Manifestation à Visé contre la future centrale biomasse de Lixhe

Bee Green Wallonia souhaite brûler 170.000 tonnes de bois par an

Bee Green Wallonia a demandé un permis pour construire à Lixhe, sur le terrain de CBR, une centrale biomasse. Des riverains belges et hollandais n’en veulent pas.

Ce lundi soir, en raison du coronavirus, le conseil communal de Visé s’est tenu à la salle des Tréteaux, car le hall omnisports était occupé.

Comme ils l’avaient déjà fait en février 2019, des riverains de Lixhe et de Lanaye sont venus manifester, en cortège, de la Grand place aux Tréteaux, contre le projet de centrale biomasse-incinérateur de déchets sur le site industriel de la cimenterie CBR à Lixhe. Ils étaient accompagnés de plusieurs groupes d’intérêt de Maastricht, Eijsden et Visé et notamment des membres du mouvement « Défendons nos villages ».

Deux de ces membres, JeanPierre Henquet et Alain Discart, ont posé une question citoyenne avant la tenue du conseil sur la chaudière biomasse de CBR Lixhe.

Un projet de l’entreprise Bee Green Wallonia, filiale de Bee, qui a déposé une demande de permis pour construire à LoënLixhe, sur le terrain de la cimenterie CBR, une centrale biomasse-incinérateur de déchets de bois. Objectif : brûler 170.000 tonnes de bois non dangereux par an, ce qui produirait de l’électricité pour alimenter la cimenterie et de la chaleur pour sécher le laitier.

« L’enquête publique s’est achevée fin juillet avec informations apportées à la commune de Maastricht et la Ville de Visé doit se prononcer le 23 octobre prochain sur base du rapport de la Région. Une centrale avec des normes d’émissions les plus sévères de tous les secteurs industriels, encore plus sévères que celles de la centrale d’Intradel à Herstal, Uvélia », précise Christophe Surleraux, un des fondateurs de Bee. Il précise qu’il existe déjà de telles centrales à Vielsalm et Battice notamment. « Nous avons un comité d’accompagnement avec des riverains et la Capture d’écran 2020-09-22 à 07.50.01.pngpolice de l’environnement nous contrôle souvent. Ce dossier rencontre les impositions de la Région wallonne qui sont de plus en plus astreignantes et la cheminée sera plus haute à la demande de la Région. Nous employons 180 personnes à la cimenterie avec 400 emplois indirects », rappelle Benoît Gastout, directeur de la cimenterie CBR.

« Nous voulons faire comprendre aux autorités de Visé qu’un nouveau pollueur majeur dans la vallée de la Meuse n’est absolument pas acceptable. Les bois brûlés seront contaminés par de la peinture, de la laque, du vernis et d’autres substances cancérigènes », dénonce Martial Mullenders, conseiller communal de l’opposition Visons Demain et ancien échevin.

MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 22 septtembre 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel