur les manifestants. L’incident est sérieux : un jeune homme est grièvement blessé au visage par un chien. Dans les jours qui suivent, chacun livre sa version des faits dans la presse. Si les manifestants prétendent que la gendarmerie a lâché cinq chiens à leurs trousses, les gendarmes affirment quant à eux que le chien a mordu un manifestant uniquement pour défendre son maitre attaqué. Les politiques s’en mêlent et Henri Boel, ministre de l’Intérieur, s’emmêle lorsqu’il affirme que ledit chien se trouvait en situation de légitime défense. La formule passe mal. Plusieurs membres francophones du cabinet ministériel désapprouvent leur patron et présentent leur démission. C’est le cas d’André Haudestaine, le chef de cabinet, évoquant une « boutade », de « l’humour flamand et de l’ironie », Henri Boel se défend, ajoutant que ses propos n’ont pas été entièrement reproduits.

Capture d’écran 2020-04-28 à 08.13.00.png

Commentaires

  • François Detry apporte des éléments historiques supplémentaires dans l'Ardenne bleue: http://www.ardenneweb.eu/reportages/2020/deces-dandre-haudestaine-greffier-provincial-de-la-province-de-liege?fbclid=IwAR3WyHJ07Mny-M0KwHTi99yiKLu9tQZbUf_tXSCOivR9q9YDkgMrrTJlhEc

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel