- Page 5

  • La Une de La Meuse

  • Décès de Madame Léonie DEBOUGNOUX, veuve de Monsieur Antoine SENDEN

    La famille annonce le décès de Madame Léonie DEBOUGNOUX, veuve de Monsieur Antoine SENDEN, née à Fouron-le-Comte le 29 août 1932 et décédée à Verviers le 13 juillet 2016.
    La défunte repose au funérarium à Aubel, où la famille recevra les visites de 17 à 19 heures.
    La veillée de prières aura lieu au funérarium d’Aubel le dimanche 17 juillet à 19 heures 30.
    La liturgie des funérailles, suivie de l’inhumation au cimetière de Fouron-Saint-Pierre, sera célébrée en l’église Saint-Heribert à Rémersdael le lundi 18 juillet 2016 à 10 heures 30.

  • Décès de Monsieur René MARECHAL

    La Meuse annonce le décès de Monsieur René MARECHAL (84 ans) de Fourons, décédé le 11/07/2016.

    Pompes Funèbres Besem - 04 264 02 50

  • Le Maastrichtois Dumoulin a vaincu le déluge

    Sous l’orage, le Néerlandais Tom Dumoulin (Giant-Alpecin) a remporté la neuvième étape, ce dimanche, dans la station andorrane d’Arcalis, plus haute arrivée (2240 mètres) de cette Grande Boucle.

    Lire la suite

  • « Les Flamands crachent sur la frontière de la grève »

    Ce lundi, c’est la Fête de la Communauté flamande. Et les figures politiques du nord du pays en profitent pour faire Capture d’écran 2016-07-11 à 10.23.56.pngdes déclarations choc. Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) s’est ainsi lâché sur VTM, réclamant une nouvelle réforme de l’Etat en 2019. Il a dit voir notamment dans les grèves de ces derniers mois, un élément justifiant à ses yeux de confier davantage de compétences à la Flandre. «Les oppositions communautaires n’ont pas disparu, au contraire, elles sont plus fortes que jamais», estime Geert Bourgeois, évoquant les grèves récentes. «Je pense que les gens se souviennent très profondément des grèves brutales, les grèves du rail et celles des gardiens de prison. Les syndicats de gardiens flamands ont dit qu’ils avaient obtenu tout ce qu’ils pouvaient obtenir, mais les Wallons ont continué de faire grève», a commenté M. Bourgeois. «Cela a mené à ce que la frontière linguistique de- vienne aussi une frontière de la grève, et les Flamands crachent sur cela. Ils n’acceptent pas de ne pas pouvoir aller travailler et de ne pas avoir de liberté de circuler».