- Page 2

  • 15 ouvriers ont évité, de justesse, les wagons à la gare de Visé

    Il n’y a heureusement pas de blessés. Mais où étaient les cales de sécurité destinées à bloquer les wagons garés dans une pente ? C’est la question à laquelle tentera de répondre, dès lundi, l’Auditorat du travail de Liège

    On a frôlé la catastrophe ferroviaire, dimanche matin, peu après 7 heures, en gare de Visé. Deux wagons à l’arrêt ont dévalé en direction de 14 ouvriers qui travaillaient sur les voies.

    Ces hommes ne doivent leur salut qu’au responsable sécurité du chantier qui a hurlé de toutes ses forces lorsqu’il a vu les deux wagons fondre sur ses collègues. Tous se sont écartés à temps. Il n’y a pas de blessé. C’est un miracle. « Il s’en est fallu d’un cheveu pour que l’on vive une nouvelle catastrophe ferroviaire », précisait, dimanche, Arnaud Reymann, porte-parole pour Infrabel.

    Il revient sur les circonstances de cet accident : « 15 ouvriers, tous pour le compte d’Intradel, procédaient à des réparations sur les voies. Une des ouvriers en charge de la sécurité a vu, entre chien et loup, deux wagons chargés de marchandises foncer vers nos hommes. Il a hurlé de toutes ses forces dans un environnement très bruyant avec en toile de fond l’autoroute et les lourdes machines utilisées sur le chantier. Tous les ouvriers ont juste eu le temps de s’écarter ».

     

    Après avoir écrasé le matériel laissé sur la voirie par les ouvriers, les wagons ont arraché la butée et détruit deux cabines électriques. « Les dégâts sont estimés dans une fourchette comprise entre 50.000 et 100.000€ », précise encore Arnaud Reymann.

    DES WAGONS DÉFECTUEUX

    Sans l’intervention de ce responsable sécurité, ce n’est pas en euros mais en vies humaines que se chiffrerait cet accident. Tout le monde en est persuadé.

    Les deux wagons chargés de marchandises circulaient pour le compte de Captrain Belgium.

    « Ils étaient à l’arrêt, en gare de Visé, depuis une semaine », précisait encore le porte-parole d’Infrabel. « Une mention précisait que ces wagons avaient un problème de freins. » Le diagnostic était visiblement correct puisque les wagons se sont mis en branle pour foncer sur les ouvriers.

    « Comme lors de chaque accident, les ouvriers ont pu parler avec leur responsable et avec des psychologues. Trois d’entre eux, très choqués, ont souhaité stopper le travail.

    Les douze autres ont poursuivi. ils voulaient que la gare soit tout à fait opérationnelle pour lundi matin. Mais une heure après l’accident, l’Auditorat du Travail exigeait que le travail cesse, qu’on ne touche plus au chantier. » Une enquête était évidemment ouverte par l’Auditorat du travail de Liège afin de déterminer si, oui ou non, de responsabilités sont engagées dans cet accident.

    Une question essentielle sera de savoir où étaient passées les cales destinées à bloquer un wagon stationné dans une pente. 

    A. BISSCHOP (AVEC P.N) dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 26 novembre 2018.

  • Conseil communal du jeudi 29 novembre 2018

    L'avant-dernière séance de la législature 2012-2018 aura lieu ce jeudi 29 novembre à 20 heures 30.

    Les points suivants sont inscrits à l'ordre du jour:

    1. Questions des conseillers

    Les membres du conseil communal peuvent poser des questions en dehors des points d’ordre du jour du conseil. Les réponses seront données par le bourgmestre et échevins

    Finances

    2. Budget 2019 commune de Fourons

    En application des articles 148 et suivants du décret communal le conseil communal est chargé de déterminer le budget avant le début de chaque année financière. L’année 2019 est différente des années précédentes vu que la modification du plan pluriannuel 2014-2019 est facultative pour la rédaction du planning de 2019. Le budget 2019 est présenté avec un résultat positif sur base de lacaisse de 902.740 euros.

    3. Centimes additionnels sur la taxe immobilière de la Région Flamande pour l’exercice comptable 2019

    Au plus tard le 31 janvier le conseil communal doit déterminer les centimes additionnels de l’exercice d'imposition sur la taxe immobilière. Il est proposé de déterminer le nombre de centimes additionnels pour l’exercice comptable 2019 à 945 centimes additionnels.

    Affaires internes

    4. Modification de la destination du presbytère de la fabrique d’église de Fouron-le-Comte

    Vu d’un non-consensus au collège du 14 novembre 2018, ce point est transmis au conseil communal.

    5. Vente bâtiment de l’école à Fouron-Saint-Martin

    Le conseil communal a décidé en sa séance du 25 juin 2015 de vendre le bâtiment d’école à l’ASBL Centre Sportif et culturel des Fourons pour un montant de 650.000 euros y compris les frais et le mobilier. Entre-temps le financement est en ordre mais il y a un problème concernant l’exemption des droits d’enregistrement. Il est demandé au conseil de donner son avis.

    Affaires de territoire

    6. Retrait de différents matériaux du patrimoine communal

    Différents matériaux sont retirés du patrimoine communal.

    7. Publifin SCiRL – Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire 30 novembre, ratification

    Ratification de la décision du collège des bourgmestre et échevins du 14 novembre 2018 concernant l’assemblée générale ordinaire et extraordinaire de Publifin SCiRL qui a lieu le 30 novembre 2018.

  • Le pont de Lixhe ouvert fin de l’année

    Le chantier de rénovation du pont de Lixhe à Visé bat son plein.

    Pour rappel, ce pont s’était soulevé de 50 centimètres suite à la rupture d’une des deux bielles qui ancrent le pont à hauteur de la rue de la Croix, une rupture due à la corrosion.

    Le SPW, Service public de Wallonie, avait chargé la société Travhydro d’installer un échafaudage au bord du pont pour pouvoir travailler sous le tablier. Malheureusement, pas moins de trois péniches ont heurté cet échafaudage avant de poursuivre leur navigation sur le Canal Albert, à l’exception de la dernière dont le toit de la cabine est resté coincé dans l’échafaudage.

    Ces mésaventures ont quelque peu retardé le chantier de plusieurs semaines.

    « Les boulons qui fixent les haubans dans la structure du pont ont été remplacés et ce travail est terminé », précise Laurence Zanchetta, porte-parole du SPW.

    « Actuellement, on procède à la mise en place des nouvelles bielles, en remplacement des anciennes qui avaient cédé. Et dans le même temps, sont réalisés des travaux de peinture anti-corrosion. Pour fixer cette peinture, il ne faut pas de pluie ni de gel. C’est la limite pour le moment mais on ne peut travailler qu’en fonction des conditions climatiques actuelles », ajoute Laurence Zanchetta.

    La réouverture du pont de Lixhe est prévue pour la fin de cette année au plus tard.

    Une réouverture très attendue par les riverains, par les automobilistes et par les camions de la cimenterie CBR pour qui les conséquences économiques de cet accident sont extrêmement importantes. -

    MARC GÉRARDY