- Page 4

  • On modifie la frontière belgo-néerlandaise

    Fixée depuis 1843, la frontière belgo-néerlandaise sera prochainement modifiée et la Belgique perdra 14 hectares (voir notre billet du 7 novembre 2013 sur le même sujet). Capture d’écran 2015-11-19 à 07.52.47.pngalbert.jpgEntre Visé et les communes néerlandaises d’Eijsden et Margraten, c’est la Meuse qui faisait office de frontière. Or, des travaux de rectification du cours du fleuve ont été réalisés entre 1960 et 1980 avec, à la clé, des îles qui ont finalement rejoint les bords de Meuse tant du côté belge que néerlandais. Ce qui n’est pas sans poser problème, notamment pour la presqu’île de l’Ilal. Visétoise, elle se trouve sur la rive droite de la Meuse. Et pour at- teindre cette magnifique réserve naturelle par la terre, il faut passer par le territoire néerlandais. Pour clarifier cette situation, des négociations sont en cours depuis près de 30 ans pour revoir le tracé de la frontière et la situer au milieu du fleuve. Enlisées durant plusieurs années, ces négociations ont repris en 2011 et sont sur le point d’aboutir. Le Conseil des ministres de vendredi a approuvé un projet d’arrêté royal désignant les trois commissaires chargés de la délimitation de la frontière. Albert Stassen, commissaire d’arrondissement, Jean-Marc Frécourt, directeur du Centre Mesurages et Photogrammétrie, et Marcel Neven, bourgmestre de Visé, ont été désignés. Ce sont eux, avec leurs homologues néerlandais, qui définiront le nouveau tracé dans un procès-verbal. Ce P-V servira de base à la modification de la frontière. « C’est sûr qu’au final, la Belgique perdra plus de territoire que les Pays-Bas, mais on devrait valider ce qui a déjà été décidé, à savoir que tout ce qui se trouve sur la rive droite de la Meuse sera néerlandais et à gauche, belge », précise Marcel Neven.

  • Visé dit «non» aux éoliennes fouronnaises

    Capture d’écran 2015-11-19 à 07.37.15.pngTrois éoliennes pourraient être implantées à Mouland à quelques mètres seulement de la frontière visétoise. Ce blog l'avait annoncé le 29 octobre dernier. D'une hauteur de 145 mètres, ces trois éoliennes seraient installées à la sortie de la E25, au lieu-dit « Navagne ». La demande de permis est en cours. Certains citoyens visétois ont déjà manifesté leur opposition à ce projet. Ils avancent ainsi les nuisances sonores et visuelles, le danger que représenteront les éoliennes pour les nombreux oiseaux migrateurs et la perte économique qu'elles pourraient entraîner pour Visé et ses habitants. Et si l'enquête publique se déroule uniquement sur Fourons, les réclamations peuvent être formulées jusqu'à ce 19 novembre. Et vu sa proximité avec Visé, le collège communal visétois a été amené à rendre un avis sur ce projet. Cet avis est négatif. « Je ne tiens absolu- ment pas à en faire une discussion communautaire, avance, en préambule, Luc Lejeune, échevin de l'Aménagement du territoire. Mais si nous devions gérer pareil dossier en Wallonie, il aurait fallu réaliser une étude d'incidences notamment à cause de sa proximité avec une zone Natura 2000. Ici, il n'y en a aucune. On aurait également dû réaliser une étude complémentaire sur les couloirs de migration des oiseaux. Si le promoteur dit que les oiseaux ne passent pas par là, des spécialistes disent le contraire. En Wallonie, les éoliennes doivent être à au moins 600 m des premières habitations, ce n'est pas le cas. Il y a donc, dans ce dossier toute une série d'éléments manquants qui ne nous permettent pas de prendre position en connaissance de cause, d'où notre avis négatif ».

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 19 novembre 2015

    Il faut espérer que la Ville de Visé aura bien envoyé son avis négatif en néerlandais car, selon l'autorité communale fouronnaise, seuls les Fouronnais ont droit aux "facilités" La Ville de Visé et les citoyens visétois, selon cette interprétation étriquée de la législation linguistique, ne bénéficient pas des fameuses facilités et devraient donc réclamer exclusivement en néerlandais.

  • Un communiqué du bourgmestre des Fourons à propos de Salah ABDESLAM

    Le bourgmestre communique qu’il a reçu à 2 h. ce matin l’information selon laquelle le niveau de menace terroriste était monté à 3. Cela concerne le nommé ABDESLAM Salah.

    « Comme Verviers ne se trouve pas loin, le chef de corps a augmenté les mesures de protection. » 

    Inutile de paniquer. Si cependant quelqu’un reconnaissait le suspect, prévenez immédiatement le service d’intervention:  0476. 97 99 30 ou la police fédérale (101).

    Rappelons que Salah Abdeslam est une personne extrêmement dangereuse. "Il est demandé à toute personne l'apercevant de s'abstenir de prendre toute initiative et de prévenir le cas échéant les services de police", précise la communication de la police fédérale. Salah Abdeslam est de corpulence mince, mesure 1m75 et a les yeux marron. Toute personne disposant d'informations à son sujet peut prendre avec les enquêteurs via le numéro gratuit 0800/30.300.

  • AXEL WITSEL DÉMÉNAGE À TONGRES DANS UNE SUPERBE FERME RÉNOVÉE

    Le Diable rouge Axel Witsel a acheté une grande et belle ferme à Tongres. Sa famille s’installerait dans le Limbourg Capture d’écran 2015-11-17 à 11.36.20.pngen fin d’année. Le prix de cette superbe demeure est estimé à 1,3 million d’euros.

    La bâtisse date de 1850 et fait près de 800 mètres carrés. Elle dispose de cinq chambres et autant de salles de bains. Derrière la ferme, on trouve une cour spacieuse avec de nombreuses écuries.

    La demeure est complètement isolée de la civilisation. Il n’y a en effet aucune autre maison dans le voisinage (selon certaines sources, elle se situerait près de l'hippodrome à seulement 500 m. du centre). Le fait que le père d’Axel Witsel vit à proximité a joué un rôle majeur dans la venue du Diable à Tongres.