- Page 4

  • Conseil communal des Fourons du 24 janvier 2019

    Une « expertise » douteuse.

    Le conseil communal du 24 janvier 2019 (20 heures 30) commencera par l’approbation du règlement d’ordre intérieur du conseil communal. Quelques points limitent les droits des conseillers francophones, alors qu’un tel règlement devrait garantir le fonctionnement démocratique du conseil.

    2. Questions des conseillers
    Les membres du conseil communal peuvent poser des questions en dehors des points d’ordre du jour du conseil. Les réponses seront données par le bourgmestre et les échevins.

    3. Vente publique d’une maison Rémersdael-Village 10-12
    La commune souhaite à nouveau mettre en vente l’ancienne école de Rémersdael et la maison voisine. Le conseil communal doit régler la procédure pour ceci. Appel a de nouveau été fait à la société GÉOTEC qui s’illustre dans ce dossier en y incluant un terrain déjà vendu antérieurement. L’ancienne école est actuellement occupée par les sociétés rémersdaeloises qui se demandent si la Fabrique d’église de Rémersdael ne pourrait, à l’image de celle de Fouron-le-Comte, acheter le bâtiment pour en faire une petite salle paroissiale. Pour le financement, elles suggèrent de s’inspirer de l’exemple de Fouron-le-Comte.

    4. Au point suivant, le conseil communal devra se pencher justement sur le budget 2019 de la fabrique d’église Saint-Lambert de Fouron-le-Comte (qui a détourné le prêt consenti pour la restauration de l’église pour construire une salle paroissiale aux frais de la commune).
    À défaut d’un consensus au collège du 10 janvier 2019 au sujet de l’état du budget 2019 de la fabrique d’église Saint-Lambert de Fouron-le-Comte, ce point est mis à l’ordre du jour par le bourgmestre au conseil communal.

    5. Prise de connaissance de l’approbation du budget 2019 de la commune des Fourons.

    6. Échange de terres d’une partie d’un verger derrière le Centre Technique Schietekamer.
    La commune souhaite faire un échange de terres pour obtenir des terrains pour l’extension du tampon d’érosion et pour avoir assez de tampon vert pour construire un hangar pour le service Technique tel que prévu dans le Plan d’Implantation Spatiale Schietekamer. L’échange des terres concerne une partie des parcelles Div. 6, section A 632B et 630A.

    7. I&O Auctions – Devis de commande, vente aux enchères en ligne de matériaux divers de la commune.
    Il est demandé au conseil communal d’approuver l’accord de coopération et le devis de commande de I&O Auctions concernant la vente aux enchères en ligne de matériaux divers de la commune.

  • Bonne nouvelle pour les automobilistes.

    Après de multiples reports, la réouverture du pont de Lixhe sera enfin officielle le mardi 22 janvier prochain au matin, annonce le SPW (Service Public de Wallonie)..

    Pour rappel, le pont s’était soulevé de 50 centimètres le 8 février dernier, il y a près d’un an ! Un soulèvement suite à la rupture d’une des deux bielles qui ancrent le pont à hauteur de la rue de la Croix, une rupture due àla corrosion.

    Depuis le mois d’octobre dernier, les reports ne cessent de s’accumuler. Il y a eu les trois péniches

    qui ont accroché l’échafaudage Travhydro installé le long du pont, ce qui a retardé les travaux. Il y a eu ensuite les retards de sous-traitance, dont des retards de livraison, puis les conditions météorologiques et les congés du bâtiment. Résultat des courses : la réouverture du pont de Lixhe ne sera donc effective que mardi prochain.

    Une bonne nouvelle pour tous les automobilistes mais aussi pour les chauffeurs de camions de la cimenterie CBR qui ne devront plus effectuer de détour, pour les travailleurs d’Imérys et ceux de la future station de

    conversion du projet Alegro (liaison souterraine de la première interconnexion électrique entre la Belgique et l’Allemagne) et pour la petite friterie de Lanaye, toute proche.

    Dans un premier temps, comme l’avait déjà annoncé le SPW, la réouverture du pont ne sera pas totale. Vu qu’il s’agit d’une voirie en deux fois deux bandes de circulation, les bandes extérieures seront toujours réservées au chantier afin de finaliser les travaux et ce jusqu’au mois de mars 2019. Dès lors, la circulation sera ramenée à 30 km/h. 

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 19 janvier 2019

  • Le chauffeur a été libéré sous conditions

    Capture d’écran 2019-01-16 à 01.45.24.pngRichard Wagemans, avocat basé à Maastricht, a annoncé ce mardi matin que son client, un ressortissant néerlandais, allait se rendre à la police dans le cadre de l’enquête pour le meurtre de Roger Borlez, ce Gilet jaune fauché sur la E25, à hauteur de Visé, vendredi soir.

    D'un article à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 16 janvier 2019.

  • Des Gilets jaunes liégeois cités à comparaître

    Le 26 décembre dernier, une septantaine de Gilets jaunes ont bloqué l’autoroute E25 à hauteur des Fourons, à la frontière avec les Pays-Bas. Ils ont entravé une bande de circulation à l’aide de palettes et de pneus qu’ils ont incendiés et ils ont lancé de gros pétards sur la route.

    La Zone de Police des Fourons a précisé qu’elle avait laissé faire durant quelques heures avant de déloger les manifestants à l’aide d’une auto-pompe, après avoir consulté les autorités administratives (bourgmestre et gouverneur) et judiciaires (procureur). Elle a également indiqué que plusieurs personnes et plusieurs véhicules avaient été identifiés. En outre, trois personnes ont été arrêtées et ont passé 16h en cellule après avoir dû se déshabiller complètement !

    D’AUTRES VONT SUIVRE !

    Et fin de la semaine dernière, plusieurs Gilets jaunes liégeois, qui ne sont pas les trois personnes arrêtées à Fourons après la manifestation, ont reçu, par courrier, une citation à comparaître devant le tribunal de Tongres pour entrave méchante à la circulation. La commune des Fourons dépend en effet de l’arrondissement judiciaire de Tongres.

    L’homme s’est rendu accompagné de son avocat en Cité ardente, plus précisément à la section homicide de la PJF, installée dans l’ancien palais de justice de Liège. Car c’est bel et bien la Crime qui est en charge de l’enquête. Une affectation qui s’explique par plusieurs facteurs : il s’agit d’un accident sur autoroute, territoire de la police fédérâle.

    On se souvient qu’en octobre 2015, 16 syndicalistes de la FGTB Métal avaient bloqué la circulation sur l’autoroute E40, à hauteur du viaduc de Cheratte et des feux avaient été allumés sur la voie publique qui avait été endommagée.

    En février dernier, la chambre du conseil de Liège a décidé de les renvoyer, devant le tribunal correctionnel.

    «Je pense que d’autres vont suivre et vont aussi recevoir des citations à comparaître. Ils veulent des exemples et effrayer nos rangs», indique un Gilet jaune liégeois. Interrogée à ce sujet, Catherine Collignon, premier substitut du procureur du Roi de Liège, indique que les personnes qui ont bloqué l’autoroute E25 LiègeMaastricht à hauteur de Visé, durant deux soirées à une semaine d’intervalle, pourraient également être poursuivies.

    MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 16 janvier 2019.