- Page 4

  • Ozone et chaleur

    En Belgique, il n'est pas fréquent que le bulletin météo prévoie 30°C plusieurs jours d'affilée. Prendre quelques dispositions vous permettra d'en profiter pleinement sans trop souffrir des désagréments de la canicule : vagues de chaleur et pics d'ozone.

    Des concentrations trop élevées d'ozone dans l'air ambiant sont nocives en raison de leurs effets très irritants pour les poumons. En été, le seuil d'avertissement de la population - 180 microgrammes d'ozone par mètre cube d'air - fixé par l'Union européenne est pourtant régulièrement dépassé.

    Mesures de précaution

    Lors d'une journée qui dépasse le seuil de concentration d'ozone, les personnes les plus sensibles (personnes âgées, asthmatiques, souffrant de problèmes respiratoires et jeunes enfants) doivent éviter de :

    • sortir de la maison
    • fournir des efforts physiques
    • ouvrir les fenêtres aux heures les plus chaudes de la journée (entre 12 et 22 h)

    En cas de canicule, il faut veiller à prendre quelques précautions utiles telles que:

    • boire beaucoup, de préférence de l'eau
    • s'exposer le moins possible au soleil et s'en protéger avec une crème solaire
    • rester chez soi et fermer fenêtres et volets aux heures les plus chaudes
    • aérer durant la nuit lorsque les températures sont plus fraîches

    Les personnes plus fragiles éviteront de faire des efforts physiques spécialement entre 11 heures et 20 heures.

    Lire la suite

  • Décès Madame Jeanne PELZER, veuve de Monsieur Eugène LOUSBERG

    La famille annonce le décès Madame Jeanne PELZER, veuve de Monsieur Eugène LOUSBERG, née à Sippenaeken le 13 janvier 1925 et décédée à Liège le 18 juillet 2016.

    La défunte repose au funérarium à Aubel. où la famille recevra les visites de 17 à 19 heures.
    La veillée de prières aura lieu au funérarium à Aubel le jeudi 21 juillet à 19 heures.
    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation au cimetière de Teuven. sera célébrée en l'église Saint-Héribert à Rémersdael le vendredi 22 juillet 2016 à 10 heures 30.

  • Plusieurs véhicules abîmés durant la nuit

    VISÉ – FÊTE À DEVANT-LE-PONT

    Décidément, il y en a qui ne savent pas faire la fête. Ou plutôt, qui parviennent à ce qu’une belle fiesta se termine en eau de boudin pour les fêtards. Ce samedi, alors que la fête à Devant-le-Pont (Visé) battait son plein, plusieurs personnes avaient visiblement d’autres intentions que de danser ou de chanter sous le chapiteau. En effet, en retournant à leur véhicule au beau milieu de la nuit, quelques fêtards ont aperçu de nombreuses voitures amochées. « Nous avons une belle gratte sur toute la carrosserie », énonçait une jeune femme dépitée. D’autres personnes étaient à cet instant en train de constater les dégâts. « Ils ont cassé mon pare-brise », ajoutait un jeune homme plutôt nerveux. « Quant à moi, ils ont arraché le plastique qui protégeait le côté droit de ma voiture », relatait un autre fêtard évidemment très attristé par cette situation. C’est donc avec un visage fermé que plusieurs fêtards sont retournés à leur domicile. Outre l’énervement, certains se posaient une question fondamentale : « Je ne comprends pas l’objectif de ces casseurs. En effet, ils n’ont pas tenté de voler des choses qui se trouvaient dans ma voiture. Ils ont simplement abîmé plusieurs véhicules. Juste pour le plaisir ». À ce sujet, on peut également préciser que des voitures se trouvant dans différentes rues situées à proximité du chapiteau ont été touchées. On espère évidemment que ces fauteurs de troubles resteront chez eux lundi et mardi. Histoire que la fête à Devant-le-Pont se termine de la plus belle des manières pour tout le monde.

    YANNICK GOEBBELS dans LA  MEUSE BASSE-MEUSE du 18 juillet 2016

  • Incendie à Sinnich

    Un incendie s'est déclaré dans un hangar à Sinnich samedi soir. Dégâts très importants, mais le bétail a été sauvé.

    broers.jpg

    Le bourgmestre (photo Facebook) a participé à l'évacuation des porcelets.

  • "Pourquoi Pas?" avait trouvé une solution au problème fouronnais

    C'est "Le Journal d'Aubel" du 21 mai 1966 qui rapporte l'anecdote authentique:

    En marge d’une visite royale
    Une brave dame, occupée au Palais des Congrès, à Liège, bavardait du beau temps avec un monsieur...
    — Pourvu qu’il y ait du soleil le jour de la visite de la reine Elizabeth d’Angleterre, dit-elle.
    — Espérons... espérons...
    — Au fait, pourquoi vient-elle ?
    Le monsieur, feint la surprise :
    — Comment, vous ne le savez pas ? Elle a l’intention d’acheter les Fourons.
    — Les Fourons ?
    — Bien sûr... Elle est déjà reine d'Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande du Nord, princesse de Galles... Elle sera aussi baronne des Fourons et ainsi, il n’y aura plus de problème linguistique en Belgique.
    Un temps. Puis la dame, après réflexion :
    — C’est vrai qu’elle a assez d’argent pour se permettre la dépense.,.

    La Reine d'Angleterre n'a pas dû acheter les Fourons pour que sa langue s'implante chez nous. Ne voit-on en effet pas y fleurir les "Home-Shop" ou "Garden Party" et autres appellations ridicules empruntées à la langue anglaise. Il suffit de traverser Aubel et de lire les enseignes pour s'en rendre compte. Pourquoi se battre pour la langue française en se laissant envahir par des termes anglais?