- Page 4

  • Décès de Jean-Pierre Grafé

    (LA MEUSE du 18 mai 2019)

    Ces trois grands liégeois ont soutenu le combat fouronnais.

    Mais il faut savoir que Jean-Pierre Grafé est resté fidèle à ses amis fouronnais jusqu’au bout, même s’il le faisait parfois très discrètement.

    Jean Gol avait marché en tête d’un cortège à Fouron-le-Comte, mais vite oublié pour former un gouvernement avec Wilfried Martens, alors qu’André Cools n’avait pas hésité à traiter certains fouronnais d’ayatollahs lors d’un premier mai à Liège.

  • La société « Weerts » achète un cinquième du Trilogiport

    Inauguré en novembre 2015, le Trilogiport était annoncé comme étant un outil majeur du développement économique de la région. Il devait permettre la création de 2.000 emplois. Trois ans et demi plus tard, on est malheureusement très loin des objectifs avec une plate- forme multimodale qui peine vraiment à prendre son envol. Mais c’était sans compter sur la société Weerts qui vient d’acquérir un cinquième du site (20 hectares sur 100).
    Weerts Group est une société bien implantée chez nous et un employeur important de la région liégeoise. Elle compte trois divisions dont la plus im- portante, Weerts Supply Chain. Elle est déjà présente à Bierset et dans le zoning des Hauts-Sarts, où elle vient d’ailleurs d’inaugurer, le mois dernier, de nouvelles installations à Milmort.
    « UNE VRAIE PLUS-VALUE »
    WSC va donc venir s’installer au Trilogiport pour y développer ses services logistiques. Il ne s’agit pas uniquement de transport mais bien aussi de stockage, de reconditionnement de produits et de prépara- tion de commandes. « Le Trilo- giport est pour nous un atout primordial dans le développement de nos activités, surtout au vu de la congestion de plus en plus grande du trafic », commente-t-on chez Weerts Group. « Nous nous devions de trouver des solutions pour aussi répondre aux demandes de nos clients. Et nous sommes heureux de pouvoir nous position- ner de manière réactive et proactive sur le site du Trilogiport. »
    Et l’arrivée prochaine de Weerts à Hermalle-sous-Argenteau est vue avec beaucoup d’enthousiasme par la majorité oupeyenne: «Je suis très heureux de cette nouvelle qui va permettre d’enfin lancer l’activité sur le Trilogiport », se réjouit Serge Fillot, bourgmestre d’Oupeye. « La venue de Weerts va permettre la création de plusieurs centaines d’emplois directs auxquels il faudra ajouter les emplois indirects. Et je sais que certains seront sceptiques en lisant ces chiffres mais je suis hyperconfiant. Weerts est un groupe en pleine expansion. Avec un vrai plan d’entreprise sérieux. Les activités prévues sur le site, avec notamment de la transformation, de la plus-value logistique, sont exactement ce que nous souhaitons voir au Trilogiport. »
    La venue de Weerts au Trilogiport devrait se faire en deux phases. Une d’ici deux ans et la suivante d’ici quatre ans. En juin, Weerts déposera une première demande de permis avec une enquête publique qui pourrait démarrer à la mi-juin. Pour les détails du projet, Weerts n’a pas souhaité nous
    en dire plus. La société souhaite, en effet, communiquer de manière proactive avec les riverains et travailler avec eux. Les détails du projet ne seront donc dévoilés que jeudi prochain. Une réunion d’information est ainsi organisée ce jeudi 23 mai, à 18h30, à l’école communale de Hermalle. 
    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 18 mai 2019

  • Brocante à Fouron-Saint-Martin

    Comme chaque année, l'Harmonie "St-Martin" organise sa brocante ce dimanche 19 mai. C'est toujours un rendez-vous convivial. Venez vous promener aux abords de notre salle en espérant trouver l'objet rare auprès des 120 brocanteurs présents.  Bar et petite restauration. Inscription gratuite mais obligatoire au 0476/942414.  Au plaisir de vous y rencontrer !

  • La Jupiler est moins chère aux Pays-Bas

    L’Union européenne a infligé lundi une amende de 200 millions d’euros au brasseur belgobrésilien AB InBev, coupable à ses yeux d’avoir abusé de sa position dominante en Belgique en limitant la possibilité pour les commerçants belges de se fournir aux Pays-Bas, où sa bière est moins chère.

    Aux Pays-Bas, AB InBev vend de la Jupiler, la bière la plus populaire en Belgique, aux détaillants et aux grossistes à des prix inférieurs à ceux pratiqués en Belgique en raison d’une concurrence plus forte. Or, il a limité la possibilité pour les supermarchés et les grossistes basés en Belgique de se fournir aux Pays-Bas en Jupiler à

    moindre coût. Pour ce faire, AB InBev a utilisé quatre stratagèmes différents, dont la suppression de la version française des informations obligatoires sur l’étiquette. Il a aussi subordonné les promotions-clients offertes à un distributeur aux Pays-Bas à l’interdiction, pour ce dernier, d’appliquer les mêmes promotions à ses clients en Belgique.

    Désormais, AB InBev fournira les informations obligatoires en français et en néerlandais sur l’emballage de ses produits. Du fait de cette coopération avec la Commission, AB InBev a bénéficié d’une réduction d’amende de 15%.

    Une information AFP de LA MEUSE du 14 mai 2019

  • Warsage peut-il venir à bout de Melen ?

    En championnat, Melen s’est imposé à deux reprises. Pour le deuxième match du tour final, les joueurs de Didier Degueldre parviendront-ils à prendre le dessus sur les Melinois de Pascal Colin ? « C’est une tout autre compétition », assure le coach de Warsage, « en championnat au match aller, nous sommes battus sur un penalty à la dernière minute et pour le match retour je devais déplorer plusieurs blessés de marque. Les circonstances de jeu ont fait que nous nous sommes inclinés mais ici, il ne faudra pas calculer, il faudra tout faire pour s’imposer, en espérant que la compétition puisse se poursuivre malgré le différend qui oppose Beaufays à Trooz. »

    Si Warsage ne se met pas la pression et aborde, en toute sérénité, match par match, Didier Degueldre a senti, à l’entraînement, une grande motivation de la part de ses troupes : « Ils sont particulièrement réceptifs et terriblement motivés. Melen est une équipe qui possède des individualités capables de faire mal à tout moment, nous devrons être tactiquement très solides si nous voulons l’emporter. »

    De son côté, Pascal Colin se méfie de son adversaire du jour : « Warsage nous a effectivement bien réussi en championnat mais il y a eu pas mal de faits de match qui ont tourné en notre faveur. Au tour final, on ne calcule plus, il faut tout donner. » À Melen, on ne se cache pas, les ambitions sont bien réelles : « Bien sûr que nous avons envie de rejoindre la P1. Pour le club, avoir une équipe au sein de l’élite provinciale et l’autre en P3, ce serait l’idéal. L’an passé, l’affaire Merlina nous a joué un vilain tour et cette saison voilà que ce sont Trooz et Beaufays qui se disputent à coup d’avocat. Si nous parvenions à nous imposer à Warsage, personne ne peut dire comment se poursuivra la compétition. Je ne veux pas me projeter trop loin. La première échéance, c’est dimanche à Warsage. Si nous gagnons, nous continuerons à prendre match par match et nous verrons où cela nous mènera. ! »

    Avec la météo clémente annoncée, il devrait y avoir du monde à Warsage ce dimanche. L’affiche vaut en tous les cas le déplacement.

    J.B. dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 11 mai 2019.