- Page 2

  • BEACH VOLLEY: Mortroux fête ses 10 ans

    Ce week-end sera celui d’un bel anniversaire, les 10 ans du beach de Mortroux. La 11ème édition en fait puisque, comme le rappelle Remi Willamme, un de ses organisateurs : « Le premier beach a eu lieu à l’été 2009 ». Il y avait alors 4 terrains de sable jaune, et une vingtaine d’équipes qui concouraient. Succès immédiat. Vu la réussite de cette première édition, nous, je dis « nous » car suis entré dans l’organisation pour la 2e édition, avons décidé de reconduire l’événement en l’améliorant. On s’est « professionnalisés ». Capture d’écran 2019-07-26 à 07.48.15.pngL’engouement des participants et la volonté d’en faire un beach de référence nous ont amenés à le développer d’année en année pour passer en 10 ans de 4 à 8 puis 10 et maintenant 14 terrains, probable limite à long terme. La formule, mélangeant qualité du matériel (sable de Lommel, terrains et filets aux dimensions officielles, durée et nombre des matchs appréciables. on a mis l’accent sur le côté sportif. Le niveau est, de l’avis général, un des plus relevés en Wallonie. Ce qui n’empêche pas que l’ambiance reste conviviale et festive. Elle plaît vraisemblablement aux gens, joueurs de volley ou simples amateurs. Ceux qui viennent pour la compétition s’y retrouvent tout autant que ceux qui sont viennent s’amuser entre amis pour le WE, et c’est extrêmement important pour nous » rappelle Remi qui, au niveau volley, évoluera la saison prochaine en Ligue B.

    C’est dire que le gaillard sait de quoi il parle quand il évoque le niveau de jeu. Mais on est à Mortroux et donc à Liège, l’accueil est important. « Progressivement, nous avons mis en place une piscine, un bar lounge, des pistes de pétanque, un camping et des activités tout au long du WE. Un feu d’artifice est venu célébrer la 10e édition en 2018, tandis qu’on met les petits plats dans les grands pour que cette édition de 2019, les 10 ans donc, soit la plus réussie de toutes. Et ce n’est pas toujours facile. L’équipe organisatrice est « historiquement » composée d’une dizaine de personnes hypermotivées, avec le soutien inconditionnel de notre super président, Patrick Dufays, évidemment. » 

    PHILIPPE HALLEUX dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 26 juillet 2019.

  • À Warsage, l’un des villages les + chauds

    Capture d’écran 2019-07-26 à 07.28.36.png40,5 degrés. À 14 heures ce jeudi, c’était la température relevée par une sonde de « wowmétéo » à Warsage. Ce qui faisait de ce village dalhemois l’un des plus chauds de Belgique.

    Reportage de YANNICK GOEBBELS (ET E.D.) à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 26 juillet 2019.

  • Le centre de Dalhem fermé à la circulation

    Capture d’écran 2019-07-25 à 07.26.22.pngLes travaux d’égouttage et de voirie vont reprendre de plus belle à Dalhem. Ainsi, à partir de lundi, il sera à nouveau impossible de traverser le centre du village au volant de son véhicule. « La route sera fermée à la circulation durant une période de deux mois et demi », confirme la cellule communication de la commune. Vous allez donc une fois encore être Capture d’écran 2019-07-25 à 07.26.28.pngcontraints de modifier vos habitudes…

    Pour les commerces, et même si la situation commençait sérieusement à devenir critique (trous béants sur la chaussée, poussière…), c’est également une très mauvaise nouvelle. « Un accès pour les piétons sera cependant assuré. Des places de parking sont évidemment prévues à proximité pour accéder à pied dans le centre de Dalhem », ajoute la commune tout en précisant que les travaux de voirie de l’avenue Albert Premier et de la rue Gervais Toussaint vont continuer simultanément.

    Si vous devez toutefois rejoindre Dalhem en voiture, notamment lors du premier week-end d’août pour les Bandas, une seule solution : suivre les instructions sur les panneaux installés depuis de nombreux mois, à savoir le début du chantier (200 jours ouvrables). « Les déviations mises en place rue Général Thys ainsi que rue Fernand Henrotaux et Voie du Thier restent bien sûr d’application. Les bus continuent d’ailleurs toujours à suivre ces directions », peut-on découvrir à la fin du communiqué officiel de la cellule communication dalhemoise. 

    YANNICK GOEBBELS dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 25 juillet 2019

  • 7.000 panneaux sur les toits de Liege Airport

    L’aéroport liégeois veut intensifier sa politique environnementale et vise le zéro carbone d’ici 2030.

    Liege Airport, l’aéroport situé à Bierset, veut se mettre au vert. L’objectif : réduire ses émissions de CO 2 d’environ 80 % d’ici 2030. Pour réussir cette transformation, Liege Airport met en place plusieurs dispositifs et stratégies : panneaux solaires photovoltaïques, éclairage LED, mobilité alternative…

    « Une entreprise doit être consciente des défis climatiques. Ici, on est dans une réflexion via laquelle Liege Airport s’est positionné. Il faut prendre les devants pour s’adapter », commente JeanLuc Crucke, ministre wallon de l’Energie, du Climat et des Aéroports. 

    Capture d’écran 2019-07-25 à 07.19.30.png

    Une page de VICTORINE MICHEL à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 25 juillet 2019.

  • Interdiction générale de captation d'eau

    A l'exception de la Berwinne, il est interdit de capter de l'eau dans toutes les rivières fouronnaise.

    Selon la page Facebook de la commune, il y aurait une tolérance pour abreuver son propre bétail et pour l'eau utilisée dans la préparation de produits phytopharmaceutiques.