- Page 5

  • Richelle rejoue dimanche contre Tournai mais va en évocation

    Victime d’une fracture tibia-péroné, dimanche dernier, lors du 1er match de tour final face à Tournai, Benoît Simon, le défenseur de Richelle est rentré mercredi chez lui pour commencer sa revalidation. Il revient sur ce malheureux événement, ainsi que la réclamation de Tournai.

    Ce vendredi, le comité sportif de l’ACFF devait décider si oui ou non l’interruption de 50 minutes avait eu une influence sur le résultat final de la rencontre. Mercredi, la commission d’arbitrage avait jugé la réclamation de Tournai recevable et fondée. Le comité sportif a donné raison aux Sang & Or, indiquant que l’interruption avait nui au résultat final. « Je suis très déçu et dégoûté car personne de Tournai n’était là, ce qui me fait penser que la décision était prise avant et qu’ils étaient au courant. Je me pose des questions », lance Alain Finet. « J’ai passé des heures à préparer un dossier et j’ai pris congé pour m’entendre dire ça. Richelle est le dindon de la farce car nous perdons l’un de nos meilleurs joueurs et nous devons rejouer un match que nous avons gagné. Faut-il don-

    ner deux buts d’avance à Tournai pour qu’il se qualifie contre nous ? Nous allons en évocation, même si ce n’est pas suspensif. » Le président Fabian Bruwier, lui, va plus loin. « Je me demande si nous allons rejouer ce match, car c’est la porte ouverte à n’importe quoi dès que l’arbitre fait une erreur. » Richelle aborde ce match diminué par rapport à dimanche dernier. « J’ai beaucoup dû m’adapter aux blessés cette saison et ça m’a porté chance », relativise Benoit Waucomont. « C’est anti sportif de rejouer ce match, mais nous n’avons pas le choix. Nous nous sommes entraînés sans faire attention à l’adversaire. » A noter que le vainqueur de Richelle United - RFC Tournai accueillera Onhaye le 19 mai pour la montée en D2. -

    D'un article de MAXIME HENDRICK à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 11 mai 2019.

  • Oupeye dit non au château Dossin

    Au début de cette année, la population d’Oupeye et Visé s’était mobilisée en nombre contre un projet immobilier prévu au lieudit château Dossin.

    Situé à Hermalle-sous-Argenteau, cette belle bâtisse est inscrite sur la liste de sauvegarde du patrimoine de la Région wallonne. Racheté par la société Willemen Real Estate, cette dernière souhaitait rénover et transformer le château en habitations, mais aussi construire quatre immeubles dans le parc. Au total, le site aurait accueilli

    102 appartements. De nombreux opposants s’étaient mobilisés contre ce projet et 769 réclamations avaient été introduites lors de l’enquête publique.

    En février dernier, Oupeye émettait un premier avis négatif. Dans la foulée, le fonctionnaire délégué de la Région wallonne, disait lui aussi « non ».

    Restait donc à la commune de statuer définitivement sur la demande de permis. Ce vendredi matin, sans trop de surprise, le Collège l’a refusé.

    « Il y a plusieurs raisons à cela, commente Paul Ernoux, échevin de l’Urbanisme. D’abord, l’avis des pompiers a été négatif notamment en raison de problèmes de sécurité liés aux parkings souterrains. Ensuite, le projet étouffait beaucoup trop le château. Il n’était plus mis en valeur. Enfin, il y a la densité d’habitat, qu’on a estimé beaucoup trop élevée. » « Il faut savoir, embraye Serge Fillot, bourgmestre d’Oupeye, qu’en 2016, Willemen est venu nous voir avec deux avant-projets.

    L’un avait nos faveurs, avec seulement trois immeubles R+3. Finalement, c’est l’autre projet, celui avec quatre immeubles dont une tour de six étages, qu’ils ont déposé. Une tour que je trouve être de la provocation, surtout à cet endroit. » Favorable à une urbanisation de cette partie de Hermalle, le Collège ne ferme pas la porte à Willemen et à un projet immobilier au château Dossin. A condition qu’il soit plus modeste. -

    AURÉLIE DRION dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 11 mai 2019

  • Rémersdael accueille le Télévie

    Comme le disent les dynamiques organisateurs: on n’attend plus que vous !

  • Michel Thiry, nouveau président du Commerce visétois

    Le nouveau président du commerce visétois est Michel Thiry. Il succède à Emilie Henry qui reste dans le comité et qui est chargée du calendrier des événements et des réseaux sociaux. Michel Thiry est bien connu dans toute la Basse-Meuse. Il a organisé des championnats d’hovercrafts sur l’île Robinson à Visé mais il a surtout mené une carrière importante au niveau du commerce visétois.

    « Je suis dans le commerce depuis 1972. Avec mes frères, j’ai ouvert un commerce de fruits et légumes au Marché couvert de Droixhe puis en 1983, je suis arrivé à Visé et j’ai dirigé le magasin « Nopri » de Visé qui est ensuite devenu GB puis Carrefour Market, à Visé et à Oupeye, dirigés désormais par mon neveu, Christophe Thiry », rappelle Michel Thiry, 64 ans.

    Lire la suite

  • Souper de l'Harmonie Royale Saint-Martin

    C'est déjà ce soir qu'aura lieu le souper de l'Harmonie "Saint-Martin", dès 18 heures.