- Page 5

  • Maxime, jeune joueur de handball à Visé, a subi une agression lors d’un match. Il ne sent plus ses jambes

    La vie d’un sportif peut basculer en un seul instant. Âgé de 19 ans, Maxime Carabin vit des jours douloureux depuis le 24 novembre où il a été victime d’une agression de la part d’un adversaire. C’était lors d’un match de promotion entre la réserve d’Eupen et la formation du Visé BM, en handball. Depuis, même s’il réussit à se tenir debout, le jeune Visétois n’a plus aucune sensation dans les membres inférieurs…

    « Au début de la 2 e période, les Mosans perdent la balle. Le germanophone Oliver Mullem part en contre. Maxime revient à sa hauteur et le dépasse, moment où le joueur visité lui administre un coup de coude dans la nuque », déclare le père de Maxime, Frédéric Carabin qui poursuit : « Le joueur eupenois saute et shoote. Son bras vient s’écraser de nouveau sur la nuque de mon fils avant de le retourner au sol. »

    Le jeune ailier mosan, qui n’a pas perdu connaissance, affirme tout de suite : « Je ne sens plus mon bras gauche ni mes jambes ». Le sang-froid d’un de ses coéquipiers, Lucas Habets, sera peut-être salvateur. Il lui tient la tête pendant 20 minutes avant son transport à l’hôpital d’Eupen.

    Ce grave incident, qui a été filmé, a été jugé par la Commission provinciale liégeoise des litiges. Celle-ci a demandé au bureau de la Ligue francophone la radiation à vie du joueur eupenois. Quant aux parents de Maxime, ils ont déposé plainte en justice. 

    D'un article de PAUL MONET à lire dans LA MEUSE du 17 décembre 2019.

  • « J’ai besoin de changer d’air… »

    A

    près sept ans passés à Warsage, dont un en P1 avec la montée historique du club dans l’élite provinciale en 2017, Didier Degueldre refermera son chapitre « Greens » d’ici la fin mai.

    « Je me sens soulagé de l’avoir annoncé. J’éprouvais le besoin de changer d’air, je pense avoir fait le tour du propriétaire et je crois que c’était mieux pour tout le monde que je parte. On est monté en P1 un peu par le fruit du hasard mais on n’arrive pas à y retourner et à corriger ce qu’il faut. Ceci dit, jusqu’à la fin, je ne lâcherai pas notre défi d’y remonter. Je préfère partir par la grande porte et non pas en cours de saison parce que ça n’irait plus du tout. »

    D'un article de JOACHIM GILLES à lire dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 17 décembre 2019.

     

  • Le résultat de dimanche

    P4D

    Fouron-Queue-du-B. A : 1 - 4

  • Décès de Monsieur Albert BOYENS, veuf de Madame Elise DUYCKAERTS

    20100324_034.jpgLa famille annonce le décès de Monsieur Albert BOYENS, veuf de Madame Elise DUYCKAERTS, né à Aubel le 26 décembre 1945 et y décédé le 14 décembre 2019.

    Le défunt repose au funérarium à Aubel où la famille recevra les visites dimanche, lundi et mardi de 17 à 19 heures.

    La liturgie des funérailles, suivie de l’incinération, aura lieu en l’église Saint-Hubert à Aubel le mercredi 18 décembre 2019 à 10 heures 30.

    L’urne cinéraire sera inhumée au cimetière d’Aubel dans l’intimité familiale.

    Elise DUYCKAERTS et Albert BOYENS étaient des membres fidèles du groupe des Promeneurs fouronnais.

    Faire-part.

  • Plus de 100 lapins ont été volés par des vegans, l’éleveur craint que le stress ne les tue

    Capture d’écran 2019-12-14 à 07.54.09.pngDimanche, un groupe de vegans s’est introduit dans un des hangars de Christian Teller, le plus gros éleveur de lapins en Wallonie, à Aubel. On lui a dérobé plus d’une centaine d’animaux. Les militants souhaitaient sauver ces charmantes créatures de l’abattoir. Sauf que, selon Christian Teller, les lapins seraient tellement stressés et perturbés par la situation qu’ils n’ont pas beaucoup de chances de survivre.

    D'un article d"ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 14 décembre 2019.